Nexity attend un « vrai » plan logement de la part du Gouvernement Vie des sociétés | 22.11.18

Partager sur :
Dans une lettre ouverte adressée au président de la République et au Premier ministre, Alain Dinin, PDG de Nexity, reproche à l’exécutif de ne pas avoir réussi son choc de l’offre de logements. Très critique, le promoteur immobilier estime que certaines mesures ont cassé « un marché (..) qui se portait presque bien ». Nexity appelle ainsi le gouvernement à présenter « un vrai plan » en faveur du logement et formule 22 propositions pour endiguer la crise.
Dans une lettre adressée au Gouvernement, Alain Dinin, PDG du groupe Nexity, s’insurge: « Vous nous aviez promis un véritable choc de l’offre, plus de logements moins chers. Le compte n’y est pas. De loin ».

« Une fois de plus, quelques mesures auront cassé un marché du logement qui se portait presque bien (…). Une fois encore, alors que le logement rapporte toujours plus à l’Etat - 35 milliards d’euros d’excédent l’an passé - votre gouvernement, à Bercy, a privilégié une vision comptable, oubliant les gens, d’abord les plus modestes, leurs besoins, le vivre-ensemble », indique-t-il.

Le besoin en logement est pourtant important : « d’ici 20 ans, plus de 10 millions de personnes n’auront pas accès à un logement décent ou adapté et pour certains pas de logement du tout » si le gouvernement « ne corrige pas très rapidement les choix faits en matière de logement ».

Des logements accessibles

Nexity souligne que les enjeux sont démographique, générationnel et culturel. Le choc de l’offre ne fera pas baisser les prix. Les prix doivent baisser pour attirer des acheteurs potentiels. Si le prix n’est pas accessible, « il n’y a pas d’acheteurs; et s’il n’y a pas d’acheteurs, les opérateurs ne lancent pas de constructions ».

Lors d’une conférence de presse, Alain Dinin est revenu sur le prix du foncier. « S'il y a un secteur dans lequel il faut faire preuve d'autorité brutale, c'est celui-là ». « Si on ne plafonne pas les prix du foncier, si on ne touche pas à la fiscalité, on produira moins de 350 000 logements par an et dans 3 à 4 ans on aura une société qui votera n'importe comment ».

« En un an, les taxes et prélèvements sur le logement sont passés de 70 à 74 milliards d’euros », a-t-il encore regretté en déplorant les conséquences sur le coût final des logements. « On sent la montée de la désespérance dans notre clientèle. Elle est là notre inquiétude ».

A l’occasion de son intervention devant la presse, le PDG a dévoilé les 22 propositions « à la fois fiscales, législatives et structurelles pour endiguer la crise du logement » en France. « Il faut peut-être se mettre en avant car il y a une responsabilité RSE des entreprises. C'est ça qui nous anime », a-t-il poursuivi pour justifier sa démarche inhabituelle.

Parmi l'éventail, M. Dinin a particulièrement mis en avant les mesures suivantes: « rétablir l'APL accession », « réformer en profondeur les droits de mutation et établir une progressivité des frais de notaires », « instaurer un seuil minimal de constructibilité en zone urbaine » et non une hauteur maximale, « rétablir la TVA réduite à 5,5% pour le logement locatif très social » et « régionaliser la politique du logement » pour redonner du pouvoir aux élus locaux.  

« Les mesures sont critiquables, elles peuvent être débattues mais si on n'a pas de courage politique, on le paiera en 2022, a-t-il ajouté. On me reproche de ne pas avoir de poids politique, mais on ne propose que des points de débat. On cherche la confrontation, on secoue le cocotier ».

Nexity attend ainsi du gouvernement qu’il présente « un vrai plan logement » afin que chaque Français puisse trouver un toit « adapté et abordable ».

R.C (AFP)

Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Selon Alain Dinin (Nexity), le projet de loi Elan ne relancera pas l’offre

Selon Alain Dinin (Nexity), le projet de loi Elan ne relancera pas l’offre

C’est une évidence : le projet de loi Elan, adopté en première lecture par l’Assemblée nationale, ne convainc pas. S’il doit venir libérer la construction, nombreux sont les acteurs du secteur à craindre que certaines mesures soient « contre-productives ». Ce vendredi, Alain Dinin, PDG de Nexity a même estimé que le projet ne relancera pas l’offre immobilière.
L’APL accession doit être rétablie dans le PLF 2019, estime Procivis

L’APL accession doit être rétablie dans le PLF 2019, estime Procivis

Dans un communiqué daté du 14 septembre 2018, le réseau Procivis alerte le gouvernement sur le risque de voir le « choc de l’offre » échouer à cause du projet de Loi de finances 2019. Il regrette notamment la vision « exclusivement budgétaire » de la politique du logement et pointe le désengagement de l’Etat amorcé en 2018. Le rétablissement de l’APL accession dans le PLF 2019 « est essentiel ».
Loi Elan : un texte anti-pauvres ?

Loi Elan : un texte anti-pauvres ?

Adopté par l’Assemblée nationale puis le Sénat, le projet de loi Elan est actuellement examiné par la commission mixte paritaire. L’objectif, aboutir à un texte commun aux deux assemblées parlementaires. A cette occasion, l’association Droit au Logement a organisé une nouvelle manifestation pour dénoncer un projet « anti-pauvres ». C’est une loi « qui précarise », estime Jean-Baptiste Eyraud, président du Dal.
Projet de loi Elan : députés et sénateurs trouvent un accord

Projet de loi Elan : députés et sénateurs trouvent un accord

Au terme de plusieurs heures de débats, députés et sénateurs, réunis en commission mixte paritaire, mercredi 19 septembre, pour l'examen du projet de loi Elan, ont trouvé un accord sur une version commune du texte. Le projet de loi Elan, qui compte désormais 270 articles, devra être adopté définitivement lors d’une ultime lecture dans les deux chambres du Parlement.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter