Quelle place pour le Bois Energie dans la transition énergétique ? Vie des sociétés | 04.12.14

Partager sur :
A l'heure de la transition énergétique, dont le programme prévoit une montée en puissance des énergies renouvelables, le Bois Energie souhaite s'imposer comme l'une des alternatives aux énergies fossiles. Quels sont les atouts du secteur et les avancées ? Interview de Jean-Jacques Rousseau, expert Biomasse EDF Optimal Solutions, présent en conférence sur le salon Expobois du 10 au 20 novembre à Paris Nord Villepinte.

Batiweb : Le plan national d'action en faveur des énergies renouvelables prévoit d'atteindre l'objectif de 23 % des énergies renouvelables dans la consommation finale, quel rôle doit jouer le Bois Energie dans l'atteinte de cet objectif ?

Jean-Jacques Rousseau : Le Bois Energie doit être un moteur dans le développement des énergies renouvelables d'autant qu'il occupe déjà la première place avec 50 % de la production d'énergies renouvelables en France. Le Bois Energie se présente véritablement comme l'une des alternatives aux énergies fossiles, faible en émission carbone. Il s'agit de la technique la plus à même d'atteindre cet objectif compte tenu des ressources disponibles en France puisque nous disposons du parc forestier le plus vaste d’Europe.

Batiweb : On entend de plus en plus parler de la 

torréfaction, quels sont les avantages et les inconvénients de ce procédé ?

La torréfaction est un procédé thermochimique connu depuis 4-5 ans par les petites structures et développé notamment par le groupe Areva. Cette technique est en plein développement et on sait aujourd'hui torréfier du bois de manière semi-industrielle. 

Ce procédé revient à éliminer l'eau et à modifier une partie de la matière organique de la biomasse pour casser ses fibres. Sous cette forme, le bois torréfié présente de nombreux avantages car sa broyabilité a des caractéristiques très proches de celles du charbon. Par rapport au bois classique ou au pellet, la biomasse torréfiée est anhydre et ne reprend pas d'humidité.

Batiweb : Quelles sont les possibilités de développement du secteur ?

Le Comité interprofessionnel du Bois Energie (CIBE) travaille actuellement au développement d'une meilleure gestion des rémanents des forêts. Le bois n'est en effet pas encore valorisé à 100 % comme c'est le cas ailleurs en Autriche, en Allemagne ou en Angleterre par exemple. Les branches qui ont un diamètre inférieur à 7 cm sont par exemple laissées sur place car elles ne sont actuellement pas valorisées par les industries des papetiers ou des pannotiers. Ce serait un premier pas.

Ensuite, nous souhaitons aujourd'hui avoir un vrai statut et une réglementation pour le bois de récupération, qui pourrait faire l'objet d'une valorisation.

Propos recueillis par Claire Thibault

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Photovoltaïque : les propositions du GMPV-FFB en faveur de l'autoconsommation

Photovoltaïque : les propositions du GMPV-FFB en faveur de l'autoconsommation

Dans le cadre du groupe de travail sur l'autoconsommation de l'électricité renouvelable, organisé par la DGEC, le GMPV-FFB vient de formuler plusieurs propositions. Face aux enjeux de la transition énergétique, la fédération souhaite développer l'autoconsommation de l'électricité photovoltaïque et refondre le mode de soutien au photovoltaïque dans le bâtiment. Détails.
Un décret attendu d'ici fin février pour booster la production des EnR

Un décret attendu d'ici fin février pour booster la production des EnR

Alors que l'électricité d'origine renouvelable a compté pour 19 % dans la consommation d'énergie française en 2015, le gouvernement compte accélérer sa transition énergétique. D'ici la fin du mois de février un décret, détaillant les grandes orientations réglementaires par type d'énergie, sera publié, a annoncé la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal. En ligne de mire, l'objectif de produire 40 % d'électricité renouvelable d'ici 2030.
Premier bilan des investissements liés à la transition énergétique

Premier bilan des investissements liés à la transition énergétique

Alors que l'Assemblée nationale a adopté en première lecture, le mardi 14 octobre, le projet de loi sur la transition énergétique, CDC Climat Recherche s'est intéressé de près aux dépenses d' investissement en infrastructures réalisées en France pour l'année 2011, qui ont contribué directement ou indirectement à la réduction d'émissions de gaz à effet de serre (GES). Le secteur du bâtiment est celui qui a bénéficié le plus d'investissement. Résultats de l'enquête.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter