"Le compteur Linky va faire disjoncter les portefeuilles" Vie pratique | 26.09.13

Partager sur :
L’UFC-Que Choisir publie une étude sur l’impact du compteur intelligent sur les factures d’électricité. L’association appelle les pouvoirs publics et la Commission de Régulation de l'Energie (CRE) à "limiter la surtension tarifaire qui guette", alors que le Premier Ministre a acté début juillet le déploiement de Linky à partir de 2016.

Selon une étude publiée par l’UFC-Que Choisir, basée sur des données techniques collectées sur les compteurs de 201 foyers, 55% des ménages ne disposent pas d’une puissance d’abonnement cohérente avec leur consommation. 

En effet, alors que le fournisseur a une obligation de conseil, 18% des clients (5 millions de foyers) sont « sur-abonnés » : ils paient un abonnement trop élevé par rapport à leurs besoins réels. Leur surfacturation représente 35 millions d'euros par an, selon l’association.

Les "mal-facturés" devront changer d’abonnement

A l'inverse, 37% des clients (plus de 10 millions de ménages) sont « sous-abonnés » et paient une puissance d’abonnement inférieure à la puissance réellement appelée. Cette situation est rendue possible grâce à une grande tolérance des anciens compteurs dans les dépassements de puissance.

Linky va obliger les foyers ces derniers, « même si leur surconsommation est faible ou ponctuelle, à passer à une puissance d’abonnement supérieure », estime l’association. « Au final, le seul changement d’abonnement entraînera pour ces consommateurs un surcoût annuel de 308 millions d’euros. » Soit le surcoût total par an, basé sur les écarts tarifaires 2012/2013, que devront payer les consommateurs après l’installation de l’ensemble des compteurs Linky et la normalisation des abonnements.

L’ensemble des ménages mal-facturés va devoir payer pour changer d’abonnement, une opération facturée 36,21€ TTC par ERDF. Même les sur-abonnés « devront s’acquitter de la somme de 179 millions d’euros au titre du changement de puissance… et auront ainsi cinq ans à attendre avant de commencer à bénéficier des économies d’abonnement. »

Une anomalie qui n’a rien à voir avec Linky ?

Cité par Le Monde, le directeur stratégie et grands projets d'ERDF Marc Boillot rappelle qu’une modification de puissance « nécessite un déplacement qui fait l'objet d'un tarif validé par la Commission de régulation de l’énergie ». En outre, estime-t-il, sur les 300.000 compteurs Linky déjà installés, « l’augmentation de puissance n'a concerné que 0,88 % des foyers ». 

Les raisons d'une différence entre la puissance prévue et celle distribuée peuvent être multiples, selon lui. « Cela peut être une erreur au moment de l'installation, ou bien relever de la fraude. Mais il s'agit alors d'une anomalie qui n'a rien à voir avec l'installation de Linky », précise-t-il.

L’UFC-Que Choisir demande aux pouvoirs publics et à la Commission de Régulation de l'Energie (CRE) d’élaborer une nouvelle grille tarifaire, avec des niveaux de puissance d’abonnement plus précis, afin que les consommateurs puissent bénéficier d’un abonnement en adéquation avec leur consommation réelle. 

L’association propose aussi d’imposer la gratuité de la prestation de changement de puissance deux ans après l’installation du compteur Linky, afin d’assurer un « réétalonnage » sans surcoût des abonnements.

Laurent Perrin


Aller plus loin


Étude UFC-Que Choisir "Electricité : les consommateurs abonnés aux mauvais coûts"
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Compteur Linky : l'UFC-Que Choisir démêle le vrai du faux

Compteur Linky : l'UFC-Que Choisir démêle le vrai du faux

L’UFC-Que Choisir a pris acte des dernières annonces du Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault, mais a rappelé ses griefs à propos de la généralisation du compteur Linky. L'UFC était déjà passée à l’action en mars dernier, en saisissant le Conseil d’Etat afin qu’il annule sa généralisation et a diffusé aux consommateurs un vrai/faux sur Linky. L'UFC insiste sur le fait que 50% des compteurs sont peu accessibles et rendront le contrôle de la consommation difficile pour l'usager.
Linky : la situation des ménages précaires inquiète l’UFC-Que Choisir

Linky : la situation des ménages précaires inquiète l’UFC-Que Choisir

Alors que l’hiver approche à grand pas, l’UFC-Que Choisir interpelle le gouvernement sur la situation des ménages précaires disposant d’un compteur Linky. Dénonçant le report de la mise en place d’afficheurs déportés à janvier 2019 et l’inaction de l’administration à trois mois de l’échéance, l’association dit craindre une éventuelle augmentation des coupures d’électricité pour impayés.
Electricité : l’UFC-Que Choisir accuse EDF de surfacturer les consommateurs

Electricité : l’UFC-Que Choisir accuse EDF de surfacturer les consommateurs

Dans une étude parue jeudi 5 avril, l’UFC-Que Choisir pointe du doigt le « quasi-monopole » d’EDF sur la production d’électricité et dénonce une sous-utilisation du parc nucléaire ; une pratique qui aurait entrainé un surcoût de 2,4 milliards d’euros pour les consommateurs. Alors que s’ouvre le débat sur la programmation pluriannuelle de l’énergie, l’association appelle à la mise en place d’une régulation plus contraignante de l’activité de production.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter