Une nouvelle étape franchie pour la lutte contre la précarité énergétique Vie des sociétés | 22.06.18

Partager sur :
Une nouvelle étape franchie pour la lutte contre la précarité énergétique
Afin de lutter contre la précarité énergétique, le ministère de la Cohésion des Territoires, l’Anah et de nombreuses entreprises, acteurs publics et associatifs ont signé, le 19 juin 2018, la charte « Team Pro Habiter Mieux ». Parmi les objectifs de cette initiative : proposer des outils de financement complémentaires pour encourager les ménages à rénover leur logement.
1,5 million. C’est le nombre de « passoires thermiques » encore habitées par des ménages propriétaires à faibles revenus. Pour accélérer la lutte contre la précarité énergétique, 23 acteurs professionnels, institutionnels et associatifs se sont engagés à conjuguer leurs efforts.

Cet engagement s’est traduit par la signature de la charte « Team Pro Habiter Mieux ». Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des Territoires, Julien Denormandie, secrétaire d’Etat auprès du ministre et Nathalie Appéré, présidente de l’Anah font partie des signataires.

Cette charte est constituée de 13 engagements qui seront étalés sur 5 ans, c’est-à-dire de cette année à 2022. Ils ont principalement 4 objectifs :
1. Identifier et informer les ménages
2. Prescrire à bon escient les travaux et les aides publiques disponibles
3. Concevoir et proposer les outils de financements complémentaires aux aides
4. Encourager la rénovation énergétique en copropriété

« La Team Habiter Mieux impulse une énergie positive autour d’un projet positif. L’Agence est pleinement mobilisée pour atteindre les objectifs réalistes et ambitieux qui lui sont fixés : 75 000 logements par an sur 5 ans » a déclaré Natalie Apperé.

Des efforts mutualisés

Les membres de la Team Pro Habiter Mieux s’engagent à organiser des partenariats locaux avec les collectivités territoriales en lien avec les services déconcentrés de l’Etat.

En ce qui concerne, les actions opérationnelles, ils pourront rédiger des conventions de partenariat avec l’Anah et organiser des temps d’échanges et des rencontres annuels.

«
Cette charte encourage les parties prenantes à se mobiliser au service de ces ménages pour les aider à s’engager dans un projet de travaux pour mieux se chauffer, réduire leurs factures et retrouver du confort », a énoncé Jacques Mézard.

« C’est en mobilisant l’ensemble des acteurs économiques et sociaux qu’on pourra mener une action efficace contre ces « passoires thermiques » encore trop nombreuses exposant les foyers modestes à des situations d’inconfort thermique et de vulnérabilité économique », a-t-il poursuivi.

Julien Denormandie a, quant à lui, déclaré « la rénovation énergétique est une affaire d’équipe. Ensemble nous pouvons multiplier les outils facilitant l’engagement dans les travaux. C’est tout l’intérêt de la mise en place opérationnelle du fonds de garantie pour la rénovation énergétique, FGRE, financé par EDF et doté de 57 millions d’euros sur 3 ans. C’est également le sens de la nouvelle convention conclue entre l’Etat et Procivis UES-AP qui propose des prêts sociaux sans intérêt pour les ménages modestes et développe de nouveaux outils de financement pour les copropriétés fragiles et en difficulté ».

Pour résumer

On peut donc dire que cette charte promet de nombreuses choses comprenant le fait de simplifier et de faciliter l’accès aux aides du programme « Habiter Mieux ». Elle vise aussi à faciliter les procédures de paiement des aides financières accordées aux propriétaires, à développer des actions pour les ménages, ou encore à accompagner les ménages dans leur démarche de demande d’aides financières, tout cela afin de lutter contre la précarité énergétique.

Pour conclure, on peut rappeler que le programme Habiter Mieux permet, depuis 2010, aux ménages modestes, quel que soit leur statut, de s’engager dans un projet de rénovation énergétique de leur logement.

Si depuis 2010, le programme a déjà aidé plus de 250.000 ménages, il devrait monter en puissance. « Le programme Habiter Mieux a fait ses preuves en rénovant plus de 25 000 logements depuis sa création. Grâce à la stabilité financière dont il dispose désormais, 1,2 milliards d’euros obtenu dans le Grand Plan d’Investissement, il poursuit sa lancée dans les meilleures conditions possibles », a conclu Jacques Mézard.

R.P
Photo de une : Compte Twitter @MezardJacques
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Des mesures renforcées pour lutter contre l’habitat indigne

Des mesures renforcées pour lutter contre l’habitat indigne

Le Gouvernement a annoncé, lundi 21 janvier, la mise en place de moyens « inédits » pour lutter contre l’habitat indigne. Parmi les mesures retenues, une simplification des procédures de redressement des copropriétés dégradées et des sanctions « sans précédent » contre les marchands de sommeil. 14 millions d’euros seront notamment déployés vers l’Anah pour accélérer la rénovation des logements.
Le Gouvernement présente « Initiative Copropriétés »

Le Gouvernement présente « Initiative Copropriétés »

Le ministère de la Cohésion des territoires lance ce jour « Initiative copropriétés », un plan d’action visant à accélérer la lutte contre les ensembles immobiliers dégradés. L’initiative introduit un nouveau « mode de faire » et s’articule autour de trois axes : transformer, redresser et prévenir. Des moyens nationaux et de nouvelles offres de service seront mobilisés sur 10 ans pour accompagner l’engagement des collectivités locales et la mobilisation des acteurs du logement.
PLF 2019: l’APL accession exclue, Procivis réagit

PLF 2019: l’APL accession exclue, Procivis réagit

En septembre dernier, Yannick Borde, président de Procivis, plaidait pour le rétablissement de l’APL accession dans le projet de loi de finances 2019. Ce mardi, le réseau a regretté que l’Assemblée nationale en ait décidé autrement. Le dispositif est « essentiel » pour la réussite du « choc de l’offre » souhaité par le Gouvernement mais également pour accompagner les ménages les plus modestes dans leurs travaux de rénovation.
Seuls 25% des travaux de rénovation ont un impact énergétique « significatif » (Etude)

Seuls 25% des travaux de rénovation ont un impact énergétique « significatif » (Etude)

Il y a quelques jours, l’Ademe a dévoilé les résultats d’une enquête réalisée auprès des Français qui ont rénové leur logement. Intitulée TREMI, l’étude révèle qu’entre 2014 et 2016, 5,1 millions de ménages ont réalisé des travaux pour un coût moyen de 11 750 €. Si 83% d’entre eux estiment avoir amélioré le confort thermique de leur logement, l’Ademe indique que seuls 25% des travaux ont eu « un impact énergétique significatif ». Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter