Le plan « 15 000 bâtisseurs » dépasse ses objectifs Vie des sociétés | 21.02.20

Partager sur :
Lancé en juillet 2018 par la Fédération Française du Bâtiment (FFB) avec le soutien des ministères du Travail et de la Cohésion des Territoires, le plan « 15 000 bâtisseurs » visait à recruter des jeunes issus de quartiers prioritaires, des demandeurs d’emploi et des réfugiés, dans le secteur du bâtiment. Les deux ministères dévoilaient ce jeudi 20 février le bilan de ce plan, qui aura permis de recruter 21 244 personnes en 2019.

Pour lutter contre la pénurie de main d’œuvre dans le secteur de la construction, la Fédération Française du Bâtiment (FFB) s’était engagée, en juillet 2018, à favoriser l’accès aux entreprises du bâtiment aux jeunes issus de quartiers prioritaires, aux demandeurs d’emploi, et aux réfugiés, que ce soit en contrat d’apprentissage, en contrat de professionnalisation, en CDD ou en CDI, à travers le plan « Objectif 15 000 bâtisseurs ».

 

Pour y parvenir, les acteurs du service public, de l’emploi, et les réseaux associatifs ont identifié les jeunes désireux d’intégrer le secteur. La FFB a de son côté renforcé ses actions d’information, et mis à contribution ses dispositifs de formation et d’insertion.

 

21 244 personnes recrutées en 2019

 

Près deux ans plus tard, le bilan est positif puisque l'objectif initial a largement été dépassé. Le projet a en effet permis de recruter 21 244 personnes en 2019, dont 19 836 demandeurs d’emploi et jeunes issus de quartiers prioritaires, et 1 408 réfugiés.

 

« Le succès de ces 21 000 embauches montre que notre démarche est la bonne. Le bâtiment est actuellement un secteur en tension qui cherche à recruter fortement. Pour les habitants des quartiers prioritaires, il offre de bonnes perspectives d’emplois, dans un secteur qui permet une vraie progression professionnelle pour tout type de niveau d’étude », a réagit Julien Denormandie, ministre du Logement.

 

« Nous sommes fiers d’avoir contribué à faciliter, dans le cadre de cette opération exemplaire, le recrutement de plus de 21 000 bâtisseurs au sein des entreprises adhérentes de la FFB. (…) Pour la FFB, lorsque l’activité économique est porteuse, insérer des publics parfois éloignés de l’emploi est une opération 100% gagnante, pour les entreprises, pour l’emploi et donc le bien commun de notre pays ! », s’est de son côté félicité Jacques Chanut, président de la Fédération Française du Bâtiment (FFB).

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir - Batiweb

2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir

La Fédération française du bâtiment (FFB) a annoncé une croissance de l'activité de 2,3% en 2018, ce mercredi 19 décembre, lors d’une conférence de presse sur son bilan annuel et ses prévisions pour l'an prochain. Une croissance en baisse par rapport aux 4,9% de 2017, mais certainement meilleure que celle de l’année à venir. Jacques Chanut, président de la FFB, a en effet annoncé que 2019 serait « marquée par la fin d’un cycle de croissance ». Précisions.
Conjoncture bâtiment : « grosse inquiétude » de la FFB concernant le logement neuf - Batiweb

Conjoncture bâtiment : « grosse inquiétude » de la FFB concernant le logement neuf

C’est sans grand étonnement que la Fédération française du bâtiment (FFB) présentait ce 19 mars le point conjoncture relatif au secteur de la construction. De fait, les prévisions de l’organisme semblent s’être réalisées : bien que le niveau d’activité des professionnels se maintienne à un niveau élevé, les indicateurs du marché du logement neuf sont plutôt inquiétants quant aux mois à venir. Le bilan.
Le gouvernement et le monde HLM trouvent un accord - Batiweb

Le gouvernement et le monde HLM trouvent un accord

Les bailleurs sociaux et le gouvernement ont trouvé un accord hier, mercredi 25 avril, concernant les économies à réaliser pour le monde HLM. Le gouvernement a accepté de réduire les économies de 1,5 milliards d’euros à 950 millions pendant trois ans. Des économies en partie prises en charge par Action Logement – à hauteur de 300 millions d’euros par an – et par la Caisse des dépôts – à hauteur de 50 millions d’euros par an.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter