Comment le Covid-19 pourrait changer l’architecture de nos métropoles Architecture | 25.05.20

Partager sur :
Des annonces gouvernementales quotidiennes, des médias survoltés, et de l’inquiétude… Le confinement a révélé une envie de calme et de verdure, loin du stress de la vie courante. Ces envies de nature quand deux mois se sont écoulés dans un petit appartement en pleine métropole, pourraient bouleverser la conception des villes comme on les connaît aujourd’hui. Les ambitions architecturales de la ville du futur seraient redessinées avec la prise de conscience induite par confinement.

Ils sont les premiers pris d’assaut. Le Canal Saint Martin à Paris en est un exemple, les espaces publics entourés de verdure où l’on peut respirer à l’air libre sont devenus des endroits presque vitaux après le confinement. Ces lieux ouverts reflètent un besoin naissant après deux mois de confinement dans les métropoles, entassés, enfermés entre quatre murs. Cette cure de verdure remet en question le modèle des villes souveraines, ces métropoles bétonnées, au profit d’une ville du futur écologique. « On a massacré les entrées des villes avec des zones commerciales et artisanales aujourd’hui obsolètes. Des centaines de milliers d’hectares avaient été artificialisés, étanchéifiés, asphaltés » comme l’explique Denis Dessus, président du Conseil National de l’Ordre des Architectes (CNOA). Le débat de l’écologie et de l’environnement était déjà porté depuis quelques années par des maires, des architectes, et des mobilisations citoyennes et semble aujourd’hui soutenu par une majorité. 

 

Repenser la ville

 

L'un des premiers projets permettant de repenser la ville est la reconversion de parkings de supermarchés en parcs. Une idée soutenue par Philippe Goncalves, président de l’Ordre des Architectes d’Occitane : « Transformer un parking de grande surface rapidement en un parc avec des milliers d’arbres, et densifier autour est assez facile ».

 

L’idée est à vrai dire loin d’être tirée par les cheveux. Les américains, premiers adeptes et exportateurs de ces hypermarchés XXL semblent aujourd’hui abandonner ces « centres commerciaux traditionnels » comme l’explique Denis Dessus. Le même phénomène est également observé en Chine. Mais le président du CNOA prévient : « Il ne suffit pas de tartiner en vert » ces espaces pour améliorer les conditions de vie. « Il faudrait des équipes pluridisciplinaires, d’architectes, paysagistes, écologistes » pour arriver à un résultat alliant écologie et bâtiment, pour construire la ville de demain.

 

Une éco’nomie

 

L’écologie est également l'un des premiers investissements dans les villes. Dans les métropoles françaises, Paris, Lyon, Lille, Strasbourg, Nantes, Rennes, les projets de pistes cyclables, d’aménagement proches des fleuves et de parcs, sont sur la tables des projets municipaux. Lise Bourdeau-Lepage, géographe de l’Université Lyon 3, décrit certains de ces projets : «  On va enlever le bitume pour permettre aux gens de cultiver des petits carrés végétalisés sur le trottoir à Lyon », à Paris, dans le 13ème arrondissement, « on peut cultiver son petit pied d’arbre ». L’object étant que les « gens se réappropient leur espace public », en privilégiant les services de proximité. Ces aménagements urbains permettraient également une auto-gestion alimentaire comme l’explique Lise Bourreau-Lepage : « Au niveau d'un quartier, imaginons qu'on ait un petit jardin. La ville le récupère, le met en gouvernance partagée avec des habitants. Les légumes et fruits sont redonnés en partie à une association ». À partir de ces déchets, il sera également possible de produire du biogaz, et cette boucle d’économie circulaire pourrait ainsi créer une mine d’or. 

 

Du côté du bâtiment cette fois, il n’est pas question de renoncer à Internet et à la technologie de manière générale. Mais la demande aujourd’hui se créé autour de logements construits avec des matériaux biosourcés, ou rénovés aux dernières normes, notamment grâce aux dispositifs d’aides mis en place par le gouvernement.

 

Le contraste avec les bourgs et petites communes

 

De nombreuses villes de l’hexagone baignent au contraire dans une perpétuelle verdure, à tel point que les villes les plus petites n’ont parfois ni cabinets médicaux, ni commerces… Il faut alors ré-équilibrer la balance : « Ce n’est pas soit tout ville soit tout campagne » explique Leslie Goncalves, également architecte.

Denis Dessus espère pour sa part une délocalisation des citadins et des entreprises vers ces bourgs. Mais cela demande de l’investissement, en effaçant la diagonale du vide, zone ou les transports en commun et le réseau sont quasi-inexistants. Réduire cette fracture trop importante entre les métropoles et les petites villes permettrait d’harmoniser le territoire et de permettre à tous un accès aux services, mais dans un cadre verdoyant. 

 

J.B

Photo de une ©Adobe Stock 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

300 personnes lancent un appel pour rendre le secteur du BTP plus écologique - Batiweb

300 personnes lancent un appel pour rendre le secteur du BTP plus écologique

Le secteur du BTP, l'un des plus pollueurs de France, fait l’objet de nombreux recadrages de la part du gouvernement qui prévoit l'instauration d'une filière pollueur-payeur. Mais ces actions semblent être trop faibles au regard de la situation actuelle. C’est ce qu’on essayé de démontrer les 300 signataires d’une tribune publiée dans Journal Du Dimanche, et les militants d’Extinction Rébellion qui ont bloqué deux cimenteries à Paris ce lundi.
La fédération Cinov émet ses propositions pour la relance du BTP - Batiweb

La fédération Cinov émet ses propositions pour la relance du BTP

Au coeur de l’enjeu de la reprise économique, le BTP est pourtant fragilisé par l’arrêt brutal des chantiers, la ré-organisation sur les lieux de travail, et la crise sanitaire ayant engendré de nombreux surcoûts. La Fédération CINOV a ainsi présenté au ministre du Logement Julien Denormandie ses propositions pour « sauver et valoriser le secteur du BTP », en s'appuyant notamment sur les rénovations énergétiques.
Le chanvre s’offre une place de choix sur le marché de l’isolation français - Batiweb

Le chanvre s’offre une place de choix sur le marché de l’isolation français

Naturelle, efficace et facile à poser, l’isolation chanvre se fait peu à peu sa place sur le marché du BTP français. Pour le plus grand plaisir de Biofib’, qui ne manque pas d’arguments pour vanter les mérites de ses solutions végétales. Multi-certifiées, celles-ci ont déjà séduit nombre de maîtres d’ouvrage, qui peuvent aujourd’hui pleinement observer les bienfaits de cette technique en adéquation avec les objectifs de la loi de transition énergétique.
Un site isérois de Serge Ferrari certifié ISO 50001 - Batiweb

Un site isérois de Serge Ferrari certifié ISO 50001

Il y a quelques semaines, Serge Ferrari s’associait à Philips et Somfy pour publier un livre blanc donnant quelques conseils aux professionnels impliqués dans la rénovation énergétique des bâtiments tertiaires. Aujourd’hui, c’est un site du spécialiste des composites souples lui-même qui vient de recevoir la certification ISO 50001. Une preuve supplémentaire de l’engagement de l’entreprise en faveur de l’environnement.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter