La gestion des zones portuaires franciliennes se renforce

Collectivités territoriales | 29.09.21
Partager sur :
La gestion des zones portuaires franciliennes se renforce - Batiweb
Le 23 septembre, Haropa Port, système de transport et de logistique portuaire, a renouvelé sa charte d’amélioration des ports (CAP) avec la Ville de Paris, accompagnée d’entreprises du BTP et de revalorisation des déchets. Le document s’inscrit toujours dans l’idée d’une gestion écoresponsable, respectueuse du cadre de vie et innovante des zones portuaires franciliennes, tout en allant vers plus de rigueur en termes de contrôle et de transparence.

Jeudi dernier, Haropa Port, système de transport et de logistique portuaire, a co-signé, avec la Ville de Paris ainsi que des acteurs du BTP et des produits valorisables, une nouvelle version de la charte d’amélioration des ports. C’est en 2017, que le premier CAP a été signé, dans le même objectif qu'aujourd'hui : renforcer la gestion des ports franciliens. Bien avant cette première signature, la démarche de Haropa Port guidait son activité maritime et fluviale annuelle, de près de 130 millions de tonnes et 160 000 emplois en France.

Aujourd’hui, 42 entreprises industrielles installées sur les ports franciliens ont adhéré à la charte, représentant 111 sites industriels. Parmi les acteurs adhérents, 12 appartiennent à la filière des produits valorisables (REP et Tais du groupe Veolia, Suez, Paprec, Solvalor, Ecovalorisation…) Le reste, c’est-à-dire la majorité, sont des entreprises du BTP, dont Point.P, Raboni et l’Union Nationale des Industries de Carrières et Matériaux de construction (Unicem), membres fondateurs de la charte. 

L’Île-de-France et ses bords de Seine : une zone stratégique

Depuis juin dernier, Haropa Port unit les ports du Havre, de Rouen et de Paris en un « Grand port fluviomaritime de l’axe Seine ». Cinquième port nord-européen, il se connecte ainsi avec tous les continents, avec 650 ports touchés. Du Havre jusqu’à Paris, l’ensemble portuaire concentre 2,5 millions de m2 d’entrepôts logistiques en service et plus d’un million de m2 d’entrepôts disponibles.

La vallée de la Seine et la région parisienne y jouent un rôle stratégique. Pour preuve, la Ville de Paris possède un domaine portuaire conséquent, composé du canal de l’Ourcq, du canal Saint-Denis et du canal Saint-Martin. De nombreuses entreprises sont implantées sur les zones portuaires franciliennes. 

A travers la CAP, ces dernières, s’engagent, avec Haropa Port et la Ville de Paris, à améliorer l’acceptabilité des activités portuaires et industrielles en Île-de-France. Cela passe notamment par le partage et l’application bonnes pratiques sur leurs sites, orientées notamment vers l’environnement, le cadre de vie ainsi que l’innovation.

Vers plus de rigueur et de transparence

La démarche fait l’objet d’un audit annuel, afin de faire un état des lieux des activités et installations portuaires comme industrielles et définir un plan d’amélioration en conséquence. L’édition 2021 de la CAP renforce d’ailleurs les exigences en matière de contrôle et de réactivité, notamment pour les activités en bord de voie d’eau (qualité de l’eau, de l’air, ou dans un contexte plus urbain, qualité de vie des riverains). La nouvelle charte tend également vers plus de transparence des résultats de l’audit, accessibles au grand public, via une carte interactive entièrement repensée cette année.

Des ajustements qui résultent également d’un dialogue entre les divers acteurs économique, ports, riverains et élus locaux, au sein notamment d’instances permanentes de concertation (IPC). Par exemple, pour les centrales à béton, un plan d’actions conjoint avec l’Unicem Île-de France et le Syndicat National du Bêton Prêt à l’Emploi (SNBPE) a été adopté.

Les mesures convenues sont consacrées à la surveillance des centrales à béton situées en bord de voie d’eau, la qualité de leur exploitation ainsi qu’une meilleure réactivité en cas d’incidents, fixée dans les 12h après leur apparition. En outre, des contrôles inopinés seront effectués par Haropa Port auprès des centrales afin de s’assurer la bonne tenue de leur exploitation. Toujours dans un souci de transparence, les riverains seront prévenus de tout incident d’exploitant (défaut de propreté, nuisance, pollution...), grâce à un système de signalement via une webapp. Celle-ci a été placée en phase test le 23 septembre.

Virginie Kroun
Photo de une : Adobe Stock
 

Virginie.kroun
filter_list

Sur le même sujet

La CDC s’engage dans la maîtrise de ses consommations énergétiques - Batiweb

La CDC s’engage dans la maîtrise de ses consommations énergétiques

Adopté en 2007 par la Ville de Paris, le Plan climat énergie propose aux entreprises et autres organismes de s’engager pour le climat en devenant partenaires de cette initiative. Parmi eux, la Caisse des dépôts vient tout juste de signer l’étape 3 de la charte Paris action climat, promettant, ainsi, de mettre en place des actions concrètes pour respecter ses engagements. Explications.
Paris : plus de taxes sur les logements vacants et les résidences secondaires - Batiweb

Paris : plus de taxes sur les logements vacants et les résidences secondaires

La Ville de Paris a voté ce lundi 7 novembre le principe d’une augmentation des taxes sur les logements vacants et les résidences secondaires, dont les taux actuels sont jugés « beaucoup trop bas ». Pour la municipalité, il s’agit là d’une nouvelle initiative visant à dénicher des habitats disponibles dans la capitale, la taxe devant inciter les propriétaires à louer ou vendre leurs biens inoccupés.
Le Pavillon de l’Arsenal lance le premier accélérateur de projets architecturaux innovants à Paris - Batiweb

Le Pavillon de l’Arsenal lance le premier accélérateur de projets architecturaux innovants à Paris

Bien que de plus en plus d’incubateurs et accélérateurs de projets voient le jour à Paris, aucun n’était pleinement dédié à l’architecture et aux nouvelles pratiques urbaines. C’est désormais chose faite ! En effet, le Pavillon de l’Arsenal et la Ville de Paris viennent de lancer FAIRE PARIS, une structure dédiée à tous les acteurs du secteur ayant envie de donner vie à leurs idées les plus innovantes. Retour sur une initiative particulièrement prometteuse.
Affaire ‘’mur de Trump’’ : la Ville de Paris se sépare de LafargeHolcim - Batiweb

Affaire ‘’mur de Trump’’ : la Ville de Paris se sépare de LafargeHolcim

Après des années d’amour, il semblerait que le divorce ait enfin été prononcé entre Lafarge et la Ville de Paris ! En effet, alors que le spécialiste des matériaux de construction était le fournisseur historique du sable de Paris-Plages, la municipalité vient tout juste d’annoncer qu’elle préférait prendre ses distances avec l’industriel français. Une décision qui fait suite aux déclarations de Lafarge, qui s’est porté volontaire pour construire le fameux ‘’mur de Trump’’ aux Etats-Unis.