Les enfants, premières victimes de la mauvaise qualité de l'air intérieur Vie des sociétés | 11.10.19

Partager sur :
Les 9 et 10 octobre derniers, Velux a organisé à Paris, les Healthy Building Days, l’occasion pour les participants d’échanger autour des enjeux de l’habitat sain. Un nouveau baromètre présentant l’impact des logements et des écoles insalubres sur la santé et la scolarité des enfants a été dévoilé. Il souligne notamment qu’une mauvaise qualité de l’air augmente fortement l’absentéisme scolaire.

Dans son baromètre de l’Habitat Sain 2019, Velux s’est intéressé aux conséquences d’une mauvaise qualité de l’air sur la santé des enfants. Le groupe souligne en effet que 26 millions d’européens de moins de 15 ans, soit 1 enfant sur 3, vivent dans des logements insalubres présentant problèmes d’humidité, des moisissures, peu lumineux, bruyant et froid.

 

Dans ces conditions, eczéma, allergies, toux, souffle court, asthme et troubles respiratoires comptent parmi les symptômes les plus fréquents. Des maladies qui sont responsables de près de deux millions de jours de classe manqués chaque année, soit 2,5 jours d’école manqués par enfant malade et par an.

 

David Briggs, CEO du groupe Velux, insiste : « Les enfants ont le droit de grandir dans un environnement favorable à leur santé et à leur bien-être. Pour préserver ce droit, il est de notre responsabilité de veiller à ce que le logement dans lequel ils grandissent et les écoles qu’ils fréquentent présentent un environnement intérieur sain afin d’accompagner leur développement ».

 

Prévenir les risques

 

L’école se doit en effet d’offrir aux élèves des conditions optimums d’accueil. Il est important de veiller à l’état des établissements scolaires et d’engager des travaux de rénovation lorsque nécessaire.  

 

Le baromètre précise en effet que les enfants exposés à quatre facteurs de risques ont 4,2 fois plus de risques d’être en mauvaise santé. Améliorer la qualité de l’air permettrait de réduire l’absentéisme mais également d’accroître jusqu’à 15% la performance des élèves.

 

Comment procéder ?

 

Une meilleure qualité de l’air passe notamment par une « meilleure aération » et une « réduction de l’humidité ou des moisissures ». Des gestes parfois simples qui seraient non seulement bénéfiques pour la santé des enfants, mais aussi pour l’économie européenne en générant globalement plus de 300 milliards d’euros d’ici à 2060.

 

L’apport en lumière, la réduction des nuisances sonores et une température intérieure plus agréables s’accompagneraient également d’avantages économiques.

 

« Nous devons veiller à ce que les bâtiments deviennent des lieux sans et sûrs dans lesquels nos enfants pourront grandir », déclare Morten Helveg Petersen, député européen du groupe Renew Europe, vice-président de la Commission parlementaire de l’industrie, de la recherche et de l’énergie (ITRE). Il poursuit : « Le baromètre de cette année nous montre qu’une modernisation de nos bâtiments génèrent non seulement des retombées économiques favorables liées à la réduction de la facture énergétique, mais qu’elle stimule également l’économie européenne en palliant les carences des bâtiments qui affectent la santé de nos enfants ».

 

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les zones périurbaines particulièrement touchées par le mal-logement

Les zones périurbaines particulièrement touchées par le mal-logement

Après Qualitel, c’est aujourd’hui le groupe Velux qui a présenté l’édition 2018 de son Baromètre de l’Habitat sain. Revenant sur l’état des logements à l’échelle européenne et ses conséquences sur la santé des habitants, le document dresse un constat édifiant : les zones périurbaines, qui sont pourtant les plus demandées par les ménages, sont également celles où se regroupent de nombreux biens immobiliers vétustes. Explications.
Velux réclame « une nouvelle approche de la conception des bâtiments »

Velux réclame « une nouvelle approche de la conception des bâtiments »

Dans son dernier rapport résultant d’une enquête YouGov, le Groupe Velux s’est cette fois intéressé à la Génération « Indoor », ou littéralement la génération qui vit à l’intérieur. À l’heure où nous passons 90% de notre temps dans l'enceinte des bâtiments, de nouvelles problématiques liées à la santé et au bien-être apparaissent. Comment y remédier ? Éléments de réponse.
Qualité de l’air et luminosité, facteurs clés du bien-être

Qualité de l’air et luminosité, facteurs clés du bien-être

Lors du Healthy Buildings Day 2016, le Groupe Velux a présenté la deuxième édition de son Baromètre de l’Habitat Sain réalisé en partenariat avec l’Université allemande Humboldt. Cette nouvelle étude souligne l’importance de rénover son logement pour « un quotidien plus sain et un confort optimisé », la qualité de l’air et l’abondance de lumière naturelle jouant un rôle important sur la santé des occupants.
Uniclima publie un guide sur la qualité de l’air intérieur dans le tertiaire

Uniclima publie un guide sur la qualité de l’air intérieur dans le tertiaire

A la fois enjeu pour la valeur d'un bâtiment et pour la santé de ses occupants, la qualité de l’air (QAI) est au centre de toutes les attentions. Dans ce contexte, Uniclima publie « Tous acteurs de l’air dans le tertaire », un guide pratique de 24 pages qui présente les substances nocives, expose les risques, et propose des solutions concrètes pour le secteur tertiaire.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter