De l’accessibilité-PMR au confort de vie pour tous

Architecture | 10.05.21
Partager sur :
De l’accessibilité-PMR au confort de vie pour tous - Batiweb
Afin de rendre moins clivant la notion d’accessibilité-PMR, il est plus usuel aujourd’hui de parler de confort de vie pour tous. Une réflexion menée dès 2018 par le Club de l’Amélioration de l’Habitat (CAH). Une manière d’anticiper les besoins futurs lors de la construction ou de la rénovation d’une maison.

Adapter son logement aux différents défis de la vie sans dénaturer ni son esthétisme ni son confort. C’est le challenge aujourd’hui de la filière bâtiment que ce soit dans  le neuf mais aussi en rénovation. Seulement 6% des logements sont adaptés au vieillissement de la population en France alors que pourtant 90% des Français souhaiteraient adapter leur logement en cas de difficultés physiques liées à l’âge. Le gisement de travaux est donc immense notamment en rénovation sachant que nous sommes dans une phase de transition démographique évidente avec le vieillissement d’une population qui souhaite également rester le plus longtemps possible à son domicile.  Pourtant les mots accessibilité et PMR (Personne à Mobilité réduite) continuent d’effrayer.

Accessibilité, PMR ou confort pour tous ?

C’est pourquoi Jean-Philippe Arnoux, directeur Silver économie et accessibilité chez Saint-Gobain Distribution Bâtiment France pense qu’il est plus judicieux «  de parler de confort pour tous car il ne s’agit pas d’attendre d’être face à un besoin d’adaptation du logement, pour répondre à un handicap ou à une perte d’autonomie, pour envisager l’évolution de son logement.  Il s’agit d’anticiper ses besoins futurs en ayant une vision du logement à long terme et dans sa globalité. »  Un nouveau paradigme qui oblige toute la filière à se mobiliser. Il faut en terminer avec l’opposition entre handicapés et vieil âge. La problématique doit être perçue comme un tout.  Cela demande notamment un grand sens de l’anticipation grâce à des solutions techniques modulables permettant de bâtir un habitat intergénérationnel et évolutif pour garantir le bien-être des personnes tout au long de leur vie.« Il faut sortir d’une vision PMR sous le prisme du handicap, explique Jean-Philippe Arnoux. D’autant qu’il y a une vraie attente des consommateurs. Nous avons pu le voir avec les aides mises en place dans le cadre d’Action Logement pour le remplacement d’une baignoire par une douche pour les plus de 70 ans. Ce dispositif a eu un gros succès. Malheureusement il ne va pas être reconduit et va s’arrêter en mai. L’important est aussi de valoriser tous ces travaux d’adaptation de l’habitat en communiquant sur les formations valorisantes à disposition des entreprises du bâtiment qui doivent se positionner sur un marché très porteur.  Chez Saint-Gobain Distribution Bâtiment France, nous avons avec Cedeo créé des partenariats avec la Capeb et la FFB afin de mettre en avant les labels Handibat et Silverbat et cela a bien fonctionné. »

Salle de bain PMR accessible

Privilégier le bon sens

Avec une évolution  dans les mentalités et une prise de conscience sur l’importance de faire preuve tout simplement de bon sens car « qui peut le plus, peut le moins » selon le célèbre adage. Comprenons que si un habitat est adapté à accueillir une personne à mobilité réduite, un handicapé ou une personne âgée, il peut également parfaitement être adapté à un jeune par exemple. Pour Jean-Philippe Arnoux « l’artisan doit être réactif et avoir une véritable démarche de prévention. Il faut prendre conscience que l’ergonomie c’est utile à tout le monde et pas seulement à une personne handicapée ou en perte d’autonomie. Nous devons cesser d’être dans du curatif pour s’inscrire durablement dans du préventif. »  Le mouvement est aujourd’hui enclenché et il vise la préparation puis l’adaptation de son logement aux défis que peut imposer la vie (âge, maladie, handicap…), sans dénaturer l’esthétisme de son habitat. La pression démographique, celle des pouvoirs publics mais aussi l’engagement responsable des grands groupes de la filière bâtiment doivent porter cette ambition. Cela commence par la mise en avant de solutions techniques permettant de développer un habitat intergénérationnel et évolutif pour garantir le bien-être des personnes tout au long de leur vie.Près de 90 % des Français jugent que le confort de leur logement est indispensable à leur bien-être (sondage Opinion Way pour Saint-Gobain, mars2018) quel que soit leur âge. Une attente de confort qui s’est encore renforcé durant la crise sanitaire qui a plus que jamais mis en avant l’importance du rôle protecteur, cocooning de son logement.

Revisiter les gammes de produits

Confort et bien-être passent aussi par un habitat esthétique ce qui a obligé les industriels à faire évoluer leurs gammes de produits pour répondre aux attentes clients. Les solutions techniques doivent donc gommer le côté pathologique, hospitalier ajoute Jean-Philippe Arnoux : « Il est très important de revisiter nos gammes de produits. Dans le monde de la douche sous l’impulsion de l’aide d’Action Logement beaucoup d’industriels ont réagi pour offrir des solutions esthétiques et faciles à installer. » Il faut vraiment pouvoir proposer des produits qui permettent de faire passer le besoin fonctionnel et l’esthétisme en premier pour ne pas faire de logement « clivant ».  Jean-Philippe Arnoux donne des pistes de réflexion concrètes : « Il peut être intelligent de  prévoir un renforcement de certaines cloisons ce qui permettra à l’avenir de venir y poser une main courante si besoin. D’intégrer dès le départ un siège et une barre de maintien à l’espace, de privilégier des portes coulissantes de 90 cm de largeur facilitera l’accessibilité, ou encore d’installer un système domotique pour piloter à distance un grand nombre d’équipements de la maison. » L’arrêté douche zéro ressaut va également dans ce sens, obligeant  les constructeurs, promoteurs et aménageurs à équiper les salles de bains, de douches sans aucun ressaut.

Simplifier les aides

Si la prise de conscience existe et que les industriels développent de plus en plus de solutions adaptés au marché de l’accessibilité-PMR, reste l’aspect financier et incitatif. Là aussi les choses pourraient évoluer. La démarche d’Action Logement sur les douches a eu un véritable succès, l’ANAH et les caisses de retraites ont également différentes aides financières à disposition sans oublier les crédits d’impôt mais cela doit aller plus loin pour Jean-Philippe Arnoux : «  Nous avons plusieurs pistes à explorer d’ici la fin de l’année, date à laquelle un rapport sur l’adaptation des logements va être remis. Nous devons réfléchir rapidement parallèlement à la loi grand âge et autonomie (repoussée à la fin  2021 vraisemblablement) à un dispositif relais de celui d’Action Logement quitte à aller plus loin dans la démarche qu’uniquement la salle de bains. L’important est vraiment d’avoir des aides plus simples et nous pourrions nous inspirer de ce qui a été fait sur MaPrimeRénov’ pour imaginer sur le même principe un dispositif MaPrimeAdapt’ qui s’adresserait à tous les Français dès 2022. » Côté réglementation, la loi Elan promulguée en 2018  prévoit que 100% des logements neufs doivent être entièrement accessibles aux personnes en situation de handicap dès la construction, même s’ils ne sont pas tous habités par des personnes handicapées. Elle met également en avant l’importance d’avoir des logements neufs évolutifs, c’est-à-dire accessibles en grande partie et pouvant être rendus totalement accessibles par des travaux simples pour répondre aux situations de handicap, mais aussi de perte d’autonomie ou de vieillissement.

Franck Guidicelli

 

 

Copyriht photos

Salle de Bain CEDEO AlternaHR_V02_PP_v05

Les solutions adaptées au PMR ont progressé d’un point de vue esthétique pour s’éloigner au maximum de l’aspect médical.

 

048410_AMB_1_2020-BD

Ajouter une fonctionnalité à un produit PMR permet de mieux le faire accepter.

 

AKW_1_APRES_CAMB

Anticiper ses besoins futurs en installant d’office un siège et une barre de maintien dans un espace douche fait partie des bons réflexes à avoir dans une démarche de confort de vie pour tous.

 

URBAN ORME GRIS AMB BD et DRESSING SIFISA

Si l’essentiel des travaux  concerne pour le moment la salle de bains, l’objectif est d’aller plus loin et d’avoir un raisonnement global sur toutes les pièces de la maison.

 

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Accessibilité : des douches sans ressaut obligatoires à partir du 1er janvier - Batiweb

Accessibilité : des douches sans ressaut obligatoires à partir du 1er janvier

En discussion depuis plusieurs mois, l'arrêté « douche zéro ressaut » vient d'être publié au Journal Officiel ce jeudi 17 septembre. Il imposera de nouvelles normes de construction pour certains logements neufs. A compter du 1er janvier, les constructeurs, promoteurs et aménageurs devront obligatoirement équiper les salles de bains de douches sans aucun ressaut. A partir du 1er juillet 2021, cette obligation s'étendra ensuite à tous les appartements desservis par un ascenseur, quel que soit l'étage.
Accessibilité des SDB : la Capeb et Téréva lancent une offre - Batiweb

Accessibilité des SDB : la Capeb et Téréva lancent une offre

Pour démocratiser les travaux d'adaptation des salles de bain pour les séniors et personnes en perte d'autonomie grâce à l'aide proposée par Action Logement, la Capeb annonce avoir tissé un partenariat avec Téréva. Les deux partenaires ont ainsi mis en place deux packs travaux « clés en mains » à destination du grand public.
Promotelec expérimente son offre « Le confort dans l’Habitat » dans le Bas-Rhin - Batiweb

Promotelec expérimente son offre « Le confort dans l’Habitat » dans le Bas-Rhin

Promotelec Services a inauguré en avant-première sa nouvelle offre « Le Confort dans l’Habitat » à Obernai dans le Bas-Rhin. L’outil permet de réaliser un état des lieux de son logement et de trouver, selon ses besoins et envies, les solutions existantes pour plus de confort. Il s’adresse à toute personne en phase de rénovation de logement, propriétaire, propriétaire-bailleur, ou futur propriétaire.
Les objets connectés ne suscitent pas « l’engouement » (étude) - Batiweb

Les objets connectés ne suscitent pas « l’engouement » (étude)

Une nouvelle étude consacrée à la maison intelligente vient d’être dévoilée. Menée par Promotelec, la Fédération des Services aux Particuliers et le groupe La Poste, elle montre que les objets connectés « se banalisent sans susciter l’engouement ». S’ils semblent utiles notamment dans des pièces comme le salon et la cuisine, les Français sont peu nombreux à leur faire confiance. Ils craignent en effet les objets « espions » et attendent encore de la Smart Home qu’elle fasse ses preuves.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter