Logement social : Valls reste ferme face aux communes carencées Collectivités territoriales | 12.09.16

Partager sur :
Le Premier ministre Manuel Valls a profité d’un déplacement dans les Bouches-du-Rhône pour faire le point sur les actions menées par le gouvernement en faveur de la loi SRU, qui oblige les communes à disposer d’un certain quota de logements sociaux. 16 ans après son adoption sous Lionel Jospin, 1 115 collectivités sont encore en retard en matière de logement social.
En octobre 2015 déjà, Manuel Valls annonçait la mise en place de nombreuses mesures concernant le logement social pour l’année suivante. Ce vendredi 9 septembre, le Premier ministre est revenu sur la loi SRU, adoptée en 2000, et sur les mesures lancées par le gouvernement pour encourager les communes à construire davantage de logements sociaux, comme leur impose ladite loi.

Un travail qui « porte ses fruits »

« Sur les 221 communes qui sont aujourd’hui gravement en retard dans la construction de logements sociaux, 90% se sont engagées dans un partenariat avec l’Etat pour atteindre les objectifs qu’elles se sont fixées », a indiqué Manuel Valls.

Comme le prévoit la loi RSU, les collectivités carencées doivent s’acquitter de pénalités financières, un « bâton qui fait avancer les choses » selon le Premier ministre. Ce dernier s’est néanmoins félicité que les mesures lancées par le gouvernement « portait [leurs] fruits » et qu’une « belle dynamique » avait été instaurée.

Plus de pouvoir pour plus de fermeté

Face aux réticences de certaines communes, Manuel Valls a tenu à rappeler que les logements sociaux actuellement bâtis n’ont plus rien à voir avec les HLM du passé. « Ce sont des logements de belle qualité, dans des opérations en général petites, que rien ne distingue du logement collectif privé », a-t-il précisé.

Si Manuel Valls a réaffirmé sa fermeté face aux communes concernées, dans le même temps, le Parlement est en plein examen de la loi Egalité et citoyenneté, visant à donner plus de pouvoir à l’Etat dans ce sens.

Alors que 44 communes des Bouches-du-Rhône et 88 de la région PACA sont jugées gravement en retard par la loi RSU et le gouvernement, Manuel Valls a profité de sa visite à Gignac-la-Nerthe, près de Marseille, pour lancer un important programme de logement social. Une initiative qui a fortement fait jaser du côté des élus FN de la commune.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Logement social : 615 communes sanctionnées par la loi SRU

Logement social : 615 communes sanctionnées par la loi SRU

Adoptée en 2000, la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (dite « loi SRU ») impose aux communes de plus de 3 500 habitants (ou 1 500 pour l’ïle-de-France) de disposer d’au moins 25% de logements sociaux. Or, cette année, 615 communes devront s’acquitter de pénalités pour non-respect de la loi, telles que Le Cannet, Antibes, Aix-en-Provence, Saint-Maur-des-Fossés ou encore Nogent-sur-Marne.
Aides à la pierre : 150 000 logements sociaux financés en 2017

Aides à la pierre : 150 000 logements sociaux financés en 2017

Pas moins de 450 millions d’euros de crédits seront consacrés aux aides à la pierre en 2017. C’est ce qu’a décidé le Fonds national éponyme, qui a voté jeudi dernier son budget couvrant l’année à venir. Grâce à cette somme importante, ainsi qu’aux 12 millions d’euros tirés de la majoration du prélèvement SRU, près de 150 000 logements sociaux pourront être financés l’an prochain.
Île-de-France : toujours plus de logements sociaux rénovés !

Île-de-France : toujours plus de logements sociaux rénovés !

Il y a un, la région Île-de-France annonçait que 71 000 logements sociaux avaient été rénovés grâce à l’éco-prêt logement social depuis sa mise en œuvre en 2009. 1 500 foyers étaient ainsi concernés par ce dispositif tous les mois. Or, la barre des 80 logements sociaux franciliens rénovés avec le soutien de ce procédé a été franchie début 2017, selon les derniers chiffres transmis par la préfecture. Bilan.
Logements à Paris : la parole est aux citoyens

Logements à Paris : la parole est aux citoyens

Faisant suite à une initiative lancée en 2014, l'avis citoyen relatif au logement des classes moyennes a été présenté ce jeudi 3 mai au Conseil de Paris. Le document, qui résulte de trois sessions d'échanges ayant rassemblé 23 résidents, apporte avec lui son lot de nouvelles propositions, parmi lesquelles un durcissement du réexamen des situations des locataires du parc social. Tous les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter