Fermer

90 % des Français constatent une augmentation de leur facture d'énergie (Qualit'EnR)

D’après le baromètre annuel « les Français et les énergies renouvelables » réalisé par Opinionway pour Qualit’EnR, les Français expriment toujours de fortes attentes concernant la rénovation énergétique des logements, et attendent de nombreuses actions de la part de celui ou celle qui remportera l’élection présidentielle le 24 avril prochain. Un constat qui fait sens, face à la crise énergétique actuelle, qui pousse 37 % des Français à envisager une solution en énergies renouvelables pour équiper son logement.
Publié le 06 avril 2022

Partager : 

90 % des Français constatent une augmentation de leur facture d'énergie (Qualit'EnR) - Batiweb

44 % des Français sont équipés d’au moins une solution en énergies renouvelables (EnR) dans leur logement et plus d’un Français sur trois envisagent de l'équiper en EnR pour le chauffage, l’électricité et la production d’eau chaude. Un nombre en augmentation de près de 50 % par rapport à 2019.

Ce sont les résultats du dernier baromètre annuel publié par l’organisme Qualit’EnR, organisme de qualification, qui analyse le comportement des Français vis-à-vis des énergies renouvelables. Pour cette onzième édition, 2 408 personnes ont été interrogées par OpinionWay pour le compte de l’association. 

Rénovation énergétique : les candidats à l'élection présidentielle n'inspirent pas confiance 

 

« Il y a une montée en puissance corrélée avec les attentes des Français », déclare André Joffre, président de l’organisme. En effet, en pleine période électorale, 73 % des Français souhaitent que le ou la prochaine Présidente de la République prenne des mesures « plus fortes » en matière de rénovation énergétique des logements. Une majorité trouve que le sujet n’est pas suffisamment abordé par les candidats, même si ce déficit d’attention apparaît moins criant qu’en 2017.

47 % demandent notamment une simplification d’incitation et d’aide, et 39 % attendent une augmentation des aides à la rénovation énergétique pour tous les ménages. Quant aux plus plus jeunes, ils réclament avant tout de la pédagogie, en premier lieu sur les solutions (35 %) mais également sur les dispositifs disponibles (34 %). Néanmoins, l'éco-système de la rénovation énergétique inspire de plus en plus un sentiment de sécurité puisque 64 % des personnes interrogées ont déclaré avoir confiance dans les installateurs, et 79 % pensent qu'un label ou une qualification est une marque de confiance.

Mais pour agir sur la question des EnR pour la rénovation énergétique, aucun des candidats à l’élection présidentielle n’inspire vraiment confiance. Seuls les candidats Emmanuel Macron (38 %) et Yannick Jadot (34 %) se démarquent comme les candidats les plus crédibles pour accélérer le chantier de la rénovation du parc immobilier français, soulignant que ce sont les seuls à inspirer confiance au-delà de leur propre camp sur ce sujet. 

Le pire reste à venir ? 

 

Par ailleurs, 90 % des Français interrogés constatent une augmentation de leurs factures d’énergies depuis 12 mois, dont 63 % une augmentation importante de plus de 5 %. Préoccupés par la crise énergétique et le contexte économique, 77 % jugent que les équipements EnR peuvent avoir un impact positif sur le pouvoir d’achat à l’usage. Toutefois, 87 % d’entre eux estiment que les énergies renouvelables sont chères à l’achat et que c’est un investissement. 

Les Français considèrent que les EnR sont « un atout » pour assurer la transition énergétique de la France. 4 Français sur 5 estiment que cette transition passe par un mix-énergétique associant énergies renouvelables et énergies conventionnelles, telles que le gaz et le nucléaire. Cependant, le président de Qualit’EnR avertit : « Sur le pouvoir d’achat, le pire reste à venir car à moins de casser le thermomètre et la méthodologie, il risque d’y avoir des black-outs. Le prix de l’électricité va augmenter, et cela aura un impact direct sur les budgets des ménages, et davantage sur les plus modestes. Si l'on ne trouve pas d’autres solutions, ce sera dramatique. Pourtant la filière est capable d’agir mais l’état doit garantir des prêts ! ».

Pour cela, André Joffre, préconise de « mettre en place des fonds de financement pour les énergies renouvelables afin de générer des économies d’énergies, et de soulager la pression ». À l’instar des véhicules électriques. 

D’après le baromètre, les Français ont une vision plus mitigée des EnR qu’il y a 10 ans, ils restent toutefois unanimes sur la nécessité d’encourager leur développement en France : 97 % soutiennent au moins une filière dédiée. Le solaire thermique demeure la filière que les Français souhaitent le plus voir se développer (85 %) devant la pompe à chaleur (83 %), et les panneaux photovoltaïques (81 %). 60 % des personnes interrogées souhaitent également que le nucléaire soit favorisé. « Il s’agit du niveau le plus élevé jamais atteint depuis 2013 », souligne l'enquête. 

« La quasi-totalité des Français souhaitent voir les EnR se développer. La plupart d’entre eux choisiraient d’ailleurs un équipement utilisant une énergie renouvelable s’ils devaient renouveler aujourd’hui les installations de leur logement », note le rapport. « La période qui s’ouvre va être très active, il va y avoir quelques révolutions et je pense que nous -Qualit'EnR - n’avons pas fini de répondre à cette demande grandissante », conclut le président, André Joffre. 

 

Marie Gérald 

Photo de Une : ©M.G.

Par Marie Gerald

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.