Les Français prêts à tout pour faire des économies de chauffage Vie des sociétés | 07.12.18

Partager sur :
Le spécialiste de la location de chauffage Andrews Sykes Climat Location a partagé le 6 décembre les résultats d’une étude menée par OpinionWay. Intitulée « Les Français face au froid en hiver », celle-ci révèle notamment que 92% des ménages ont la sensation que le coût du chauffage est de plus en plus élevé. Pour y remédier, certains d’entre eux n’hésiteraient pas, tout simplement, à ne pas chauffer certaines pièces de leur logement. Les détails.
Selon le Syndicat des énergies renouvelables (SER), le moyen le plus économique de chauffer son logement serait le bois, moins coûteux que le fioul et le gaz. Un enseignement qui, s’il n’est pas de bon augure pour les chauffagistes, est à mettre en parallèle avec les résultats d’une étude publiée par Andrews Sykes Climat Location.

Le document, titré « Les Français face au froid en hiver », fait suite à plusieurs interviews menées les 21 et 22 décembre derniers par OpinionWay. Il révèle ainsi que 92% des répondants sont d’accord avec l’affirmation ‘’le coût du chauffage est de plus en plus élevé’’.

Conséquence : les ménages sont forcés de s’adapter… et semblent prêts à tout pour réduire leurs factures ! Si 57% préfèrent jouer sur la variation de leur thermostat en fonction des heures de la journée, 7% éteignent leur chauffage en sortant d’une pièce. Seulement 35% des sondés acceptent de maintenir une température constante au sein de leur habitat, à n’importe quel prix.

« Dans leur globalité, pour faire face au froid en hiver, la question du chauffage des Français se répercute sur les coûts que cette consommation est amenée à engendrer. Le poids économique de l’utilisation du chauffage en hiver est pris en compte par les Français, au détriment de leur confort chez eux », note Andrews Sykes Climat Location.

Des dispositifs d’aide à la rénovation méconnus

Sans surprise, ce ‘’système D’’ n’est pas sans conséquences sur la santé des Français. Ils sont 49% à estimer que le froid est la première cause de maladie en hiver, et même jusqu’à 63% chez les 18-24 ans. Les répondants de l’étude considèrent également que les hivers sont de plus en plus rudes (dans 57% des cas).

Plus inquiétant, et comme le soulèvent divers organismes professionnels du BTP depuis bien longtemps, 72% des CSP- et 64% des CSP+ indiquent qu’ils ne sont pas assez informés sur les solutions permettant de faire des économies d’énergie. Le passage à l’acte de rénovation ou de remplacement des installations pourrait cependant être facilité pour 55% des Français si ceux-ci bénéficiaient d’un crédit d’impôt incitatif.

« En termes d’impact sur l’écologie, ce manque d’informations se ressent dans la perception des meilleures sources d’énergie dans la préservation de l’environnement. Ainsi, 70% des 65 ans et + pensent à tort que le gaz pollue moins que le bois alors que 54% des moins de 35 ans en ont bien conscience », révèle l’étude.

« Finalement, bien que les Français ressentent une pression financière face au chauffage, ils estiment que leur logement apparaît comme un endroit idéalement chauffé (69%). Toutefois, près d’un tiers des Français (31%) estiment que chez eux, la température ne convient pas. Pour 20% des Français, il y fait même trop froid », conclut Andrews Sykes Climat Location.

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Plus économique que le fioul et le gaz, c’est le moment d’investir dans le chauffage au bois !

Plus économique que le fioul et le gaz, c’est le moment d’investir dans le chauffage au bois !

15 % des personnes interrogées dans le cadre du baromètre Energie-Info en septembre 2018 déclaraient avoir souffert du froid dans leur logement durant l’hiver dernier. Dans ce contexte, le médiateur national de l’énergie rappelle que la trêve hivernale est le moment idéal pour se préoccuper de cette question et résoudre les problèmes d’isolation. Le syndicat des énergies renouvelables conseille quant à lui d’investir dans le chauffage au bois, plus économique et écologique que le gaz ou le fioul.
Quatre nouvelles pistes pour en finir avec la précarité énergétique

Quatre nouvelles pistes pour en finir avec la précarité énergétique

Xavier Lemoine, maire de Montfermeil et vice-président de la Métropole du Grand Paris, a présenté ce 18 juin les résultats d’une étude menée par l’Institut négaWatt et la SEM Énergies Posit’if portant sur la précarité énergétique. Réclamant des solutions innovantes en faveur de la rénovation des maisons individuelles, le document formule quatre propositions qui permettraient d’atteindre les objectifs fixés par la loi de transition énergétique sur cette thématique.
L’UFC-Que choisir pointe les failles des Certificats d’économies d’énergie

L’UFC-Que choisir pointe les failles des Certificats d’économies d’énergie

La rénovation énergétique des bâtiments n’en finit plus d’inspirer l’UFC-Que choisir ! Après avoir dénoncé le démarchage abusif des professionnels du secteur, l’association a publié le 15 février les résultats d’une étude s’intéressant aux Certificats d’économies d’énergie (CEE), censés encourager les ménages à réaliser des travaux visant à maîtriser leurs dépenses énergétiques. Un objectif bien loin d’être rempli à en croire l’enquête. Explications.
Les Français et leurs travaux d’éco-rénovation (enquête)

Les Français et leurs travaux d’éco-rénovation (enquête)

Les Français connaissent-ils les travaux d’éco-rénovation ? Quels sont ceux qu’ils privilégient ? Connaissent-ils les différentes aides ? Autant de questions posées par Franfinance et l'institut CSA à un échantillon de plus d’un millier de Français. Et les réponses sont parfois étonnantes : si 77% des Français privilégient le changement de fenêtres dans le cadre de travaux d’éco-rénovation, seuls 16% de la population connaît le CITE (Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique). Les détails de l’enquête.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter