Fermer

Déontologue, un nouveau métier dans le BTP

Déontologue, ce métier venu des USA, a été adopté depuis quelque temps par la plupart des grands groupes du BTP. Aujourd'hui, les Pme sont à leur tour intéressées par l'intervention des hommes de l'éthique
Publié le 28 août 2002

Partager : 

Déontologue, un nouveau métier dans le BTP - Batiweb
Aux Etats unis ils s'appellent "compliance officer", et sont omniprésents depuis plusieurs années dans la plupart des entreprises, quelque soit leur taille. Les remous récents liés aux scandales boursiers tel Enron vont en outre leur donner un poids et un rôle croissant dans la vie économique américaine. En France, ce n'est que depuis trois ans, à la faveur de la mise en examen des dirigeants de quelques grands groupes, que les spécialistes de l'éthique ont fait leur apparition. La plupart travaillent actuellement pour de grandes structures. Anciens juges ou personnalités reconnues et incontestables dans leur secteur, ils ont pour principale mission la surveillance de la conformité des contrats, afin d'éviter aux entreprises les affres des scandales politico-financiers qui ont émaillé la vie économique des années 80-90. On sait aujourd'hui que les enquêtes récurrentes, les perquisitions, les accusations, les excès dus à la recherche de la rentabilité absolue mettent durablement en péril l'image et la notoriété des entreprises. Un phénomène que l'excellence des performances ne contrebalance pas souvent et qui à terme, peut aller jusqu'à mettre en danger la vie de l'entreprise.

Des frontières floues
Le respect de l'éthique, malgré la diffusion de chartres et de procédures, n'est cependant pas toujours facile. Dans un environnement où les législations se complexifient, les frontières deviennent aisément floues entre les tolérances, les pratiques et les règles, surtout dans les domaines commerciaux, financiers voire sociaux. C'est notamment le cas des entreprises, petites ou grandes, qui entretiennent des relations commerciales avec les services publics. Après les groupes les plus importants, ce sont donc à leur tour les entreprises moyennes du BTP qui se montrent candidates à l'intervention ponctuelle des chargés d'éthique. Une tendance émergente à laquelle les grands cabinets de consultants essaient difficilement aujourd'hui de répondre. L'objectif en effet n'est pas de s'acheter une conscience à peu de frais. Selon Daniel Aucouturier, ancien secrétaire général de la FNTP, le candidat "doit être suffisamment avancé dans sa carrière, presque intouchable, disposer d'une forte légitimité professionnelle pour s'imposer aux équipes, avoir l'oreille du dirigeant, posséder un excellent relationnel et une bonne communication". Autant de qualités qui font de lui une perle rare, difficile à trouver.
Mais le marché, comme la nature à horreur du vide. La fonction de déontologue chargé d'éthique devrait donc à court terme trouver sa place dans le BTP comme elle l'a déjà fait dans d'autres secteurs comme l'armement ou la pharmacie.
Par Redacteur

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.