Cordiste, un métier à haut risque Vie pratique | 18.12.19

Partager sur :
Près de 10 000 salariés exercent l’activité de cordiste en France, un métier à risques qui exige la mise en place d’un grand nombre d’actions pour une pratique plus sûre. C’est d’ailleurs pour rappeler les bonnes pratiques que la Direction générale du Travail et l’OPPBTP ont formulé des recommandations. La note publiée le 13 décembre dernier se dirige aux donneurs d’ordre. Elle leur rappelle combien il est nécessaire de réaliser une évaluation « rigoureuse » des risques tout au long des chantiers.

Une note de la Direction générale du travail et de l’OPPBTP publiée le 13 décembre dernier revient sur les règles en matière de sécurité, d’organisation du travail et de formations indispensables pour sécuriser les cordistes. 

 

L’activité, exercée sur le territoire national par près de 10 000 salariés dans des domaines variés, présente des particularités « tant par les risques dus à l’omniprésence de la verticalité que par les conditions d’intervention », souligne la note. Ces travaux « ne peuvent être mis en œuvre que de façon temporaire lorsqu’il est impossible de recourir à d’autres moyens plus sûrs (article R. 4323-64 du code du travail) et dans des conditions expressément encadrées ».  

 

Un défaut d’organisation parmi les causes d’accidents graves

 

Fruit d’une réflexion conduite avec la profession, le document identifie les causes d’accidents graves. Il cite notamment un défaut d’organisation ainsi que certaines lacunes dans les compétences des travailleurs affectés aux travaux réalisés au moyen de cordes. 

 

La DGT et l’OPPBTP insistent : il est indispensable d’évaluer, avant même le début du projet, les risques environnementaux et techniques du chantier ce qui permettra de choisir une entreprise dotée des compétences nécessaires à la réalisation des travaux. 

 

Lors de la préparation des travaux, les organismes appellent à mettre en œuvre avec le chef de l’entreprise intervenante une inspection commune préalable et à consigner les résultats et les mesures de prévention qui en découlent. 

 

Les actions de prévention doivent également être menées tout au long du chantier : il s’agit notamment de renouveler l’inspection commune en présence des sous-traitants concernés et de l’entreprise intervenante. 

 

« Le chef de l’entreprise intervenante et le donneur d’ordre portent, chacun en ce qui le concerne, une responsabilité propre en matière de prévention des risques professionnels. A ce titre, ils doivent agir conjointement pour assurer la sécurité et la santé des travailleurs réalisant des travaux au moyen de cordes. L’anticipation des travaux, la préparation du chantier, l’échange d’informations et la compétence de l’entreprise intervenante et de ses salariés constituent le socle nécessaire au bon déroulement des opérations confiées», souligne Yves Struillou, Directeur général du Travail.

Quant à la formation du personnel, il est indispensable d’accompagner les cordistes dans leur montée en compétences. L’entreprise intervenante doit apporter la preuve des compétences des travailleurs en prêtant une attention particulière à la mise en œuvre et encadrement des modes opératoires, et à la compétence du personnel qu’elle emploie que ce soit en interne ou par le biais de la sous-traitance. Pour ce faire, DGT et OPPBTP préconisent de s’appuyer sur des formations qualifiantes conduisant à la délivrance d’un Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) ou de Certificat d’Aptitude Technicien Cordiste (CATC), reconnues par le Syndicat français des entreprises de travail en hauteur (SFETH).

 

« Après le guide « Travaux sur cordes » publié en 2010, nous sommes très satisfaits du travail réalisé conjointement avec la DGT et le SFETH qui a permis l’édition de cette note, qui rappelle les fondamentaux du métier, à commencer par les donneurs d’ordre. Les Cordistes illustrent ainsi leur approche très professionnelle de ce métier exigeant », conclut Paul Duphil, Secrétaire général de l’OPPBTP. 

 

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

 

 

 

 

 

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La prévention, premier domaine de formation dans l’artisanat du BTP - Batiweb

La prévention, premier domaine de formation dans l’artisanat du BTP

Publiée ce jour, la 5e édition de l’Observatoire national des formations à la prévention révèle qu’en 2016, une formation sur deux est liée à la prévention (49%). Si les chiffres sont encourageants, les auteurs de l’étude, notent un « écart significatif » entre la principale cause des accidents du travail et les thématiques suivies. Des leviers ont ainsi été identifiés pour améliorer le suivi et l’impact des formations auprès des artisans du BTP.
La prévention, n°1 des formations dans le secteur du bâtiment - Batiweb

La prévention, n°1 des formations dans le secteur du bâtiment

Une nouvelle étude menée par la Capeb, la CNATP, l’Iris-St et l’OPPBTP démontre que la prévention reste le domaine privilégié de la formation des entreprises artisanales du BTP. Cette dynamique se doit notamment à la thématique électricité qui a enregistré en 2017, une « forte progression » (+ 39%). A noter, que la formation continue est en baisse (-2%) et que les disparités hommes-femmes sont encore très importantes.
Antoine Quidoz remporte les Championnats de France Cordistes - Batiweb

Antoine Quidoz remporte les Championnats de France Cordistes

Chef de chantier pour Hydrokarst, Antoine Quidoz vient de remporter son 7e titre de champion de France des cordistes. La compétition, qui s’est déroulée les 23 et 24 mai derniers à Marseille, a compté sur la participation de 84 professionnels venant de 20 entreprises spécialisées en travaux d’accès difficile. A cette occasion, une nouvelle plateforme collaborative a été lancée par le SFETH et l’OPPBTP. Les bonnes pratiques y sont notamment partagées.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter