SNCF Réseau autorise la poursuite du projet de Voie ferrée Centre Europe Atlantique Vie des sociétés | 27.07.17

Partager sur :
SNCF Réseau autorise la poursuite du projet de Voie ferrée Centre Europe Atlantique Batiweb
La nouvelle liaison ferroviaire dédiée au transport de marchandises entre l’Atlantique et le centre de l’Europe vient tout juste d’être validée par SNCF Réseau, après un débat public qui s’est déroulé entre décembre 2017 et mars 2017. Le projet de Voie ferrée Centre Europe Atlantique (VFCEA), équivalent ferroviaire de la Route Centre Europe Atlantique (RCEA), pourrait ainsi être mis en service dès 2025. Les détails.
Après le Grand Paris Express et la ligne Lyon-Turin, c’est aujourd’hui au tour du projet de Voie ferrée Centre Europe Atlantique (VFCEA) de faire parler de lui ! Ce dernier vient en effet de recevoir le feu vert de SNCF Réseau, maître d’ouvrage, pour poursuivre les travaux.

Cette décision, qui fait suite à un débat public mené de décembre 2016 à mars 2017, autorise ainsi la création d’une nouvelle ligne ferroviaire réservée au transport de marchandises entre Nevers et Chagny. Dans ce sens, la voie existante sera modernisée pour désengorger la région Île-de-France.

« La modernisation de la ligne existante est prioritaire parmi les projets présentés au débat public », a indique SNCF Réseau. « La régénération de l’infrastructure constitue un préalable à tout projet de modernisation de la ligne Nevers-Chagny. »

« Des études complémentaires d’opportunité constituent un préalable à toute poursuite des réflexions autour de l’aménagement de la halte TER-TGV et du raccordement TGV au Creusot », ajoute l’entreprise. « Les travaux ne pourront être engagés que si l’intégralité du plan de financement est arrêtée. »

Le projet, dont le coût total est estimé à 560 millions d’euros, sera, en outre, découpé en deux volets, le premier étant dédié à la création d’une gare de correspondance entre le TER et le TGV Paris-Sud-Est à hauteur du Creusot-Montchanin, et le second au raccordement des TGV circulant entre Strasbourg et Lyon.

Rendez-vous en 2025 ou 2026 pour la mise en service !

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La ligne ferroviaire Lyon-Turin fait (encore) débat en Italie Batiweb

La ligne ferroviaire Lyon-Turin fait (encore) débat en Italie

Les retards français dans la construction de la ligne ferroviaire censée relier Lyon et Turin auront visiblement eu raison de la patience des Italiens. Selon la presse nationale, une commission d’experts aurait notamment remis un avis défavorable au projet, recommandant même l’arrêt des travaux du fait de coûts trop importants par rapport aux bénéfices engrangés. Une manifestation de soutien a néanmoins été organisée le samedi 12 janvier. Les détails.
Projet ferroviaire Lyon-Turin : le gouvernement italien fait machine arrière Batiweb

Projet ferroviaire Lyon-Turin : le gouvernement italien fait machine arrière

Vendredi dernier, le gouvernement italien se divisait autour de la ligne ferroviaire Lyon-Turin, le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) réclamant un arrêt du projet dans les prochains mois, alors que la Ligue (extrême droite) demande sa poursuite. Fin mai, ce sujet avait déjà divisé les deux camps lors de la préparation de leur programme commun. Le point.
Les élus franciliens réclament un audit du Grand Paris Express et de la Société du Grand Paris Batiweb

Les élus franciliens réclament un audit du Grand Paris Express et de la Société du Grand Paris

Les retards déjà annoncés des différents chantiers relatifs au Grand Paris Express auront eu raison de la patience des élus franciliens. Les sept départements et la Région Île-de-France ont en effet demandé ce mardi 10 à ce qu’un audit externe soit réalisé concernant le projet de super métro parisien et la Société du Grand Paris elle-même. Les détails.
Le chantier de la liaison Lyon-Turin encore à l’arrêt Batiweb

Le chantier de la liaison Lyon-Turin encore à l’arrêt

Le chantier de la liaison ferroviaire Lyon-Turin finira-t-il par arriver à son terme ? Tous les doutes sont permis, celui-ci ayant été de nouveau mis à l’arrêt pour la seconde fois de l’année. La roue de coupe du tunnelier fait en effet l’objet d’une intervention de maintenance de deux mois. Les travaux ne devraient donc reprendre qu’en janvier prochain pour s’achever, comme prévu, d’ici à 2030.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter