Le périphérique nord du Grand Lyon sera géré en PPP, d'importants travaux à la clé Collectivités territoriales | 04.11.14

Partager sur :
Le Grand Lyon a donné lundi son feu vert à la gestion pour vingt ans en partenariat public-privé (PPP) de son boulevard périphérique nord mis en service en 1997. A la clé figurent d'importants travaux motivés par le renforcement de la réglementation en matière de sécurité dans les tunnels routiers à la suite de la catastrophe du tunnel du Mont-Blanc en 1999. Prévus pour durer vingt-huit mois, leur coût est évalué à 131,8 millions d'euros.
A compter de janvier 2016, le tronçon nord du périphérique lyonnais entrera en chantier pour vingt-huit mois. En prévision de ces travaux, le Grand Lyon a validé lundi un nouveau mode de gestion de l'ouvrage en partenariat public-privé (PPP).

Ainsi, à compter du 2 janvier 2015 et ce pour vingt ans, un groupement d'entreprises baptisé « Léonard » constitué du groupe de BTP Fayat, de la société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France (Sanef) et du fonds d'investissement du groupe Banque Populaire-Caisse d'Epargne (BPCE) exploitera cette voie de circulation longue de 10 kilomètres dont 6,5 de tunnels reliant l'autoroute A6 à l'est de l'agglomération.

Des travaux « particulièrement techniques »

Jusqu'à présent, les trois principaux tunnels du boulevard périphérique nord de Lyon, mis en service en 1997 et plus connu sous le nom de Teo, étaient gérés en régie intéressée par Vinci. 

« Nous avons opté pour cette formule, car les travaux engagés sont particulièrement techniques et doivent être réalisés en minimisant l'impact sur le trafic » a expliqué au magazine Acteurs de l'économie, Jean-Luc Da Passano, vice-président du Grand Lyon chargé des grands ouvrages et des grandes infrastructures. « Le montage permet au grand Lyon de percevoir les recettes du péage et de continuer à déterminer les tarifs. Ca ne coutera rien aux contribuables ».

Ventilation, systèmes électriques, signalisation...

Prévus pour débuteront en janvier 2016, les travaux de remise aux normes sont motivés par le renforcement de la réglementation en matière de sécurité dans les tunnels routiers à la suite de la catastrophe du Mont-Blanc en 1999. Ils s'échelonneront jusqu'en avril 2018 pour un coût estimé à 131,8 millions d'euros.

« Nous allons impacter sur la ventilation, le durcissement des systèmes électriques et de signalisation, le creusement d’inter-tubes et la réfection des matériaux de parement. En effet, ces derniers ont été jugés pas assez résistants face aux risques d’incendies. », avait précisé le 10 octobre dernier, Jean-Luc Da Passano, dans une interview accordée au site Lyon Capitale.

 Un loyer annuel de 17,8 millions d'€

En contrepartie, le Grand Lyon, qui devra recevoir gratuitement dans vingt ans l'ouvrage et les nouveaux équipements construits, versera à « Léonard » un loyer annuel de 17,8 millions d'euros en moyenne pour un total sur la durée du contrat de 355,8 millions d'euros TTC.

« Le PPP va coûter moins cher au contribuable que ce que le boulevard périphérique nord coûte en régie intéressée (actuellement une délégation de service public confiée à la société OpenLy, ndlr) », a assuré Gérard Claisse, vice-président de la communauté urbaine de Lyon lors d'un point-presse.

Le Grand Lyon conservera la recette des péages et in fine de la politique tarifaire.

A. LG (avec AFP)
© Alexi TAUZIN (Fotolia)

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Stade Matmut Atlantique de Bordeaux : vers l'annulation du PPP ?

Stade Matmut Atlantique de Bordeaux : vers l'annulation du PPP ?

L'annulation du partenariat public-privé (PPP), signé entre la ville de Bordeaux, et les groupes Vinci et Fayat pour la construction et l'exploitation du stade Matmut Atlantique à Bordeaux sera demandée mercredi par le rapporteur public au Conseil d'Etat. Le Conseil d'Etat suit les conclusions du rapporteur neuf fois sur dix. Sa décision est en général rendue dans les deux à trois semaines suivant l'audience. Explications.
Manuel Valls veut relancer les partenariats public/privé

Manuel Valls veut relancer les partenariats public/privé

A l'occasion de l'inauguration du viaduc de la Dordogne où passera la future LGV SEA, le Premier ministre Manuel Valls a souligné sa volonté de relancer l'investissement public comme privé dans le secteur des travaux publics et de la construction, pour retrouver la croissance et fournir des emplois. Au-delà de 2020, il est aussi prévu de construire des LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Hendaye.
Les partenariats publics-privés vivement critiqués dans un nouveau rapport

Les partenariats publics-privés vivement critiqués dans un nouveau rapport

Un rapport de l'Internationale des services publics (ISP) vient remettre en cause une nouvelle fois l'utilité des partenariats publics-privés, après avoir passé en revue plusieurs opérations de PPP dans le monde entier. Cette fédération syndicale mondiale les juge à la fois coûteux et néfastes pour les services, l'environnement et les travailleurs. Zoom sur cette étude très critique.
Les conditions de travail en hauteur préoccupent toujours la Capeb

Les conditions de travail en hauteur préoccupent toujours la Capeb

La mobilisation de la Capeb en faveur de la prévention se poursuit ! L’organisme a annoncé le 25 juillet avoir renouvelé son partenariat avec Layher, spécialiste des échafaudages, et l’IRIS-ST (Institut de recherche et d’innovation sur la santé et la sécurité au travail). De nouvelles actions de prévention des risques devraient ainsi être prochainement mises en place, de même qu’une assistance téléphonique pour accompagner au mieux les dirigeants des entreprises artisanales du BTP.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter