La santé au cœur d’une nouvelle note du Plan Bâtiment Durable Vie pratique | 16.10.19

Partager sur :
Dans une nouvelle note publiée le 15 octobre dernier, le Plan Bâtiment Durable donne la parole à Suzanne Déoux, docteur en médecine et à Florence Péronnau, conseillère en stratégie immobilière des entreprises. Les auteures y font un certain nombre de préconisations pour remettre l’Homme et sa santé au cœur de la conception des bâtiments.

Le groupe de travail « Réflexion Bâtiment Responsable 2020-2050 » du Plan Bâtiment Durable publie la note thématique « Bâtiment responsable et santé » dont l’objet est « d’approfondir le lien entre santé et cadre bâti ».

 

La note souligne : « L’être humain dépend de son environnement et cette dépendance le rend vulnérable aux caractéristiques de ses différents espaces de vie (…). Les acteurs de l’industrie immobilière ont donc pour souci constant de préserver et de protéger la santé de l’Homme, de la conception jusqu’à l’exploitation du cadre bâti, en connexion avec son environnement ».

 

« Prendre soin des occupants en les incitant à des comportements plus sains doit constituer le premier acte responsable de toute la profession », poursuit le document.

 

Qu’est-ce qu’un bâtiment responsable ?

 

La note insiste, la conception des bâtiments doit répondre aux besoins fonctionnels des résidents, des besoins qui diffèrent en fonction que les bâtiments soient « d’habitation », « d’apprentissage », « de soins » ou encore « d’entreprise ».

 

Pour comprendre de quelle façon le bâti sollicite ses occupants, Suzanne Déoux partage le schéma suivant :

 

 

Les auteures de la note évoquent trois familles de besoins :  les besoins physiologiques ou vitaux (avec une prise en compte de la qualité de l’air intérieur, l’impact du bruit, la luminosité…), les besoins liés à la sensorialité et à notre sensibilité générale (voir, entendre, toucher, sentir…), et les besoins psycho-sociaux (sécurité, épanouissement, convivialité, biophilie…).

 

Elles insistent : « Les changements d’usage, la réversibilité des bâtiments devront donc prendre en compte les besoins humains fondamentaux dans leur utilisation future si l’on veut préserver la santé dans son acception globale ». Elles estiment également que pour répondre aux besoins des occupants, l’architecture « apparaît comme une réponse thérapeutique ».

 

Limiter l’exposition aux agents pathogènes

 

Pour relever le défi des bâtiments plus performants pour la santé, la note rappelle l’importance de limiter l’exposition aux agents pathogènes. « Une approche globale d’anticipation et d’amélioration dans l’acte de construire et de réhabiliter devient donc une nécessité ».  

 

 

Il est indispensable de prendre en compte la nature du sous-sol, l’environnement extérieur, les produits de construction et de finition, les équipements et leur maintenance, les usages. Quant aux acteurs de l’acte de construire, ils devront « avoir les compétences nécessaires pour produire des bâtiments respectueux de la santé ».

 

Un cadre bâti plus sain

 

La note formule enfin des recommandations autour de cinq axes pour un bâti respectueux de la santé de ses occupants.

  • Une mise en œuvre « évaluée », « contrôlée », « qualifiée » et « maintenable » des matériaux de construction et des équipements ;
  • Une prise en compte « quantifiée », « corrigée », « aidée », « reconnue » et « pilotée » de l’impact de l’environnement quotidien sur le bien-être de l’Homme ;
  • La santé traitée de façon globale du bâtiment à la ville (déployer l’intelligence artificielle, favoriser la mobilité par des parcours physiques, mettre en place de leviers de transformation de comportement plus sains, etc.) ;
  • Prendre davantage en considération la santé sociale (pédagogie auprès des occupants, favoriser la mixité intergénérationnelle, faciliter l’appropriation des espaces, diversifier les moyens et lieux de communication…) ;
  • Dynamiser la santé sociétale (développer l’économie circulaire notamment, choisir des solutions frugales et des modes opératoires simples et pérennes, favoriser l’accès à la culture, etc.)

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

« Prendre soin » des occupants, premier acte responsable de l’industrie immobilière

« Prendre soin » des occupants, premier acte responsable de l’industrie immobilière

Le groupe de Travail RBR 2020-2050 du Plan Bâtiment Durable, présidé par Alain Maugard (Qualibat) et Christian Cléret (Novaxia), a dévoilé la première version de sa note « Bâtiment Responsable et santé ». Afin de recueillir les remarques des professionnels du bâtiment et de l’immobilier, une phase de consultation publique a été lancée. Les contributions peuvent être envoyées jusqu’au 29 mars prochain.
Économie circulaire : les architectes d’Europe appellent à l’action

Économie circulaire : les architectes d’Europe appellent à l’action

A l’occasion du 3e Forum Mondial de l’Économie circulaire organisé, les 4 et 5 juin 2019, à Helsinki (Finlande), le Conseil des Architectes d’Europe (CAE) a rappelé combien il était urgent de revoir la façon de concevoir les bâtiments pour optimiser la valeur des ressources et générer le moins possible de déchets. L’architecture « a un rôle à jouer en la matière », estime-t-il. Explications.
Les bétons bas carbone, préoccupation majeure des majors du BTP

Les bétons bas carbone, préoccupation majeure des majors du BTP

Au Centre d’études et de recherches de l’industrie du béton (Cerib), Philippe Francisco, adjoint au directeur Matériaux et Économie circulaire, est bien placé pour le savoir : les acteurs de la construction s’intéressent de plus en plus à l’économie circulaire et à leur impact carbone. Dans ce contexte, les études autour des bétons bas carbone se multiplient. Si cette tendance tend à s’accroître, le spécialiste rappelle que les initiatives ne doivent pas se limiter aux recherches autour des matériaux, mais s’inscrire dans une démarche globale, passant par les processus de fabrication, les efforts des usines, ou encore la limitation des transports. Entretien.
Cemex  publie son second rapport de RSE : « Matières à réfléchir »

Cemex publie son second rapport de RSE : « Matières à réfléchir »

Le fabricant de matériaux de construction, Cemex, publie ce jour son second rapport de responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Intitulé « Matières à réfléchir », le document dresse le bilan des actions menées par l’entreprise depuis 2014. Il vient confirmer l’engagement de Cemex en faveur d’une construction plus durable et se veut une « véritable contribution » à destination des acteurs engagés dans la feuille de route environnementale du gouvernement.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter