Impayés de loyers : le gouvernement annonce un fonds d'aide de 30 millions d'euros Collectivités territoriales | 07.04.21

Partager sur :
Alors que la crise sanitaire et économique impacte de nombreux foyers français, la ministre déléguée au Logement a annoncé ce mardi 6 avril la création d'un nouveau fonds d'aide aux impayés de loyers. La ministre a également dévoilé son plan de prévention des expulsions locatives, et précisé la stratégie de sortie de la trêve hivernale.

En novembre dernier, la ministre déléguée au Logement Emmanuelle Wargon annonçait la création d'un Observatoire national des impayés de loyers pour mieux quantifier le phénomène et proposer des solutions afin d'éviter les expulsions locatives.

 

Il s'agissait de collecter, pour la première fois, les données des bailleurs privés et publics, des agences immobilières, des huissiers de justice, de la Banque de France, d'Action Logement, et des associations de défense des locataires et de lutte contre la précarité, et de présenter les chiffres consolidés par l'Agence nationale d'information sur le logement (ANIL) tous les deux mois.

 

Cinq mois plus tard, l'Observatoire indique ne pas avoir relevé de hausse exponentielle des impayés de loyers. Mais ses membres ont toutefois exprimé leurs inquiétudes concernant le nombre croissant de ménages ayant des difficultés financières et du mal à payer leur loyer depuis le début de la crise.

 

Selon eux, certains foyers puisent dans leur épargne ou sont parfois obligés de prioriser leurs dépenses entre alimentation et logement. Pour l'Observatoire, ces nouveaux ménages qui ne sont pas habitués à solliciter l'aide des services sociaux présentent des risques d'impayés à moyen terme.

 

Eviter la multiplication des expulsions locatives

 

Pour éviter les expulsions locatives, Emmanuelle Wargon a donc confirmé ce mardi 6 avril la création d'un fonds d'aide aux impayés de loyers, doté de 30 millions d'euros, qui viendra abonder les fonds de solidarité logement (FSL) gérés par les collectivités, et permettra de doubler les capacités en matière d'aide au paiement des loyers.

 

Outre l'annonce de ce fonds, Emmanuelle Wargon a également précisé la stratégie de sortie de la trêve hivernale, une nouvelle fois repoussée cette année en raison de la crise sanitaire. Cette stratégie vise notamment à systématiser le relogement des personnes menacées d'expulsion, ou a minima l'hébergement. Elle prévoit également 20 millions d'euros pour indemniser les bailleurs en cas de maintien dans le logement des ménages qui devraient être expulsés avec le concours de la force publique.

 

Enfin, la ministre a dévoilé les grandes lignes du plan de prévention des expulsions locatives 2021-2022, qui s'appuie notamment sur le rapport du député Nicolas Démoulin.

 

Ce plan met notamment en avant la prévention, l'identification, et l'accompagnement des ménages en difficultés. Concrètement, le plan renforcera l'action des Commissions départementales de coordination des actions de prévention des expulsions locatives (CCAPEX), avec une augmentation des effectifs (environ 60 équivalents temps plein), et une amélioration du système d'information. Pour identifier plus rapidement les ménages en situation d'impayés de loyers, le délai de transmission des dossiers à la CCAPEX et à la CAF sera également abaissé d'un mois.

 

Les mesures d'accompagnement social seront renforcées grâce à un abondement de 20 millions d'euros au Fonds national d'accompagnement vers et dans le logement (FNADVL) par Action Logement sur deux ans.

 

Enfin, le gouvernement annonce le lancement d'une campagne de communication dès la fin avril pour informer sur les aides existantes, notamment via les Agences départementales pour l'information sur le logement (ADIL) et grâce au soutien des huissiers de justice, dont le rôle en matière de prévention sera « conforté ». 

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

MaPrimeRénov' : jusqu'à 90 % du devis pris en charge pour les plus modestes - Batiweb

MaPrimeRénov' : jusqu'à 90 % du devis pris en charge pour les plus modestes

Ce dimanche 27 septembre, la ministre du Logement Emmanuelle Wargon a apporté des précisions sur l'évolution du dispositif d'aide à la rénovation énergétique « MaPrimeRénov' », qui sera étendu aux ménages les plus aisés, ainsi qu'aux bailleurs privés et copropriétés. Parmi les annonces : le simulateur d'aide devrait notamment être dévoilé le 5 octobre prochain, et les travaux pourront être entrepris dans la foulée. Cette aide pourra couvrir jusqu'à 90 % du devis pour les foyers les plus modestes, avec un effet dégressif passant à 75 %, 60 %, et 40 % pour les plus aisés.
Les travaux engagés dès cet automne seront éligibles à MaPrimeRénov' - Batiweb

Les travaux engagés dès cet automne seront éligibles à MaPrimeRénov'

Le dispositif d'aide « MaPrimeRénov' », équivalent de l'ancien CITE, était initialement réservé aux ménages les plus modestes. La crise étant passée par là, la ministre du Logement annonçait le 24 juillet dernier son extension aux ménages aisés, ainsi qu'aux propriétaires et aux copropriétés. Elle a précisé ce samedi 5 septembre que les travaux engagés dès cet automne seraient bien éligibles, et la prime versée à compter du 1er janvier 2021. Les montants du nouveau barème devraient quant à eux être dévoilés d'ici fin septembre.
La crise fait craindre une recrudescence des loyers impayés - Batiweb

La crise fait craindre une recrudescence des loyers impayés

Dans le contexte actuel de crise sanitaire et économique, de nombreuses personnes sont impactées par des baisses de revenus. Pour éviter l'engrenage des loyers impayés, un observatoire vient d'être créé, dans le but de quantifier le phénomène et proposer des solutions aux foyers concernés. Une première réunion s'est tenue ce lundi 16 novembre pour présenter le rôle et les ambitions de ce nouvel Observatoire.
Nouveau record d’expulsions locatives selon la Fondation Abbé Pierre - Batiweb

Nouveau record d’expulsions locatives selon la Fondation Abbé Pierre

Alors que la trêve hivernale approche et sera effective dès ce vendredi 1er novembre, la Fondation Abbé Pierre déplore l’augmentation des expulsions locatives d’années en années, soulignant un nouveau record de « plus de 36 000 personnes expulsées » en 2018. Elle demande donc au gouvernement de mettre en place un « plan d’urgence » d’un budget de 100 millions d’euros pour endiguer le phénomène.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter