75 projets architecturaux pré-sélectionnés pour changer le visage de Paris Architecture | 16.07.15

Partager sur :
Dans le cadre de l'appel à projets urbains « Réinventer Paris », lancé par la maire de Paris Anne Hidalgo en novembre dernier, 75 projets architecturaux ont été présélectionnes. L'objectif est d'imaginer la réhabilitation ambitieuse de 23 sites emblématiques parisiens. 815 candidatures avaient été envoyées suite au lancement de cet appel à projets.

Sur les 815 candidatures reçues, il n'en reste plus que 75 en compétition. 75 projets architecturaux, innovants en matière architecturale, écologique et sociale vont participer à la réinvention de la ville de Paris.

Trois à quatre projets par site ont été retenus (parmi 372 déposés) par 23 jurys composés d'experts et de représentants de l'exécutif municipal, des mairies d'arrondissement concernés, des directions de la Ville et des groupes politiques du Conseil de Paris.

Parmi les postulants, des architectes de prestige, français et étrangers. Le Britannique David Chipperfield, le Japonais Shigeru Ban, les Français Marc Mimram et Dominique Perrault sont par exemple les quatre finalistes retenus pour redessiner le visage de l'immeuble Morland, situé en bord de Seine dans le IVe arrondissement.

Emergence d'un urbanisme participatif

Des démarches originales d' « urbanisme participatif » ont également retenu l'attention du jury - ainsi des projets « Paris par nous, Paris pour nous » et « Wikibuilding.paris », imaginés pour la parcelle située dans la Zone d'aménagement concerté de Paris Rive gauche. 
 

Paris par nous, Paris pour nous © MARIN + TROTTIN PÉRIPHÉRIQUES ARCHITECTES / WISEED IMMOBILIER / SCOPING / REDMAN / IC AVOCATS / LABAL’VILLE/Ré-alimenter Masséna © DGT.DORELL.GHOTMEH.TANE ARCHITECTS / HERTEL INVESTISSEMENT / ALIMENTATION GENERALE / POLYCHRONE / COFELY INEO / ELAN ENVIRONNEMENT

Sur le site de l’ancienne gare Massena (13e), trois projets ont été retenus : un phare urbain de 14 étages sorte d'incubateur gastronomique proposé par l'architecte Julien Rousseau ; une ferme urbaine dans une tour de 14 étages recouverte de bois, imaginée par l'architecte Lina Ghotmeh, de l’agence DGT. Le dernier projet consiste en une tour en terre crue avec une serre, dessinée par le groupe brésilien Urbem et l’agence franco-brésilienne d’urbanisme Triptyque.

Résultats en janvier

Les 23 sites de l'appel à projets - allant de la friche industrielle à l'hôtel particulier- ont tous fait l'objet de propositions. Ceux qui en ont retenu le plus sont la sous-station électrique Voltaire (XIe arrondissement, 26 projets), notamment avec le projet de l'architecte Olivier Palatre de réhabiliter une ancienne péniche en cinéma et restaurant (projet Etoile Cinéma). La parcelle de la ZAC Clichy-Batignolle (XVIIe, 29 projets) a également inspiré les architectes. Quatre projets ont été pré-sélectionnés : ceux de Dominique Perrault, NL*A, Philippe Chiambaretta Architectes et Archikubik Architectes.
 

Etoile Cinéma - © OLIVIER PALATRE ARCHITECTES / ATELIER ROBERTA / SOCIÉTÉ DES RÉALISATEURS DE FILMS / VOLTAIRE ET COMPANIE / LA BELLEVILLOISE / FRANCK BOUTTÉ CONSULTANTS / T/E/S/S / PEUTZ / CASSO&ASSOCIÉS / ATELIER ROBERTA / DEMATHIEU&BARD / Urbem Masséna © JOLY & LOIRET ARCHITECTE / CONSORTIUM URBEM/TRIPTYQUE / DIAGONALE / SINNY & OOKO / AR-C / AI ENVIRONNEMENT / LABEX CRATERRE / BUREAU PASTIER / SUEZ ENVIRONNEMENT-OCEA

Reste à savoir quels architectes remporteront l'appel à projets. Les lauréats seront désignés en janvier 2016.

C.T (avec AFP)
© Paris par nous, Pour nous. Projet Marin +Trottin (Périphériques Architectes)

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Appel à projets Réinventer Paris : la ville répond à ses détracteurs - Batiweb

Appel à projets Réinventer Paris : la ville répond à ses détracteurs

Début février, la mairie de Paris dévoilait les 22 projets d'architecture retenus dans le cadre de l'appel à projets Réinventer Paris. Les modalités de participation, souhaitées comme « innovantes » par la mairie, imposaient peu de contraintes, avec des cahiers des charges allégés voire inexistants. Une méthode que dénoncent aujourd'hui certains professionnels, la mairie leur répond.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter