Hauts-de-France : vaste opération de conversion du réseau de gaz naturel Collectivités territoriales | 22.02.19

Partager sur :
Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, était ce jeudi 21 février en déplacement dans les Hauts-de-France, dans le cadre de la future opération de conversion du réseau de gaz naturel qui passera du gaz B au gaz H d’ici 2029. Un changement qui concernera 1,3 million de consommateurs sur les 6 millions d’habitants de la région.

1,3 million d’habitants des Hauts-de-France vont être concernés par l’opération de conversion du réseau de gaz naturel lancée hier par le Ministère de la Transition écologique et solidaire, en raison d’un changement nécessaire de type de gaz. Cette vaste opération, obligatoire pour assurer la continuité de l’approvisionnement, devra être finie d’ici 2029.

Du gaz B au gaz H

Les personnes concernées par ce futur changement étaient jusqu’ici approvisionnées en gaz B (c’est-à-dire à « Bas pouvoir calorifique ») en provenance des Pays-Bas, dont le gisement est bientôt épuisé : « Après plus de cinquante années d’exploitation, la production du gisement gazier de Groningue, aux Pays-Bas, va bientôt s’arrêter. Des opérations sont donc nécessaires pour assurer la continuité d’approvisionnement des consommateurs qu’il alimente », explique le Ministère de la Transition écologique dans un communiqué. Le réseau devra par la suite être approvisionné en gaz H (c’est-à-dire à « Haut pouvoir calorifique »). Avec ce passage au gaz H, le réseau des Hauts-de-France sera ainsi harmonisé avec le reste du pays.

« Cette opération de grande ampleur est indispensable pour assurer la sécurité d’approvisionnement en gaz des habitants de la région Hauts-de-France. L’État en profitera pour effectuer des opérations de rénovation énergétique afin de répondre aux objectifs de la transition énergétique. Personne ne doit être laissé de côté dans cette opération. C’est pourquoi le Gouvernement a tenu à ce que les consommateurs résidentiels bénéficient d’un accompagnement pour le contrôle, le réglage et, lorsqu’il le faut, le remplacement de leurs appareils à gaz » a expliqué Emmanuelle Wargon, lors de la réunion d’information avec les élus des collectivités concernées.

Le Gouvernement « en lien avec les collectivités locales et les quatre gestionnaires des réseaux gaziers » rappelle qu’il veillera à assurer la sécurité de l’ensemble des consommateurs en réalisant un contrôle préalable de chaque appareil à gaz afin de vérifier son fonctionnement avec le nouveau type de gaz, et qu’il accompagnera les consommateurs de gaz naturel dans les différentes étapes de l’opération, « en particulier dans les rares cas où aucune adaptation ne sera possible et où il sera nécessaire de remplacer un appareil à gaz existant ».

Quelques changements d’équipement nécessaires

Certaines chaudières qui ne pourront pas être réglées pour le passage du gaz H devront en effet être changées. Selon une estimation, environ 3% des foyers seraient concernés par ce changement. Dans ce contexte, le ministère de la transition écologique explique que le consommateur contraint à changer d’équipement « bénéficiera pour cela d’aides financières adaptées pour l’acquisition et l’installation de nouveaux appareils » et évoque « une prime jusqu’à 2000 € (selon ressources) » pour le remplacement d’une « vieille chaudière au fioul, gaz ou charbon par une chaudière au gaz à très haute performance énergétique ».

Le Ministère rappelle en outre que « cette opération exceptionnelle constitue une opportunité pour engager des actions en faveur de la rénovation énergétique, notamment en incitant à la bascule vers des appareils moins émetteurs de CO2 ».

Les étapes de l’opération

L’opération de conversion sera réalisée secteur par secteur, avec une première étape de visite à domicile pour recenser l’ensemble des appareils à gaz. Une deuxième visite aura ensuite lieu pour vérifier que ces appareils peuvent bien être alimentés en gaz H. Le gestionnaire de réseau de distribution de gaz ou son prestataire réglera alors les appareils qui peuvent l’être.

Le Ministère souligne qu’aucune de ces interventions ne sera facturée. Seuls les consommateurs contraints à changer leur appareil devront débourser de l’argent, mais seront soutenus par des aides financières adaptées pour l’acquisition et l’installation de nouveaux appareils.

C.L
Photo de Une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La chaudière à 1 € est une « promesse concrète » faite aux Français

La chaudière à 1 € est une « promesse concrète » faite aux Français

Lors d’une conférence de presse organisée ce jeudi au ministère de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy et Julien Denormandie, ont révélé les contours du dispositif de prime à la conversion des chaudières. L’initiative qui répond à un double enjeu, écologique et économique, doit permettre le remplacement de 600 000 équipements fonctionnant au fioul d’ici deux ans.
F. de Rugy va réunir les acteurs du bâtiment et de l’énergie pour parler rénovation

F. de Rugy va réunir les acteurs du bâtiment et de l’énergie pour parler rénovation

François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, était ce vendredi matin l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC. Interrogé sur la programmation pluriannuelle de l’énergie, il a notamment indiqué vouloir réformer le système d’aides « qui n’est pas efficace ». Il a également précisé qu’il réunirait « dans les semaines à venir » les acteurs du bâtiment et de l’énergie pour organiser la rénovation énergétique des bâtiments. Précisions.
La smart connexion, clé de l’insertion optimisée du photovoltaïque au réseau

La smart connexion, clé de l’insertion optimisée du photovoltaïque au réseau

Le deuxième colloque sur l’intégration du photovoltaïque (PV) au réseau organisé par Enerplan le 10 septembre dernier, a rassemblé quelques 80 participants. Ces derniers ont échangé sur la possible et nécessaire optimisation de l’insertion du PV dans le réseau de distribution d’électricité, afin de répondre au défi de la transition énergétique. Il en ressort que l’accélération de la «smart connexion», fera évoluer les pratiques et pourra transformer le potentiel industriel français en création de valeur.
Les architectes prennent part au Grand débat national

Les architectes prennent part au Grand débat national

Inspiré par le contexte du Grand débat national, le Conseil national de l’Ordre des architectes a annoncé mardi 29 janvier avoir ouvert un site dédié aux problématiques liées au logement, à l’aménagement et à la rénovation. Professionnels du cadre de vie et citoyens sont invités à donner leur avis et émettre des propositions. Conscients de leur mission d’intérêt général et des défis écologiques, les architectes mettent ainsi la démocratie participative à l’honneur.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter