Précarité énergétique : quand le logement rend malade Vie pratique | 12.12.13

Partager sur :
Les personnes exposées à la précarité énergétique souffrent plus fréquemment de problèmes de santé chroniques, et sont plus sensibles aux pathologies hivernales, révèle une étude dévoilée jeudi par la Fondation Abbé Pierre, dans le cadre d’un colloque intitulé « Quand le logement rend malade », qu'elle a organisé jeudi au Conseil économique, social et environnemental (Cese) à Paris.

Sont définis comme se trouvant en situation de précarité énergétique, les personnes confrontées à des factures d’énergies trop importantes pour leur budget, et qui peuvent se retrouver en situation d’impayés, de coupures d’énergie ou dans l’impossibilité en hiver d’atteindre une température de confort.

En comparant un groupe de personnes exposées à la précarité énergétique et un groupe non exposé, des différences de santé ont été constatées, a mis en avant l’étude, menée par le CREAI-ORS (Centre Régional pour l’Enfance et l’Adolescence Inadaptées - Observatoire de la Santé) de Languedoc-Roussillon sur des populations de l’est de l’Hérault et de la région de Douais. Au total, 362 logements et 750 personnes ont participé à l’enquête.

Cette étude intervient dans le cadre d’un colloque de la Fondation Abbé Pierre intitulé « Quand le logement rend malade », organisé jeudi au Conseil économique, social et environnemental (Cese) à Paris.

Des radiateurs électriques… mais pas dans toutes les pièces

Des maux de tête, ainsi que des problèmes de santé chroniques respiratoires (bronchites), ostéo-articulaires (arthrose), ou neurologiques (dépression) apparaissent plus fréquemment dans le groupe des personnes exposés, note l’étude, même après prise en compte de « trois facteurs confondants »: l’âge, le niveau de pauvreté et le tabagisme.

De même, l’étude des pathologies aiguës montre une plus grande sensibilité aux pathologies hivernales, comme les rhumes et les angines, la grippe ou les gastroentérites, avec des symptômes plus fréquents (sifflements respiratoires, crises d’asthme, nez qui coule ou irritations occulaires).

Enfin, les personnes exposées à la précarité énergétique ont une perception de leur santé moins bonne que les personnes qui n’y sont pas exposés, note l’étude. Ils sont aussi plus nombreux à vivre sous le seuil de pauvreté, et à avoir des logements plus anciens, moins ventilés et isolés.

Les radiateurs électriques sont le principal mode de chauffage des personnes en situation de précarité énergétique, qui sont plus nombreux à ne pas chauffer certaines pièces comme les chambres, à trouver qu’il fait trop froid chez eux en hiver et que leur facture d’énergie est trop importante par rapport à leurs ressources.

AFP 

Image credit: (c) gudella / 123RF Banque d'images


Aller plus loin

Étude sur les liens entre précarité énergétique et santé (CREAI-ORS)

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Compteur Linky : l’UFC-Que Choisir saisit le Conseil d’État

Compteur Linky : l’UFC-Que Choisir saisit le Conseil d’État

En septembre dernier, l’UFC-Que Choisir dénonçait le report, à janvier 2019, de la mise en place gratuite d’afficheurs déportés pour les ménages précaires. Alors que la date butoir a expiré depuis près d’un mois, l’association a annoncé saisir le Conseil d’État pour sanctionner l’inaction du Gouvernement. Pour rappel, couplé à un compteur Linky, ce dispositif doit permettre aux occupants d’un logement d’avoir une information (en euro) sur leur niveau de consommation électrique en temps réel.
Maison neuve : la pompe à chaleur plébiscitée par les Franciliens

Maison neuve : la pompe à chaleur plébiscitée par les Franciliens

Domexpo, leader des villages de maisons d’exposition en Ile-de-France, présente son deuxième baromètre dédié à l’habitat individuel neuf. Si l’an dernier, la société s’était intéressée au prix moyen d’une maison neuve en Ile-de-France, elle consacre cette deuxième édition à la répartition des énergies de chauffage les plus utilisées en maison neuve.
De l’énergie produite par une station de traitement des eaux usées

De l’énergie produite par une station de traitement des eaux usées

À partir du printemps 2014, l’énergie fatale des effluents traités par la station d’épuration des eaux usées Saône Beaujolais à Belleville (Rhône), chauffera et produira l’eau chaude sanitaire des 9.000 m2 de plancher de la Villa Durabo, un ensemble mixte de logements et de locaux d’activités. Ce projet a reçu il y a quelques jours une Marianne d'Or pour son aspect facilement duplicable.
RT 2012 : le statut du bois énergie en constructions neuves clarifié

RT 2012 : le statut du bois énergie en constructions neuves clarifié

Une fiche d’application vient d’être publiée, clarifiant le statut du bois énergie dans les constructions neuves. Elle lève toute ambiguïté, qu’aurait pu générer l’interprétation de l’arrêté du 26 octobre : tous les appareils de chauffage au bois permettent de répondre à l’exigence de la RT2012, qui impose d’avoir recours à, au moins, une source d’énergie renouvelable.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter