Fermer

Hausse des prix : « Les premières fissures se dessinent », selon la FFB

Décrite comme une « nouvelle onde de choc » par Olivier Salleron, la crise en Ukraine succède à la crise sanitaire et à celle des matériaux pour mieux secouer la traditionnelle conjoncture de la Fédération Française du Bâtiment (FFB), présentée ce mercredi 30 mars. Une dynamique freinée, pourtant soutenue par les pouvoirs publics dans le cadre du plan de résilience, qui pousse le secteur à demander au gouvernement un renforcement, notamment sur le gel des pénalités de retard et la prise en charge intégrale de l'activité partielle.
Publié le 30 mars 2022

Partager : 

Hausse des prix : « Les premières fissures se dessinent », selon la FFB - Batiweb

« Le secteur du BTP, et en particulier celui du bâtiment, a traversé ces deux dernières années de nombreuses crises, avec agilité et avec le moins de mal possible. Cette nouvelle onde de choc qu’est le conflit russo-ukrainien, va peut être nous mettre, cette fois-ci, un genou à terre » craint le président de la FFB, Olivier Salleron, dans son discours d’introduction de la conférence trimestrielle de la fédération, ce mercredi 30 mars.

Un durcissement de l’activité

 

Malgré le soutien du gouvernement dans le cadre du plan de résilience, incluant un avis favorable à la renégociation des marchés publics déjà contractualisés, la FFB juge ces coups de pouces toujours « insuffisants » et appelle à des demandes complémentaires.

En effet, elle souhaite notamment, pour « limiter l’affolement en cas de difficultés d’approvisionnement et face à une possible hausse des prix », une absence de pénalité de retard « aussi » sur les marchés privés. A cela s'ajoute également un allongement de la durée de remboursement des prêts garantis par l'État, ou encore la « mobilisation immédiate » des créances du dispositif « carry-back ». L'organisation demande également la prise en charge intégrale de l'activité partielle.

Tirés par la construction de maisons individuelles et la rénovation énergétique, les carnets de commandes des entreprises, s'élévant à environ 7,3 mois à fin mars « permettent d’alimenter l’activité l’immédiate du secteur », note le président de la FFB, déplorant toutefois que les ventes de maisons individuelles enregistrent une baisse de 15 % sur le cumul de décembre 2021 à février 2022.

« De premières fissures se dessinent », explique le président, précisant que ces dernières semaines, l'aluminium, le cuivre, le minerai de fer ou encore l'étain ont déjà connu de fortes envolées de prix. « Un fléchissement de l'activité bâtiment s'ensuivra dans les prochains mois », avertit ainsi l’organisation.

Alors que la mise en œuvre du ZAN appuyée sur la nouvelle définition claire de l’artificialisation des sols interviendra en 2031, la FFB demande parallèlement aux pouvoirs publics « de prendre le temps » d’un débat serein dans l’optique de « déboucher sur un mécanisme opérationnel parce que compréhensible par tous ». « La précipitation nous conduit irrémédiablement vers un système inapplicable et contestable, ce qu’il faut à tout prix éviter », soutient Olivier Salleron. Ce dernier salue tout de même la réduction des délais de production des index BTP, annoncée par l’Insee.

Un « grand ministère » dédié à la construction durable ? 

 

Alors que la crise des matériaux perturbe le marché, Olivier Salleron appelle de nouveau à une « solidarité de la filière pour qu’un véritable partage des surcoûts se mette en place ».

La FFB annonce ainsi avoir mobilisé tous les acteurs de la filière construction et immobilier pour obtenir, « ensemble » la création d’un grand ministère dédié à « la construction durable et l’aménagement du territoire » dès le prochain quinquennat. Au total, ils sont une trentaine à s’être unis en ce sens. Parmi eux : la Capeb, la FNAIM, la CINOV, l'UNPG, ou encore la SNBPE et la FNTP. « C’est historique ! », se réjouit le président. « Cet arc-en-ciel de la filière construction et aménagement du territoire est bien présent ».

Ce nouveau ministère pourrait permettre notamment de regrouper les actuels ministères du Logement, de la Ville et, pour son volet urbanisme, de la Cohésion des territoires, afin de « dégager une vision d’ensemble » et de « définir une stratégie dans le domaine de la construction, de l’habitat, des mobilités, des infrastructures et de l'aménagement des territoires », précise la fédération.

Une demande qui s'inscrit pleinement dans les propositions de la FFB adressées aux candidats à la présidentielle, à savoir faire du logement une grande cause nationale, assumer la transition énergétique, valoriser l’innovation, simplifier la vie des entrepreneurs, et enfin promouvoir l’emploi durable.

 

Marie Gérald 

Photo de Une : © FFB

 

Par Marie Gerald

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.