Les industriels du béton veulent se couler dans le moule du BIM Vie des sociétés | 06.07.15

Partager sur :
Les industriels du béton veulent se couler dans le moule du BIM Batiweb
L'industrie du Béton, avec les professionnels engagés dans le Plan de Transition Numérique du Bâtiment, se met en ordre de marche pour positionner ses produits et ses solutions béton dans le BIM (Building Information Model) ou maquette numérique. L'objectif est de mieux appréhender et anticiper les nouvelles méthodes de travail induites à courts termes par la mise en oeuvre du BIM. Explications.

« Le BIM (Building Information Model) ou maquette numérique devrait devenir une obligation en France d’ici 2017 pour les marchés publics. L’Industrie du Béton, avec les professionnels engagés dans le Plan de Transition Numérique du Bâtiment (PTNB) mis en place par le Gouvernement, est en marche pour accompagner au plus près cette mutation numérique et accélérer son développement », expliquent le Cerib, les Produits en béton et Tekla, spécialiste de la modélisation numérique dans un communiqué commun.

Pour cela, plusieurs initiatives ont vu le jour dans la filière. La Fédération de l'industrie du béton vient par exemple de lancer un projet de création d’une base de données génériques des produits en béton, avec le soutien du Plan de Transition Numérique du Bâtiment.

Cette initiative vise à permettre une meilleure intégration des produits et des solutions en béton dans le processus BIM et les différents outils métiers des prescripteurs, en phase de conception, construction et d’exploitation de l’ouvrage. L'objectif est de « concevoir, construire et aménager autrement », explique la FIB, « en utilisant, notamment, le BIM et la préfabrication en béton ».

En effet, « dans un marché structuré (comme en Finlande, ndlr.), le BIM est parfaitement adapté à la filière préfabrication en béton et de nombreuses pistes de développement restent encore à développer pour améliorer encore davantage les synergies et l’efficacité globale. Il est à souligner la volonté de disposer d’outils BIM Open source pour favoriser un dialogue entre les acteurs par des systèmes ouverts », souligne Philippe Gruat, président de la FIB et du Centre d'études et de recherche de l'industrie du béton.

Un partenariat avec Tekla

Mais encore faut-il que les professionnels soient informés des possibilités qu'offre le BIM. En 2014, le Cerib a donc signé un partenariat avec Tekla, spécialiste de la modélisation numérique, pour permettre aux professionnels de mieux comprendre et maîtriser les solutions à travers des actions de sensibilisation et de formation. Un voyage d'étude a par exemple été organisé en juin dernier à Helsinki, avec une délégation d’une douzaine de personnes, des représentants de EGF.BTP, CINOV Construction, Médi@construct, SYNTEC, UNTEC etc. pour découvrir l'utilisation du BIM en Finlande.

« Pays différent par la taille, le climat, l’organisation de son marché de la construction, mais connu pour son engagement précurseur dans la voie de la transition numérique, la visite ne pouvait qu’être riche d’enseignements. Parmi ceux-ci, je reste impressionné par la cohérence de l’adoption du BIM sur une bonne partie de ses possibilités d’usage, par l’ensemble des acteurs des projets : ingénierie, préfabricant, constructeur, et bien sûr maître d’ouvrage. Les outils, dont l’usage semble désormais grandement simplifié, arrivent jusqu’au poste de travail, simplifient le suivi de la production et de l’avancement, mettent à disposition de l’exécutant les informations dont il a besoin, assurent que chacun travaille sur la même base d’information. Des passerelles opérationnelles sont en place pour connecter BIM et ERP. Tous usages que nous avons en perspective en France, mais qui sont déjà en application ici », souligne Louis Demilecamps, directeur scientifique Vinci Construction France et président du PN MINnD.

L'exemple de la Finlande

L'une des journées a été consacrée à la présentation des outils BIM de la société TEKLA : présentations opérationnelles des fonctionnalités et des potentiels des outils développés par ce spécialiste de la modélisation numérique, avec l’intégration du BIM dans la chaine amont et aval de la construction, et le catalogue intégré des caractéristiques utiles dans le BIM. La fédération finlandaise de l’industrie du Béton a également présenté l’action de standardisation structurante pilotée depuis les années 2000 en faveur de l’utilisation du BIM par la maitrise d’œuvre et les industriels de la préfabrication en béton (BEC-2012).

« Le BIM permet une approche rationnelle de la conception à la réalisation. Le mode opératoire finlandais « tout préfa » diffère de celui pratiqué en France. La clé de la réussite passe par le management du BIM », retient Stéphane Jarny du Bureau d’études SERBA, BIM d’Or 2014, SYNTEC.

Deux cas opérationnels ont également été présentés aux professionnels pour illustrer la capacité du BIM et de la maquette numérique à « Construire avant de construire », en associant l’amont et l’aval de la filière de la construction pour « Mieux construire ensemble», ainsi que pour les industriels, la possibilité de « Mieux gérer » la fabrication et la logistique des produits en béton en lien avec des ERP.

Lors de ce déplacement, « nous avons pu comprendre comment les acteurs finlandais travaillent, et même si le mode opératoire est différent en France, il faut s’en inspirer, sans toutefois le dupliquer. Cela me conforte dans l’idée : le BIM, mais ensemble », conclut Pierre Mit, Untec, vice-président de Médi@construct.

Pour rappel, le gouvernement français a lancé en décembre dernier un Plan de transition numérique, doté d'un budget de 20 millions d'euros, pour permettre à la filière construction de se moderniser pour construire mieux et moins cher, notamment grâce aux nombreuses possibilités offertes par le BIM. Le 1er juillet, un portail entièrement dédié à la maquette numérique a vu le jour pour apporter tous les éléments de connaissance nécessaires aux professionnels.

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Transition numérique du Bâtiment : à quoi vont servir les 20 millions d'euros de budget ? Batiweb

Transition numérique du Bâtiment : à quoi vont servir les 20 millions d'euros de budget ?

A l'occasion du salon international BIM World dédié à la maquette numérique, Sylvia Pinel, ministre du Logement a présenté les principaux axes de son Plan de transition numérique dans le bâtiment, lancé en décembre dernier. Doté de 20 millions d'euros de budget, il doit notamment permettre à la filière de se moderniser, pour « construire mieux et moins cher ». Zoom sur les nouveautés à venir pour réconcilier le bâtiment avec les outils du numérique.
Le BIM n'aura plus de secret pour les professionnels du Bâtiment Batiweb

Le BIM n'aura plus de secret pour les professionnels du Bâtiment

Dans le cadre de son Plan Transition Numérique dans le Bâtiment, la ministre du Logement Sylvia Pinel vient d'annoncer le lancement d'un portail Internet entièrement dédié à la maquette numérique, le BIM. Il contiendra de nombreuses informations pour les professionnels, afin de faciliter leur passage à l'ère du numérique. Détails.
Mondial du Bâtiment : Jacques Mézard se félicite de l’engagement du secteur en faveur de la transition numérique Batiweb

Mondial du Bâtiment : Jacques Mézard se félicite de l’engagement du secteur en faveur de la transition numérique

Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, a inauguré ce jeudi 9 novembre, le Mondial du Bâtiment. Lors de cette visite, il s’est dit fier de l’engagement des acteurs du bâtiment en faveur de la transition numérique et a assuré que le Gouvernement travaillait à la simplification des normes pour qu’il soit plus facile d’entreprendre. Il a également participé à la signature de la charte « Objectif BIM 2022 » lancée par le Plan Transition Numérique pour le Bâtiment.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter