Paris : une hausse raisonnable des loyers des logements privés non meublés en 2017 Collectivités territoriales | 22.05.18

Partager sur :
En 2015, l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (Olap) faisait état « des effets réels mais limités » de l’encadrement des loyers sur la capitale. Si le dispositif a depuis été interrompu, il a néanmoins été couronné d’un succès relatif l’année dernière. En effet, les loyers n’ont augmenté que de 0,5% en région parisienne au cours des douze derniers mois observés.
Le 28 novembre dernier, le tribunal administratif de Paris mettait fin à l’encadrement des loyers, en vigueur sur la capitale depuis 2015. Une décision qui avait soulevé l’indignation de l’État, qui avait d’ailleurs fait appel pour y remédier.

Justement, une récente enquête publiée par l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (Olap) semble donner raison au gouvernement. En effet, les loyers des logements privés non meublés de la métropole ont augmenté de seulement 0,5% en 2017, après 0,1% l’année précédente. En parallèle, l’Indice de référence des loyers (IRL) atteint 0,6% sur ces 12 mois, contre 0,03 en 2016.

Une stabilisation qui tend à se généraliser

Du côté des autres indicateurs retenus, l’Olap mentionne notamment une hausse du « saut à la relocation », soit l’évolution enregistrée du loyer entre le départ d’un ancien locataire et l’arrivée d’un autre, à hauteur de 0,6% en moyenne en 2017. Les locations stables ont également vu leur loyer progresser légèrement (+0,5%).

Sans grande surprise, la capitale est évidemment plus chère que le reste de l’agglomération. En effet, les prix parisiens ont augmenté de 1% pour les logements privés non meublés. « La décélération très nette constatée depuis 2014 » est ainsi confirmée.

Dans le reste du territoire, où l’encadrement des loyers n’était pourtant pas en vigueur, les hausses de relocations ne s’établissent qu’à +0,9% en petite couronne. En grande couronne, les loyers tendent même à baisser, à raison de -0,4% en 2017. Les relocations atteignent finalement la moyenne de 19,7 €/m2 hors-Paris, et de 25,0 €/m2 pour la capitale.

« Dans un contexte de reprise de l’économie francilienne et de remontée de l’indice des loyer, ces résultats illustrent l’impact du décret annuel de limitation de la hausse des loyers et, pour Paris, l’effet vraisemblablement complémentaire de l’arrêté d’encadrement des loyers en niveau, avec une évolution globale proche de celle de l’IRL », conclut l’Olap.

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Fracture territoriale : encore trop d’inégalités entre les métropoles

Fracture territoriale : encore trop d’inégalités entre les métropoles

Le cabinet Arthur Loyd, spécialiste de l’immobilier d’entreprise, a communiqué ce 13 novembre à propos de l’édition 2018 de son Baromètre de l’attractivité et du dynamisme des métropoles françaises. S’inscrivant plus que jamais dans l’actualité, après le lancement du plan « Action cœur de ville » l’année dernière, le rapport revient notamment sur la nécessité d’adapter le parc immobilier afin d’accompagner les mutations des territoires. Les détails.
62 millions d’euros collectés grâce au crowdfunding immobilier depuis le début de l’année

62 millions d’euros collectés grâce au crowdfunding immobilier depuis le début de l’année

L’année dernière, plus de 100 millions d’euros avaient été réunis grâce au crowdfunding immobilier, cette tendance qui consiste à organiser des levées de fonds sur le web. Selon la plateforme Fundimmo, le financement participatif est toujours dynamique en France, avec pas moins de 62 millions d’euros collectés au cours du premier semestre 2018 pour le seul marché immobilier. En parallèle, 19 millions d’euros ont déjà été remboursés.
Vente en l’état futur d’achèvement : l’UFC-Que choisir s’en prend aux promoteurs immobiliers

Vente en l’état futur d’achèvement : l’UFC-Que choisir s’en prend aux promoteurs immobiliers

Encore une fois, le dernier rapport de l’UFC-Que choisir relatif aux achats de logements sur plan (VEFA) risque de faire beaucoup de bruit ! L’organisme a en effet mené une vaste étude mettant en lumière les « mauvaises pratiques des promoteurs immobiliers ». Nombreux sont les litiges recensés par l’enquête, parmi lesquels des retards de livraison pouvant engendrer d’importants préjudices financiers pour les acquéreurs.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter