Les Fondations Velux investissent le Grand Palais Architecture | 19.10.16

Partager sur :
Les Fondations Velux viennent de s’engager à hauteur de 850 000 euros dans leur cinquième opération de mécénat au service de la conservation du patrimoine architectural français. Il s’agit de la restauration de la verrière de la Rotonde du Palais d’Antin. Cet accompagnement constitue la « phase 0 » des vastes travaux de rénovation du Grand Palais prévus entre 2020 et 2024 destinés à « faire entrer le monument dans le 21e siècle ».
Le Grand Palais a été édifié dès 1897 pour l’Exposition universelle de 1900. A l’époque, un concours d’idées entre architectes avait été décidé afin de déterminer l’équipe qui aurait pour mission de construire ce monument historique.

A l’issue du concours, le jury avait désigné quatre professionnels : Henri Deglane pour la réalisation du bâtiment antérieur et Louis Louvet pour celle du bâtiment intermédiaire ; Charles Girault pour la construction du Petit Palais et la coordination de l’ensemble des travaux ; et enfin Albert Thomas pour la construction de l’aile ouest dite « Palais d’Antin ».

Décrit sur son fronton comme un « Monument consacré par la République à la gloire de l’art français », l’édifice a été quelque peu rénové au fil du temps, notamment entre 2001 et 2005. Un travail avait été réalisé sur la nef, sa couverture et ses fondations.

Malgré cela, le bâtiment présente « un degré de vétusté important », indique Patrice Januel, directeur du projet de rénovation du Grand Palais. Il indique que 6 000 m2 de verrière et 7 000 m2 de zinc sont à restaurer, sans oublier un nombre élevé d’éléments de décoration.

Le Palais d’Antin, phase 0 d’un vaste projet de restauration

Le Grand Palais se prépare actuellement à une « mue profonde », dit Bruno Maquart, président d’Universcience. Des travaux sont en effet prévus dès 2020 et jusqu’en 2024. Ce vaste projet de restauration est destiné « à faire entrer le monument dans le 21e siècle ».

La première phase de ce vaste projet, aussi appelée « phase 0 » consiste en la restauration du Palais d’Antin, pour laquelle un investissement de 6 millions d’euros est prévue.

Le Palais d’Antin, plus connu sous son nom d’usage « Le Palais de la Découverte » se distingue notamment de par sa toiture composée de trois coupoles correspondant à trois rotondes. La plus grande rotonde centrale est de forme elliptique, les deux autres, en symétrie, sont plus petites et octogonales. En extérieur, toutes ont des verrières de type terrasson. En intérieur, seule la rotonde elliptique centrale a un plafond verrier.

Les Fondations Velux participent à la restauration du lieu

La première étape de la remise à niveau du Palais d’Antin est la restauration des couvertures et de la rotonde centrale. La phase préliminaire a démarré en août 2016 et doit s’achever à la fin de l’année 2017. L’intervention sur la rotonde, qui durera 14 mois, englobera les parties extérieures de la verrière et les combles jusqu’au plafond verrier intérieur et les décors des écoinçons de la voûte.

Les Fondations Velux ont décidé d’apporter leur soutien à ce projet visant « à rendre au Palais d’Antin la générosité de son éclairage naturel ». L'investissement prévu s'élève à 850 000 euros. Les Fondations s’engagent ainsi dans leur cinquième opération de mécénat en quinze ans au service de la conservation du patrimoine architectural français.

« Ce nouveau projet correspond parfaitement aux valeurs Velux (…). Après la rénovation des vitraux de la Sainte-Chapelle en 2015, c’est pour nous une très grande fierté d’annoncer ce nouveau programme de mécénat culturel en France », a déclaré Jens Kann-Rasmussen, Président des Fondations Velux.

Benoît Fabre, Président de Velux France, s’est réjoui de ce mécénat qui vise à « réintroduire la lumière naturelle dans le bâtiment ». Il rappelle que le groupe partage les notions d’ « Ouverture, d’Universalité et d’Innovation » défendues par le Palais de la Découverte.

L’initiative a été saluée par Sylvie Hubac, Présidente de la Réunion des musées nationaux – Grand Palais.
« C’est un honneur et une fierté que d’être accompagnés par Velux dans cette opération », a-t-elle indiqué dans un discours.

François Chatillon, Architecte en chef des Monuments Historiques, en charge de la restauration du Grand Palais a lui souligné que « la restauration du Palais d’Antin permettra de faire redécouvrir au grand public l’œuvre d’Albert Thomas, avec sa fabuleuse lumière, élément fondamental de la conception du Grand Palais en 1900, et la richesse de ses décors ».

Un chantier sur 14 mois

La première étape du projet de restauration de la verrière a consisté en le déploiement d’un platelage intérieur au niveau des chapiteaux des piliers du hall afin de permettre l’accès aux parties hautes. Le plancher est soutenu par quatre piliers d’échafaudage couvrant la totalité du diamètre de la rotonde.

En extérieur, un échafaudage parapluie viendra couvrir le dôme extérieur de la rotonde afin d’entreprendre les travaux d’étanchéité et de restauration des couvertures incluant la restauration des verrières des coupoles, les couvertures en zinc et ardoises ainsi que les ornements.

   
©R.C

« La toiture est l’élément qui a le plus besoin de travaux. Il pleut littéralement à l’intérieur », a dit M. Chatillon. Les verres seront ainsi remplacés en toiture pour plus d’étanchéité et de confort thermique. Quant au plafond verrier, se pose encore la question de le remplacer entièrement ou en partie.

Dans toute restauration du patrimoine, les principaux problèmes sont ceux « de pollution : amiante et plomb. Ce qui laisse beaucoup de latitude et d’interprétation pour l’inspection du travail ». Pour le reste, il y a « des points d’ajustement mais la modélisation 3D nous permet d’appréhender le monument ».

Le véritable enjeu est « de redécouvrir la modernité de ce lieu » et de l’inscrire « dans l’actualité pour qu’il perdure », a conclu François Chatillon.

Rose Colombel
Photo de une : ©Palais de la Découverte - Sylvain Sonnet 
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

En sommeil depuis plus de 40 ans, l'ancienne chaufferie du Puits Couriot s'est réveillée

En sommeil depuis plus de 40 ans, l'ancienne chaufferie du Puits Couriot s'est réveillée

Classé Monument Historique avec ses deux terrils, le Puits Couriot, dont le cœur s’étend sur un peu plus de 10 hectares, abrite à deux pas du centre-ville de Saint-Étienne, le Parc-Musée de la Mine. Dernier grand témoin de l’aventure minière du bassin stéphanois avec son chevalement métallique de 1913, il achève une nouvelle phase de son aménagement, confiée à l'agence d'architecture Gautier et Conquet, associée au paysagiste Michel Corajoud.
Le GMH élit deux présidents

Le GMH élit deux présidents

Ces quatre prochaines années, ce n’est pas un mais deux présidents qui vont diriger le Groupement Français des Entreprises de Restauration de Monuments Historiques (GMH). Lors de l’Assemblée générale du 28 avril 2016, Gilles de Laage et Frédéric Létoffé ont été élus co-présidents. Ils succèdent à Didier Durand dont le mandat arrivait à terme.
Nouvelle vie pour l’Hôtel des Postes de Strasbourg

Nouvelle vie pour l’Hôtel des Postes de Strasbourg

Bâtiment historique s’il en est, l’Hôtel des Postes de Strasbourg se situe dans le quartier de la Neustadt, classé au patrimoine mondial de l’Unesco. L’édifice, inauguré il y a plus d’un siècle, fera l’objet d’un important chantier mené par Poste Immo et Bouygues Immobilier à compter du printemps 2019. Dans ce sens, l’ensemble sera transformé en un programme mixte mêlant, entre autres, logements, bureaux et brasserie-restaurant.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter