Réaménager l’avenue des Champs-Elysées pour la rendre plus agréable Collectivités territoriales | 12.04.19

Partager sur :
Alors que celle que l’on surnomme « la plus belle avenue du monde » est de plus en plus traversée par des véhicules, polluée, et désertée par les promeneurs, des professionnels plaident auprès des élus pour qu’elle soit réaménagée dans l’optique des Jeux Olympiques de 2024. Parmi les propositions : réduire le nombre de voies de circulation, multiplier les terrasses, réaménager la place de l’Etoile, ou encore proposer une patinoire en hiver et une plage en été.

Des professionnels du foncier et du commerce, réunis au sein du Comité Champs-Elysées ont appelé ce mercredi 10 avril les élus et candidats à la mairie de Paris à entreprendre des travaux pour rendre l’avenue des Champs-Elysées de nouveau agréable pour les promeneurs d’ici les JO de 2024.
 

Davantage traversée par des véhicules que par des promeneurs


« L'avenue des Champs-Élysées est devenue une véritable autoroute urbaine, avec 64 000 véhicules qui y circulent par jour, alors qu'historiquement, c'était un lieu de promenade », rappelle Jean-Noël Reinhardt, président du comité. Les professionnels constatent qu’elle est devenue « l’une des avenues les plus polluées de la capitale » tant au « niveau sonore » qu'au « niveau atmosphérique », et qu’elle est « snobée par les Parisiens ». Une étude Ifop réalisée en février 2018 révèle en effet que les Parisiens lui préfèrent des quartiers comme le Marais, Châtelet, les Grands Boulevards, le Quartier latin ou Opéra pour sortir ou faire la fête.

Les 100 000 piétons qui traversent chaque jour cette avenue très touristique sont donc à 53% sont des touristes étrangers. L’autre moitié est composée de 22% de personnes qui travaillent dans le quartier, 19% de touristes français, 4% de flâneurs parisiens ou franciliens, et de 2% de personnes qui y vivent.

« C'est le seul secteur qui n'a pas encore entamé sa mutation des mobilités » pour prendre en compte vélos, voitures électriques ou trottinettes, a quant à lui relevé l'architecte Philippe Chiambaretta, lors d'une conférence de presse organisée ce mercredi 10 avril.

 

Une patinoire en hiver et une plage en été


Parmi les propositions des membres du comité pour la rendre plus agréable pour les promeneurs : diviser par deux le nombre de voies, changer le revêtement de la chaussée pour réduire le bruit, planter des arbres sur les trottoirs, multiplier les terrasses, ou encore créer des kiosques.

Le comité propose également de repenser la place de l’Etoile, avec « un parcours piéton plus large » autour de l'Arc de Triomphe, « une patinoire en hiver », « un marché aux fleurs au printemps » et « une plage en été ».

« Ce projet s’inscrit complètement dans la vision de la Ville sur les questions de mobilités et de lutte contre la pollution », a quant à elle estimé l’adjointe en charge du Commerce à la ville de Paris, promettant d’étudier ces propositions.

C.L (avec AFP)

Photo de une : ©Adobe Stock

 

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Bientôt un parc entre le Trocadéro et la tour Eiffel

Bientôt un parc entre le Trocadéro et la tour Eiffel

L’appel à projet international lancé en 2018 a été remporté par l’architecte paysagiste Kathryn Gustafson. Avec son projet « One », c’est la création d’un grand parc situé entre le Trocadéro et la tour Eiffel qui est prévu d’ici les Jeux Olympiques de 2024. L’objectif : remettre le végétal à l’honneur et privilégier la piétonisation de cet endroit très touristique de la capitale, qui accueille chaque année 20 millions de visiteurs.
Vers la validation du projet de transformation de la gare du Nord ?

Vers la validation du projet de transformation de la gare du Nord ?

Alors que la Mairie de Paris annonçait lundi 1er octobre qu’elle n’était « plus aux côtés de la SNCF » pour le projet de transformation de la gare du Nord, le jugeant « trop commercial », Valérie Pécresse a rappelé ce vendredi que le permis de construire était dans tous les cas donné par le gouvernement, et en a profité pour appeler ce dernier à la plus grande fermeté. Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat aux Transports, a pour sa part assuré que le projet serait « validé ».

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter