Panneaux solaires : une charte des bonnes pratiques contre les arnaques Vie des sociétés | 06.09.18

Partager sur :
Panneaux solaires : une charte des bonnes pratiques contre les arnaques
A l’occasion de l’Université d’été du solaire organisé au CESE du 5 au 6 septembre, Arnaud Leroy, président de l’Ademe a annoncé la mise en place prochaine d’une charte des bonnes pratiques pour éviter les arnaques lors de l’installation de panneaux solaires chez les particuliers. La démarche sera déployée en collaboration avec les organismes de crédit à la consommation. Les premiers échanges sont prévus au dernier trimestre 2018.
En 2016, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) indiquait que le secteur de l’installation et de l’entretien des panneaux solaires était le second, après la téléphonie mobile, en nombres de plaintes enregistrées.

C’est face à ce constat que l’Ademe propose aujourd’hui de mettre en place une charte des bonnes pratiques contre les arnaques ; une démarche qui serait déployée en collaboration avec les organismes de crédit à la consommation.

L’objectif serait d’éviter « les financements qui peuvent apparaître parfois comme fantaisistes », a expliqué Arnaud Leroy, président de l’Ademe, à l’occasion de l’université d’été du solaire. Via la charte, le fait que l'installateur possède l'agrément national RGE pourrait devenir un critère, voire conditionner l'octroi d'un crédit.

« Je vais prendre langue avec l'ensemble des (établissements) de crédit à la consommation dans les prochaines semaines pour essayer d'éviter les mauvais exemples », a-t-il indiqué appelant « tout le monde à la vigilance sur l’éco-délinquance liée à l’installation ».


Développer l’autoconsommation

En évitant les arnaques, l’Ademe souhaite aussi donner un coup de pouce à l’autoconsommation. « Il existe une réelle appétence des Français pour l’autoconsommation : 63% sont intéressés pour produire et consommer leur électricité », a précisé M. Leroy.

L'an dernier, la France comptait 28.000 installations d'autoconsommation, a indiqué le président d'Enerplan, Daniel Bour. Et selon Christian Buchel, directeur clients et territoires du gestionnaire du réseau de distribution d'électricité Enedis, sur les 10.000 nouvelles installations solaires raccordées au réseau au premier semestre 2018, 80% étaient des projets d'autoconsommation.

Mais « si demain vous avez une installation d'autoconsommation vendue et installée à un prix prohibitif à quelqu'un qui n'en a pas besoin et que ça fait la Une de tel ou tel magazine de défense des consommateurs ou de tel ou tel reportage sur telle ou telle chaîne (de télévision), je crois qu'on aura là un élément de difficulté supplémentaire pour promouvoir l'autoconsommation », a défendu le président de l'Ademe.

Les malfaçons et autres arnaques ne sont pas l’unique frein au déploiement de l’autoconsommation. Les professionnels critiquent un développement trop lent du fait d’un cadre réglementaire contraignant, notamment en matière de fiscalité et d’autorisations. « On prend du retard et cela a des conséquences » sur la capacité de la France à faire émerger une industrie des services associés, a regretté M. Bour, qui s’est dit « désabusé ».

Il a par ailleurs rappelé que le dernier appel d’offres dédié, qui prévoyait d'attribuer 50 mégawatts de nouvelles capacités, a finalement été validé pour 2 mégawatts seulement.

R.C (Avec AFP)
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Point sur le marché européen des panneaux solaires

Point sur le marché européen des panneaux solaires

Alors que l’ADEME a récemment évoqué la création d’une charte des bonnes pratiques pour éviter les arnaques concernant les panneaux solaires, et que le marché européen fait face à la fin de la taxation des panneaux solaires chinois, nous avons fait le point avec Alexandra Del Medico, Secrétaire générale de Qualifelec. Entretien exclusif.
EnR : la DGCCRF dénonce de « graves manquements »

EnR : la DGCCRF dénonce de « graves manquements »

Dans une enquête publiée ce jeudi 19 novembre, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) fait état de « graves manquements » des professionnels du secteur des énergies renouvelables. Avec un taux d’infraction de 50%, la DGCCRF dénonce les mauvaises pratiques et invite les consommateurs à signaler de manière systématique les abus et/ou dérives dont ils seraient victimes.
La filière solaire pourrait créer près de 25 000 emplois d’ici à 2023

La filière solaire pourrait créer près de 25 000 emplois d’ici à 2023

Dans une étude rendue publique le 27 février dernier, le syndicat des professionnels de l’énergie solaire (Enerplan) met en avant « la compétitivité » de la filière photovoltaïque. S’appuyant sur les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’énergie, le secteur dit viser la création de 25 000 emplois d’ici 2023. Les retombées fiscales versées aux collectivités sont elles estimées à 180 millions d’euros par an.
Rénovation énergétique : l’UFC-Que Choisir relève des pratiques commerciales « désastreuses »

Rénovation énergétique : l’UFC-Que Choisir relève des pratiques commerciales « désastreuses »

Dans une étude publiée mardi 26 mars, l’UFC-Que Choisir pointe une nouvelle fois les pratiques commerciales frauduleuses de certains professionnels de la rénovation énergétique. Refus de devis, conseils « inadéquats », allégations « fantaisistes », comptent parmi les comportements observés par les bénévoles de l’association qui ont testé environ 500 professionnels, en magasin comme sur des stands de salon.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter