Rennes Métropole veut expérimenter un réseau électrique intelligent Collectivités territoriales | 28.01.15

Partager sur :
Désireuse d'expérimenter l'installation d'un réseau électrique intelligent sur son territoire, Rennes Métropole a lancé mardi, en partenariat avec des industriels et acteurs de l'électricité, la première étape pour la création d'un projet. Objectif ? Piloter la consommation d'énergie d'une zone d'aménagement concerté située à quinze kilomètres de Rennes.
En plein essor, la technologie du Smart grid a tapé dans l’œil de Rennes Métropole. Pour réduire sa facture d’énergie, la communauté d'agglomération envisage en effet d'expérimenter un réseau électrique intelligent à l’échelle d'un territoire. A cet effet, a première étape pour la création d'un projet a été lancée ce mardi, en partenariat avec des industriels et acteurs de l'électricité.

L'objectif est de piloter la consommation d'énergie d'une zone d'aménagement concerté (ZAC) située à Bruz, à 15 km de Rennes, pour qu'elle utilise plus efficacement des énergies renouvelables qui seront produites localement.

Ce démonstrateur appelé « RennesGrid » sera conçu en partenariat avec Schneider Electric et le distributeur d'électricité ERDF, ainsi que le pôle d'activité local Ecoorigin, pour un investissement global estimé à 10 millions d'euros.

L'étude de faisabilité financée par Schneider Electric

La première étape lancée mardi est l'étude de faisabilité du projet, ont indiqué les acteurs concernés dans un communiqué. Elle sera financée par Schneider Electric.

Ce projet consiste à développer des sources de production d'énergie solaire au sol mais aussi sur les toitures et les ombrières de parking; à piloter cette production pour qu'elle puisse être consommée sur le site; et à installer des dispositifs de stockage de l'électricité produite afin d'assurer la consommation en énergie du site aux heures de pointe sans avoir besoin de puiser dans le réseau électrique. 

L'énergie produite sera vendue aux entreprises et particuliers présents sur la ZAC, ce qui devrait financer en partie le projet.

Le développement opérationnel de ce projet passe par la création d'un consortium, envisagé autour de la mi-2015.

A. LG (avec AFP)
© jerome DELAHAYE (Fotolia)

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Focus sur GoFlex, le nouvel indice de flexibilité énergétique des bâtiments - Batiweb

Focus sur GoFlex, le nouvel indice de flexibilité énergétique des bâtiments

En décembre dernier, à l’occasion du SIMI, le Gimélec a présenté GoFlex, un nouvel indice dédié à la mesure du potentiel de flexibilité énergétique des bâtiments. La démarche, qui s’inscrit pleinement dans le cadre de R2G, première déclinaison du label R2S lancé par la SBA et Certivéa, est le fruit d’un travail collaboratif. Christophe Guyard, directeur grands comptes et relations institutionnelles chez Delta Dore nous en dit plus.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter