Pénurie de carburant : la FFB et la Capeb interpellent le Gouvernement Vie des sociétés | 24.05.16

Partager sur :
Le blocage de plusieurs raffineries inquiètent le monde du bâtiment. C'est pourquoi nombreuses sont les organisations professionnelles ayant appelé le Gouvernement à agir afin qu'il prenne des mesures d'urgence pour rétablir la distribution normale des carburants. La FFB dénonce notamment une prise en otage des entreprises du BTP tandis que la Capeb s’inquiète des conséquences d'une pénurie d'essence sur l'activité du secteur de l'artisanat du bâtiment.

Dans un communiqué daté de ce jour, la Fédération Française du Bâtiment, demande au Gouvernement « de prendre d’urgence toutes les mesures nécessaires pour rétablir la distribution normale des carburants ».

En effet, la FFB considère que le blocage de plusieurs raffineries et de dépôts de carburant « pénalise petit à petit l’activité des entreprises du Bâtiment » et dénonce une prise en otage du secteur qui éprouve des difficultés à s’approvisionner en carburant.

« Au moment où le secteur connaît quelques signes de reprise, la pénurie qui s'annonce risque de conduire à une rupture d'approvisionnement des matériaux, au ralentissement de l'activité voire à la fermeture de certains chantiers », estime la FFB. « Si le droit de grève est un droit constitutionnel, il ne permet pas d'empêcher de travailler, de bloquer ou d'entraver la circulation », ajoute-t-elle.

La FFB appelle donc le Gouvernement à agir afin que les entreprises du Bâtiment ne soient pas davantage perturbées « par ce conflit ».

A son tour, la Capeb exprime son désarroi

La Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) a également exprimé son inquiétude indiquant que : « la pénurie d’essence fait déjà sentir ses effets dans de nombreuses régions avec un impact direct sur les conditions de travail des artisans du Bâtiment ».

Tout comme la FFB, la CAPEB s’inquiète des conséquences de cette pénurie sur l’activité du secteur « alors que de légers signes de reprise avaient pu être constatés au 1er trimestre 2016 ».Dans son communiqué, l'organisation professionnelle détaille la situation dans les régions les plus touchées par le blocage des raffineries. Elle cite notamment la Loire-Atlantique où 147 stations sur 250 sont fermées : « Les artisans ont moins d’une semaine de carburant devant eux et leurs salariés commencent à rencontrer des difficultés pour rejoindre leur lieu de travail ».

En ce qui concerne la Basse Normandie, limitée à 20 litres, la Capeb déplore une envolée des prix passant de 1.035€ à 1.145€ en 48 heures. Par ailleurs, « la quantité de carburant disponible pour chacun est trop faible pour assurer l’activité des artisans sur place ». 

La Capeb se réfère également aux artisans du Gard qui « connaissent une situation très préoccupante, avec un accès aux pompes quasi impossible pour certains alors que d’autres ne peuvent plus assurer les livraisons. Conséquence : des ventes ratées et des pertes de marché ». 

Patrick Liébus, Président de la Capeb, commente : « Je demande au Gouvernement de faire le nécessaire pour lever les blocus établis au sein des raffineries. De mon côté, j’invite l’ensemble de mes collègues, présidents de Capeb départementales, à rester vigilants et à prendre contact avec les services de leurs préfectures, afin d’être relais d’informations en direction des entreprises. En effet, il ne faudrait pas gêner les entreprises dans leur activité au moment où la reprise commence à se faire sentir ! »

R.C 
Photo de une : © Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Pénurie de bitume : mise en place d’une « cellule de coordination » - Batiweb

Pénurie de bitume : mise en place d’une « cellule de coordination »

Le ministère chargé des Transports a reçu, mardi 24 juillet, les acteurs concernés par les difficultés d’approvisionnement en bitume. A l’issue de cette réunion, il a été décidé de la création d’une « cellule de coordination » afin d’assurer le suivi de la situation et trouver une solution à cette pénurie. Elle permettra également d’anticiper les besoins de la filière.
« Sans plan de relance, le bâtiment court à la catastrophe » (Olivier Salleron) - Batiweb

« Sans plan de relance, le bâtiment court à la catastrophe » (Olivier Salleron)

Des chantiers émanent à nouveau les bruits de la construction. Même avec une production amoindrie, le bâtiment reprend, et selon les chiffres de la FFB du 29 juin, 95 % des chantiers ont désormais retrouvé une activité normale, bien que le secteur du BTP ait été lourdement impacté. Aujourd’hui, les attentes se tournent donc vers des mesures de relance, que la FFB présente à travers la voix de son nouveau président, Olivier Salleron.
La reprise dans le bâtiment s’accélère malgré un climat institutionnel menaçant - Batiweb

La reprise dans le bâtiment s’accélère malgré un climat institutionnel menaçant

2017 aura décidément été une année dynamique pour le secteur du BTP ! La Fédération française du bâtiment (FFB) revenait ce 19 décembre sur la reprise observée tout au long de ces douze derniers mois, saluant l’accélération de l’activité. Néanmoins, l’organisme redoute désormais les effets néfastes que pourraient avoir les récentes mesures gouvernementales envisagées ou adoptées sur le marché en 2018.
Les poussières et le risque chimique au cœur de la Journée de la Prévention - Batiweb

Les poussières et le risque chimique au cœur de la Journée de la Prévention

Le 28 mars prochain sera une journée consacrée à la prévention dans le BTP. Cet événement, organisé par divers organismes du secteur, vise à sensibiliser tous les professionnels et à leur transmettre des conseils grâce auxquels ils pourront exercer leurs métiers sans risque. Cette année, une attention particulière sera portée sur les poussières et le risque chimique, dont les dangers, bien qu’invisibles, peuvent avoir de graves répercussions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter