Prévention : comment faire baisser le nombre d'accidents sur les chantiers ? Vie des sociétés | 26.06.14

Partager sur :
Toutes les minutes, un accident avec arrêt de travail survient dans le secteur du BTP, qui compte 1 576 000 salariés. Ces accidents provoquent 5 incapacités permanentes chaque heure et 131 décès par an. Face à cette sinistralité, l'organisme de prévention et de formation l'OPPBTP oeuvre chaque année auprès des entreprises pour qu'elles adoptent les bons réflexes et le bon management. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la prévention n'est intuitive pour personne.

En 2012, les accidents du travail dans les métiers du BTP ont coûté 3 à 5 milliards d'euros pour les entreprises. Dans le top 3 des accidents les plus fréquents sur un chantier, la manutention manuelle, les accidents de plain-pied et les chutes de hauteur.

Depuis une dizaine d'années, les études révèlent que le nombre d'accidents est en baisse, notamment grâce à la prise de conscience des entreprises des enjeux humains, économiques et juridiques au coeur de cette sinistralité.

Mais il reste encore des progrès à faire : « En matière de sécurité, les progressions sont lentes et les régressions fulgurantes », constate Marc Girard, responsable formation grands groupes OPPBTP. En cause : les mauvaises habitudes, difficiles à perdre et des règles de sécurité souvent bafouées. Pourtant, « 85 % des accidents graves auraient pu être évités par la personne qui en a été victime », affirme Marc Girard.

85 % des accidents auraient pu être évités

Au coeur du message, la prévention mais pas seulement. Il existe en effet un certain nombre de règles sur un chantier afin de limiter les risques à effets immédiats (conséquences directes sur la santé de l'employé), les risques à effets différés (TMS, amiante, surdité etc.) ou l'exposition des salariés sur leur lieu de travail. Par exemple, donner des consignes de travail, mettre en place de balisage, de blindage ou apporter des solutions mécanique pour soulager un travail pénible pour le salarié.

Mais elles ne suffisent pas à supprimer totalement le danger. « La mise en place de règles sur un chantier ne permet pas de tout maîtriser. Si vous imposez des contraintes sans faire prendre conscience à vos salariés des véritables problèmes sur un chantier, cela ne fonctionnera pas. Il faut que les salariés soient intelligents, c'est-à-dire qu'ils soient capables de s'adapter à toutes les situations », analyse Marc Girard en illustrant ces propos avec la pyramide de Franck E. Bird.

Agir sur la base de la pyramide de Bird

Statistiquement, dans le BTP, pour 2 millions d'actes dangereux et de prises de risque, un chef d'entreprise peut s'attendre à 400 blessures graves, 20 000 blessures comptabilisées, 240 000 presqu'accidents, et un décès tout en haut de la pyramide.

« Si on parvient à s'attaquer à la base de cette pyramide en imposant par exemple une tolérance zéro face à un acte dangereux, alors on fait mécaniquement baisser le risque de décès, de blessures graves etc. », poursuit-il. « Mais cela nécessite aussi un changement de la part des entreprises en matière de culture de la sécurité ». C'est tout le rôle de l'OPPBTP.

Cet organisme de conseils en prévention, sécurité et santé pour les salariés du bâtiment et des travaux publics produit de la documentation sur toutes les solutions techniques pour les chantiers. Plus important encore, elle réalise des diagnostics dans les entreprises afin de déterminer son niveau de culture de la prévention. Elle propose ensuite un plan d'action sur trois thèmes : organisation, technique et humain en fonction des besoins et des ressources humaines et financières de l'entreprise.

Un investissement gagnant-gagnant

« Nous leur apportons de nouvelles pratiques dans les fonctionnements collectifs et individuels et nous leur donnons des pistes et des leviers pour communiquer, informer et former les chefs d'entreprises et les salariés. Le but est que l'entreprise parviennent ensuite à devenir autonome pour s'améliorer », précise Georges Girardi, responsable de la formation professionnelle continue pour l'OPPBTP.

« Les entreprises doivent comprendre que la prévention n'est pas un investissement perdant mais gagnant-gagnant pour elle et leurs salariés », conclut-il.

C.T
© wellphoto - Fotolia.com

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les professionnels mobilisés contre le risque de chutes de hauteur

Les professionnels mobilisés contre le risque de chutes de hauteur

Alors que les chutes de hauteur restent encore aujourd’hui la première cause d’accidents graves et mortels dans le secteur du BTP, les professionnels lancent une nouvelle campagne de sensibilisation. Baptisée « travaux en hauteur, pas le droit à l’erreur », cette campagne donne plusieurs pistes aux professionnels pour se prémunir contre ce risque.
L’OPPBTP et la CNAM renouvellent leur campagne de prévention contre les chutes en hauteur

L’OPPBTP et la CNAM renouvellent leur campagne de prévention contre les chutes en hauteur

Quatre ans après le lancement d’une première campagne de prévention contre les risques de chutes en hauteur, l’OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics) et la CNAM (Assurance Maladie – Risques professionnels) ont décidé de renouveler leur convention de partenariat jusqu’en 2022 pour renforcer le dispositif en fonction des retours d’expérience et améliorer les résultats.
La prévention, premier domaine de formation dans l’artisanat du BTP

La prévention, premier domaine de formation dans l’artisanat du BTP

Publiée ce jour, la 5e édition de l’Observatoire national des formations à la prévention révèle qu’en 2016, une formation sur deux est liée à la prévention (49%). Si les chiffres sont encourageants, les auteurs de l’étude, notent un « écart significatif » entre la principale cause des accidents du travail et les thématiques suivies. Des leviers ont ainsi été identifiés pour améliorer le suivi et l’impact des formations auprès des artisans du BTP.
Prévention des risques liés au bitume : deux nouveaux dépliants sont parus !

Prévention des risques liés au bitume : deux nouveaux dépliants sont parus !

En 2011, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé l’exposition aux fumées de bitumes lors des travaux de revêtements routiers comme possiblement cancérogène pour l’homme. Depuis, la profession et les organismes de prévention n’ont cessé de collaborer pour identifier les bonnes pratiques et en développer de nouvelles. Le 25 septembre dernier, l’INRS a présenté deux dépliants de prévention destinés aux chantiers de construction.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter