Logements sociaux : la CLCV dénonce une hausse considérable des loyers et des charges Vie des sociétés | 27.01.16

Partager sur :
Certains bailleurs sociaux ont « considérablement » augmenté les charges et parfois les loyers de locataires fragilisés par la crise, dont le taux d'effort est « à la limite de l'acceptable », dénonce l'association de défense des consommateurs CLCV. Pour la 2e année consécutive, la CLCV (Consommation, Logement, Cadre de Vie) publie 45 rapports d'inspection qu'elle a passés au crible dans une synthèse consultée par l'AFP.
Ces rapports émanent de l'ex Mission interministérielle de logement social (Miilos) devenue aujourd'hui l'Agence nationale de contrôle du logement social (Ancols), chargée de contrôler les organismes qui gèrent 4,7 millions de logements HLM en France, soit 16% des résidences principales.

Si certains bailleurs sociaux ont amélioré leur gestion depuis leur dernier contrôle, d'autres sont épinglés pour « des hausses de loyers non conformes à la réglementation », des « dépassements des plafonds conventionnels » de loyers, et des « charges récupérées à tort », relève la CLCV.

Ces pratiques sont « solidement ancrées » dans les Bouches-du-Rhône comme en attestent les rapports consacrés aux organismes Erilia, Logirem, Sem Marseille habitat et Semisap et « doivent être proscrites », dénonce l'association de consommateurs.

Les charges indûment perçues doivent être remboursées aux locataires, rappelle la CLCV, qui a obtenu de la Logirem le reversement de quelque 108 000 euros indûment facturés à ses locataires de 2011 à 2013.

Aussi des bailleurs tels que LogiPays (Calvados), Chartres Habitat (Eure-et-Loir), Rochefort Habitat Océan (Charente-Maritime) et Habitat 44 (Loire-Atlantique), « proposent des loyers de plus en plus élevés ».

Parmi les autres irrégularités pointées par la Miilos, des « rapports Complexes » entre la SNI, filiale de la Caisse des dépôts (CDC) et ses quatre filiales la Samo, Efidis, Osica et Adoma, actives en Ile-de-France.

Et si le recours à des swaps (contrats d'échange, NDLR) a globalement diminué au sein des organismes HLM, ce n'est pas le cas chez les sociétés du groupe SNI.

Celles-ci « font partie des rares sociétés du logement social » à recourir encore à ces instruments financiers, permettant aux bailleurs sociaux de se couvrir contre le risque de hausse du taux du Livret A, sur lequel sont indexés leurs emprunts.

Or ceux-ci ont entraîné des « pertes » de près de 45 millions d'euros pour Osica, 23 millions pour Efidis, 10,5 millions pour Adoma et des « pertes Latentes » d'environ 800 000 euros pour la Samo, relèvent les rapports de la Miilos, comme l'avait révélé l'AFP en novembre 2014.

Avec AFP
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Vers plus de diversification et de BIM pour AC Environnement - Batiweb

Vers plus de diversification et de BIM pour AC Environnement

AC Environnement peut se féliciter d’un bilan fructueux en 2018, avec la création de son réseau de franchise, le rachat d’ASE (Alliance Sud Expertises), et une augmentation de 10% de son chiffre d’affaires. La start-up créée en 2002 à Roanne par Denis Mora et Pierre Deroche est devenue, en 17 ans, leader du diagnostic immobilier et du BIM en France. Retour sur le bilan et les perspectives à venir de ce groupe en pleine expansion.
Les majors européens du BTP assez solides pour surmonter la crise ? - Batiweb

Les majors européens du BTP assez solides pour surmonter la crise ?

En cette période de reprise progressive post-coronavirus, le cabinet d'études Mazars s'est penché sur le bilan 2019 des 17 majors européens du BTP au chiffre d'affaires consolidé supérieur à 5 milliards d'euros, pour mieux estimer leur capacité à surmonter la crise. Or, l'année 2019 s'est révélé être un très bon cru pour les grands groupes du BTP, avec une hausse de la croissance, des carnets de commande et de la trésorerie, et une baisse de l'endettement net. Mais cette solidité financière suffira-t-elle à les aider à affronter la crise ?
Lancement du Grand Prix ESSEC pour une ville solidaire et responsable - Batiweb

Lancement du Grand Prix ESSEC pour une ville solidaire et responsable

L’ESSEC Business School annonce le lancement d’un Grand Prix visant la mise en lumière d’initiatives qui répondent aux problématiques actuelles de transition énergétique, de préservation de l’environnement et de lutte contre les exclusions. Acteurs privés et publics, collectivités territoriales, associations ou encore bailleurs sociaux sont invités à candidater jusqu’au 3 mars 2019. La remise des prix se tiendra en juin prochain à l’Hôtel de Ville de Paris.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter