Nouveau rebond des prix des logements anciens Vie des sociétés | 07.06.18

Partager sur :
La baisse des ventes de logements n'aura finalement eu que peu d'impact sur les tensions du marché ! A tel point que les prix dans l'ancien ont encore augmenté au premier trimestre 2018, à raison de +1,5% sur les trois derniers mois, et +3,5% sur un an selon l'indice Notaires-Insee paru ce 7 juin. A fin mars 2018, le volume annuel de transactions s'élève à 956 000 unités, se stabilisant par rapport à décembre dernier.
Bonne nouvelle pour les professionnels de l'immobilier, et tout particulièrement du marché de l'ancien ! Paru ce jeudi 7 juin, le dernier indice Notaires-Insee note en effet que les prix des logements du secteur ont encore augmenté au cours du premier trimestre 2018.

Ainsi, ils affichent une hausse de +1,5% par rapport aux trois mois précédents (après +0,3%), avec une tendance légèrement plus marquée pour les maisons (+1,6%) que pour les appartements (+1,4%). Sur un an, les prix ont également progressé de +3,5%, tirés, cette fois, par les appartements (+4,3%), plus dynamiques que les maisons (+2,9%).

Un mouvement qui se confirme sur l'ensemble du territoire

En outre, l'Insee révèle que l'augmentation des prix dans l'immobilier ancien se fait ressentir sur la France toute entière. En Île-de-France, notamment, leur croissance trimestrielle s'élève à +0,9%. En revanche, sur un an, la tendance s'atténue, avec une progression de +5,0% après +5,6%.

Les autres régions ne sont pas non plus épargnées, affichant une hausse trimestrielle de +1,8% après +0,2%. Sur un an, les prix ont augmenté de +3,1%, à raison de +3,5% pour les appartements et +3,0% pour les maisons.

L'indice Notaires-Insee précise enfin que le volume annuel de transactions s'est maintenu à un niveau élevé au premier trimestre 2018, avec 956 000 ventes recensées dans l'ancien. Un bilan « similaire au volume cumulé sur un an observé le trimestre précédent (960 000 en décembre 2017), mais plus élevé que celui observé un an plus tôt (877 000) », conclut le rapport de données.

F.C

Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Stabilisation des ventes de logements anciens en 2018

Stabilisation des ventes de logements anciens en 2018

En cette période de fin d’année, le Conseil supérieur du notariat a lui aussi dressé le bilan de 2018 pour le marché de l’immobilier ancien. Les hausses des taux d’intérêt des prêts et des prix des biens n’auront visiblement pas été sans conséquences. En effet, avec 956 000 ventes estimées sur les douze derniers mois à fin septembre 2018, le volume annuel ne progresse que de +0,8%. Bien que ces indicateurs ne soient pas définitifs, il semble peu probable que le million de transactions soit dépassé.
L’immobilier se porte toujours aussi bien d’après les Notaires de France

L’immobilier se porte toujours aussi bien d’après les Notaires de France

Si la conjoncture est plutôt favorable dans le secteur du bâtiment, les Notaires de France notent eux aussi que celui de l’immobilier est en pleine croissance. 921 000 ventes ont ainsi été réalisées en un an à fin juin 2017, tandis que le taux de rotation demeure à un niveau particulièrement élevé. De quoi laisser présager le meilleur pour le reste de l’année.
Conjoncture : l'immobilier repart partout sauf à Paris

Conjoncture : l'immobilier repart partout sauf à Paris

Après une chute de 25% en 2012, le nombre de transactions progresse sur les six premiers mois de l'année, annonce le dernier baromètre de Century 21. Encouragé par une baisse des prix contenue à -2,6 % sur douze mois et soutenu par des taux d’intérêt historiquement bas, le marché fait l’objet d’un regain d’activité de +6,6 %.
Taux d’intérêts au plus bas, l’immobilier ancien décolle !

Taux d’intérêts au plus bas, l’immobilier ancien décolle !

Cela n’était pas arrivé depuis février 2012. Après une période particulièrement incertaine durant laquelle le volume des ventes d’immobilier ancien n’a cessé de faire le yo-yo, l’organisme Notaires de France estime à 839 000 le nombre de transactions réalisées en un an, soit une hausse de 15%. Un bilan positif qui doit beaucoup aux taux d’intérêt historiquement bas enregistrés par le secteur. Le point sur la conjoncture immobilière actuelle.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter