Le Plan Bâtiment Durable publie la première version de sa note « Bâtiment responsable et Intelligence artificielle » Vie des sociétés | 21.03.18

Partager sur :
Le Plan Bâtiment Durable publie la première version de sa note « Bâtiment responsable et Intelligence artificielle »
Toujours aussi mobilisé par les transformations relatives au secteur du BTP, le groupe de travail RBR 2020-2050 du Plan Bâtiment Durable a publié ce 20 mars la première version de sa note dédiée à l’Intelligence artificielle au service des bâtiments responsables. Au-delà de l’intérêt des réflexions menées, le document est l’occasion pour tout un chacun de partager ses propres recommandations, le rapport faisant l’objet d’un appel à contributions.
Le Plan Bâtiment Durable est décidément très actif depuis le début de l’année ! Après avoir fait part de 50 propositions en faveur du Plan de rénovation énergétique des bâtiments, l’organisme a publié ce 20 mars une nouvelle note thématique : « Bâtiment responsable et Intelligence artificielle ».

Résultant d’une réflexion menée par le groupe de travail « Réflexion Bâtiment Responsable 2020-2050 » (RBR 2020-2050), le document n’a toutefois pas été partagé dans sa version définitive. Mieux encore, le Plan Bâtiment Durable a mis en ligne une version consultative afin que chacun puisse contribuer aux travaux menés. Un appel a d’ailleurs été lancé à l’occasion de la publication de la note, courant jusqu’au 20 avril prochain.

Les nouvelles technologies au service du bâtiment responsable

En attendant, le projet de note thématique, rédigé par Marc Desportes, est déjà bien étoffé ! D’après le groupe de travail, « l’Intelligence artificielle apparaît aujourd’hui comme un facteur clé de la transformation du bâtiment dans une perspective de développement durable. Elle fait du bâtiment une plateforme de services qui peuvent favoriser l’adoption de comportements éco-responsables ».

L’organisme rappelle notamment que les Technologies de l’information et de la communication (TIC) contribuent déjà à faire évoluer les modes de vie. « Par exemple, l’Internet des objets offre des nouveaux moyens de régulation qui vont dans le sens des économies d’énergies », cite la note provisoire. Le groupe de travail demande néanmoins d’aller encore plus loin dans la démarche.

Au-delà de gérer individuellement l’éclairage ou la sécurité, les objets connectés doivent permettre de penser le bâtiment comme une plateforme de services, soit « en considérant autant le service que rend un appareil (…) que le service rendu par une personne à une autre », soit en abordant « ces services dans leur ensemble ».

L’Intelligence artificielle, à utiliser avec par parcimonie !

C’est à ce stade de la réflexion que le groupe de travail évoque l’Intelligence artificielle, « qui parcourt, structure, anime cette plateforme à des degrés divers ». Le déploiement de cette technologie soulève malgré tout certaines questions : quelles sont les données qui doivent être recueillies et comment ? Quid de l’exploitation de celles-ci et du respect de la confidentialité ?

« [Les TIC] offrent des sources possibles d’efficacité, mais aussi des occasions de consommations supplémentaires de ressources (effet rebond), voire de gaspillage (utilisation de gadgets ou nouveaux usages énergivores). Il est donc impératif d’établir un bilan précis pour chacune de ces innovations afin de pouvoir estimer avec précision leurs impacts environnementaux », nuance le groupe RBR.

Il n’en reste pas moins que l’Intelligence artificielle présente bien des avantages, soulignés par le Plan Bâtiment Durable. Entre autres, la connectivité permettrait aux bâtiments de gagner en valeur immobilière. Le groupe de travail note également que l’Intelligence artificielle « décuple le rôle du bâtiment dans la société de demain », mettant en place de « nouvelles formes d’habiter, de travailler, de se déplacer, d’utiliser les équipements », etc. Autant d’atouts qui laissent à réfléchir, et qui avaient déjà été soulignés par Patrick Nossent, président de Certivéa, dans un précédent entretien.

Fabien Carré
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les professionnels du gaz et de l'électricité se réunissent au sein de l'Agence ORE

Les professionnels du gaz et de l'électricité se réunissent au sein de l'Agence ORE

« Faciliter la transition énergétique par le numérique » : c'est l'objectif que souhaitent atteindre les acteurs français de la distribution d'électricité et de gaz, qui ont annoncé vendredi 15 septembre la création de l'Agence ORE (Opérateurs de réseaux d'énergie). Plus de 170 professionnels du secteur se sont ainsi engagés à mutualiser les ressources numériques afin de contribuer au succès de la transition énergétique, écologique et solidaire.
Plan Bâtiment Durable : après la réflexion, place à l’action !

Plan Bâtiment Durable : après la réflexion, place à l’action !

Plus de deux cents pages ont été nécessaires au Plan Bâtiment Durable pour centraliser ses actions menées en 2017 dans son dernier Rapport d’activité. Imposant, le document fait la part belle aux avancées de ces dernières années, qu’il s’agisse de la transition énergétique des secteurs du bâtiment et de l’immobilier ou de leur transformation numérique. Le bilan.
Agences immobilières : des clients satisfaits qui le font savoir sur le web

Agences immobilières : des clients satisfaits qui le font savoir sur le web

Alors que Cafpi redoute une année 2019 « incertaine » pour le marché immobilier, une récente étude menée par Opinion System et l’IFOP met en avant la satisfaction client vis-à-vis des professionnels du secteur. En effet, le document indique un niveau de contentement élevé, comme en témoigne la note moyenne de 7,1/10 attribuée par les répondants. Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter