Les producteurs de granulats signataires de la Chaire Maritime Vie des sociétés | 20.12.18

Partager sur :
Les producteurs de granulats signataires de la Chaire Maritime
L’Union nationale des producteurs de granulats (UNPG), EDF Renouvelables et le Réseau de transport d’électricité (RTE) font partie des signataires de la Chaire Maritime lancée par la Fondation de l’Université de Nantes. Cette chaire a pour ambition de constituer une équipe de recherche afin de mener une réflexion sur les modalités d’appropriation de l’espace maritime.
Dans un communiqué, la Fondation de l’Université de Nantes annonce le lancement d’une Chaire Maritime dont l’objectif est de mener une réflexion sur les modalités d’appropriation de l’espace maritime.

Ces dernières années, les activités en mer n’ont cessé de se développer. La planification de l’Espace Maritime se veut ainsi nécessaire et essentiel. C’est « un vrai enjeu de société pour en assurer le partage entre ses différents usagers ».

Cette planification vise en effet à assurer un multi-usage équilibre de l’espace maritime par l’établissement d’une stratégie partagée et pensée par les collectivités locales, les services de l’État, des professionnels ou encore des riverains.

Une équipe de recherche dédiée

La Chaire doit permettre de réunir des acteurs de tout horizon. « Elle se positionne comme accélérateur de recherches scientifiques interdisciplinaires pour l’ensemble des questions liées aux activités humaines menées au sein des espaces maritimes ». Elle prendra appui sur une dimension internationale pour éclairer la compréhension des phénomènes à différentes échelles géographiques.

Les travaux conduits doivent permettre ainsi permettre de développer une réflexion sur les dynamiques des activités humaines en mer ; d’apporter une réponse aux besoins actuels et futurs des usagers de l’espace maritime à l’échelle nationale et internationale ; et d’accompagner la concertation autour des projets maritimes.

Parmi les partenaires mécènes, on retrouve l’UNPG qui déclare : « Les producteurs de granulats sont convaincus de l’intérêt de toute démarche de concertation. C’est donc tout naturellement que l’UNPG a souhaité rejoindre la chaire et participer aux travaux de recherche dans le but de travailler, en concertation, sur les modalités de cohabitation entre les différentes activités maritimes. Nous sommes persuadés que ces travaux, qui permettront une meilleure articulation des activités économiques entre elles, contribueront à une meilleure préservation du milieu marin ».

EDF Renouvelables a également tenu à s’inscrire dans la démarche : « Dans le cadre du développement de ses projets d’énergies marines renouvelables, EDF Renouvelables, filiale du groupe EDF, accorde une grande importance à la cohabitation avec les autres usagers de la mer dans un souci permanent de préservation de l’environnement. Cette Chaire maritime a su fédérer des acteurs de tous horizons et nous sommes convaincus qu’elle permettre de développer de nouveaux outils afin de mieux appréhender les exercices de planification de l’espace maritime ».

De son côté, RTE qui a été « missionné par l’État pour financer et réaliser le raccordement des énergies marines au réseau électrique français » estime que « les travaux menés par la Chaire maritime de l’Université de Nantes contribueront à améliorer la connaissance et la planification des espaces maritimes, pour mieux favoriser la coexistence des usages en mer ».

Les autres partenaires de la Chaire maritime sont le Crédit Maritime Grand Ouest, le COREPEM et le Fonds de dotation Charier.

Durée de la Chaire : 5 ans
Montant : 600 000 €
Titulaire de la Chaire : Brice Trouillet, Université de Nantes, enseignant-chercheur, géographie et directeur du laboratoire LETG-Nantes.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Un décret attendu d'ici fin février pour booster la production des EnR

Un décret attendu d'ici fin février pour booster la production des EnR

Alors que l'électricité d'origine renouvelable a compté pour 19 % dans la consommation d'énergie française en 2015, le gouvernement compte accélérer sa transition énergétique. D'ici la fin du mois de février un décret, détaillant les grandes orientations réglementaires par type d'énergie, sera publié, a annoncé la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal. En ligne de mire, l'objectif de produire 40 % d'électricité renouvelable d'ici 2030.
 (Tribune Libre) « L’autoconsommation énergétique, les voyants sont au vert, allons-y ! »

(Tribune Libre) « L’autoconsommation énergétique, les voyants sont au vert, allons-y ! »

Dans une tribune publiée le 27 novembre dernier, Clara Trévisiol, co-fondatrice de la startup Monabee, estime que l’objectif de 32% de production d’énergies renouvelables d’ici 2030 contre 20% semble « difficilement atteignable si des décisions ne sont pas prises immédiatement ». Revenant sur l’autoconsommation, elle pointe les freins à son développement et notamment le « manque d’audace politique face à un réel potentiel ». Tous les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter