Le Pôle Fenêtre de la FFB publie une fiche de préconisations avec l’OPPBTP Vie pratique | 30.04.20

Partager sur :
Pour compléter le guide de préconisations sanitaires de l’OPPBTP mis à jour le 10 avril dernier, le pôle Fenêtre de la FFB annonce la publication d’une fiche dédiée à la pose de menuiserie extérieure, de vérandas, de protections solaires et de fermetures chez le particulier pendant toute la durée de l’épidémie de Covid-19. Cette fiche, validée par l’OPPBTP, est à destination des salariés non malades intervenant chez des particuliers et ne présentant pas de symptômes liés au Covid-19. Elle émet des consignes de sécurité sanitaire étape par étape, de la préparation de l’intervention à la réception des travaux.

Le Pôle Fenêtre de la FFB, publie, en collaboration avec l’OPPBTP, une fiche de préconisations sanitaires spécialement destinée au secteur de la menuiserie et de la fermeture, pour des salariés devant intervenir sur un chantier en présence de particuliers ne présentant pas de symptômes liés au Covid-19.

 

Un questionnaire à destination des particuliers

 

Avant l’intervention, l’entreprise doit envoyer un questionnaire par mail au particulier pour vérifier que le particulier et son entourage ne présentent pas de symptômes, s’assurer qu’il n’y aura pas d’autres interventions simultanées d’entreprises, et récupérer des informations sur la configuration du chantier pour adapter les équipements et respecter les consignes sanitaires. 

 

Si le particulier et sa famille ne présentent pas de symptômes et qu’il est d’accord pour une intervention, il convient alors de lui expliquer les consignes de sécurité sanitaires qui devront être mises en place.

 

Parmi les conditions : disposer de sanitaires avec un point d’eau, de savon liquide et d’essuie-mains jetables pour permettre aux intervenants de se laver régulièrement les mains, mais aussi interdire l’accès à la zone d’intervention au particulier, mettre en place un plan de circulation pour limiter les croisements, et limiter les contacts sur les surfaces (portes, rampes, fenêtres etc.), notamment en gardant au maximum les portes ouvertes et en protégeant les poignées avec du polyane.

 

Du côté de l’entreprise, les obligations portent sur la désignation d’un référent Covid-19 par chantier, qui s’assure de la bonne mise en pratique des mesures sanitaires. L’entreprise doit également veiller à une bonne communication des consignes aux salariés, et informer les salariés à risques sur l’importance de se faire prescrire un arrêt de travail.

 

Port de masques et lavages de mains obligatoires

 

Pour la préparation du chantier, les produits doivent être chargés par une et tout au plus deux personnes – portant des masques – et idéalement livrés directement sur chantier par le dépôt ou le fournisseur. 

 

Avant l’arrivée sur chantier, chaque compagnon doit disposer de son justificatif de déplacement dérogatoire et de son kit avec masques, gants, gel hydroalcoolique etc. Il doit idéalement se rendre sur le chantier avec un véhicule individuel, ou en respectant autant que possible une distance minimale d’un mètre, et désinfecter les surfaces (poignées, volant etc.) en cas de changement de conducteur. 

 

Une fois sur place, tous les intervenants doivent obligatoirement porter des masques, qui sont à changer toutes les deux à trois heures, selon les indications du fabricant. Le port d’un masque FFP1 est suffisant, sauf en cas de découpe de bois, où le masque FFP2 devient obligatoire pour se protéger des poussières de bois. Le port de gants et de lunettes de protection est également recommandé.

 

Sur le chantier, les intervenants doivent éviter au maximum les contacts physiques avec les particuliers, baliser la zone de travaux et en interdire l’accès, utiliser des outils individuels et les désinfecter en cas de passage à un autre intervenant. Toutes les deux à trois heures, les compagnons devront se laver les mains et changer de masques.

 

A la fin des travaux, les consommables et EPI jetables doivent être mis dans un sac à déchets fermé, les surfaces doivent être désinfectées (sauf si cette désinfection a été préalablement définie comme à la charge du particulier) et le PV de réception idéalement signé avec des stylos individuels.

 

Au retour de chantier, les compagnons doivent enfermer les produits déposés dans un film plastique et les transporter en directeur du recycleur, ou les laisser au minimum trois jours à l’extérieur sans aucune manipulation, puis se laver les mains, désinfecter les outils et l’intérieur du véhicule partagé. Les vêtements de travail doivent idéalement être lavés au minimum à 60°.

 

C.L.

Photo de une : Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

« Nous attendons impatiemment la reprise pérenne des chantiers » (UFME) - Batiweb

« Nous attendons impatiemment la reprise pérenne des chantiers » (UFME)

La reprise d’activité dans le secteur de la menuiserie s’est faite rapidement, aidée par la publication de fiches de préconisations sanitaires adaptées aux spécificités de chaque métier. Les entreprises, qui se sont mobilisées pour préserver au maximum la sécurité de leurs collaborateurs, attendent désormais une reprise pérenne de leur activité, qui dépendra en grande partie de la reprise des chantiers. Entretien avec Virginie Muzzolini, responsable communication de l’Union des Fabricants de Menuiseries (UFME).
L’application Bativigie lance sa nouvelle fonctionnalité « Coronavigie » - Batiweb

L’application Bativigie lance sa nouvelle fonctionnalité « Coronavigie »

Depuis 2015, l’application Bativigie permet de lutter contre le travail illégal en contrôlant l’identité de tous les intervenants sur chantier. Aujourd’hui, l’entreprise annonce lancer une nouvelle version de l’application intégrant « Coronavigie », une extension qui permet de vérifier que les opérateurs portent bien leurs EPI, et notamment leur masque, dans le contexte de l’épidémie de Covid-19.
Artisans du bâtiment : où en sont-ils un mois plus tard ? - Batiweb

Artisans du bâtiment : où en sont-ils un mois plus tard ?

Fin mars, nous avions interrogé deux chefs d’entreprises du bâtiment se situant à La Tranche-sur-Mer, en Vendée (85). Chacun avait alors choisi sa stratégie, entre arrêt ou poursuite d’activité. Aujourd’hui, les deux entreprises ont repris - ou poursuivi - mais en privilégiant les chantiers en extérieur ou sans clients. Si les deux entreprises parviennent à trouver des solutions pour les masques, les problèmes d’approvisionnement persistent, avec des fournisseurs qui reprennent progressivement, mais avec des retards à combler.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter