La Métropole de Lyon commercialise ses premiers logements en bail réel solidaire

Collectivités territoriales | 14.06.21
Partager sur :
La Métropole de Lyon commercialise ses premiers logements en bail réel solidaire - Batiweb
Le jeudi 10 juin, la Métropole de Lyon a présenté ses premiers logements prochainement construits et commercialisés en bail réel solidaire (BRS). Huit habitations seront mises en vente moitié moins cher d’ici deux ans, afin de permettre à la classe moyenne d'accéder à la propriété.

Après Lille, Rennes et Paris, c’est au tour de huit nouveaux logements de la métropole lyonnaise d’être proposés en BRS. Lle projet est attendu lors du deuxième trimestre 2023 à Villeurbanne, commune limitrophe de Lyon. Le chantier se déroulera au milieu d’un verger d’une rue pavillonnaire et comprendra des maisons et des petits immeubles d’un étage. 

L’opération a été pilotée par la Foncière solidaire du Grand Lyon, un organisme de foncier solidaire (OFS) issu de la loi Alur de 2014. Elle s'inscrit dans le cadre d'une démarche de dissociation du foncier et du bâti. Les OFS peuvent ainsi détenir la propriété des terrains, afin que les ménages modestes leur achètent le logement bâti et ne paient que pour une bouchée de pain la location du foncier.

Un prix au mètre carré divisé de moitié

 

Vendues en BRS, les habitations concernées coûteront 2 775 euros le mètre carré, contre un montant de 5 000 à 6 000 euros sur le marché. Les ménages acquéreurs deviendront alors propriétaires du bâti et locataires du foncier. Pour le terrain, ils devront payer mensuellement 1,50 euros par mètre carré auprès de la Foncière solidaire du Grand Lyon, qui a acqui auprès de Nexity ces logements.

Ces derniers s’adressent aux foyers dont les ressources ne dépassent pas les plafonds du prêt social location-accession (PSLA). Le montant s’élève à près de 59 000 euros (revenu fiscal de référence 2019) pour un couple avec deux enfants sur Lyon et Villeurbanne.


Une mesure contre la flambée des prix 

 

Selon Véronique Bédague, directrice générale du groupe Nexity, le BRS est « un instrument de lutte contre la spéculation immobilière ». Un point de vue soutenu par Bruno Bernard, président EELV de la Métropole, pour qui le bail « permet à des habitants de devenir propriétaires alors qu'ils ne le pourraient pas au prix du marché », tout en maîtrisant les prix de l’immobilier, ayant flambé dans l’agglomération ces dernières années. 

Agnès Thouvenot, première adjointe chargée de l'habitat et de l'urbanisme au sein de la mairie PS de Villeurbanne, décrit même cet état du marché comme « très inquiétant pour l'équilibre social de la ville ».

Dans ce contexte, la Foncière solidaire du Grand Lyon vise la vente de 1 000 logements en BRS d'ici 2026, dont un quart sont déjà engagés, notamment au sein du quartier lyonnais de La Part Dieu.

Virginie Kroun (avec AFP)

Photo de une : Adobe Stock
 

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Vers un droit de propriété qui dissocie le foncier du bâti ? - Batiweb

Vers un droit de propriété qui dissocie le foncier du bâti ?

La proposition de loi concernant la dissociation du foncier et du bâti portée par le député MoDem Jean-Luc Lagleize a été adoptée ce jeudi 28 novembre en première lecture à l’Assemblée nationale. Elle propose de confier, par l’intermédiaire d’organismes de fonciers publics, la propriété des terrains aux collectivités pour éviter la spéculation immobilière, et de créer un troisième droit de propriété.
Dissociation du foncier et du bâti : premiers logements à Espelette (64) - Batiweb

Dissociation du foncier et du bâti : premiers logements à Espelette (64)

C’est une grande première en France : le tout premier programme immobilier proposé par un organisme foncier solidaire (OFS) a été inauguré le jeudi 19 décembre à Espelette, dans les Pyrénées-Atlantiques (64). Le dispositif repose sur la dissociation du foncier et du bâti, qui vise notamment à faire baisser les prix de l’immobilier et à lutter contre la spéculation immobilière.
Terra Nova propose une stratégie pour résoudre la crise du logement - Batiweb

Terra Nova propose une stratégie pour résoudre la crise du logement

Le think tank Terra Nova vient de dévoiler une série de mesures afin de résoudre la crise du logement, en France. Pour faire revenir les prix immobiliers a un niveau supportable pour les ménages et l'économie, le think tank propose notamment de pénaliser les maires qui ne jouent pas le jeu de la construction, d'obliger les propriétaires de terrain à construire et de dissocier la propriété du foncier de celle du bâti.