Fermer

Climatisation et portes ouvertes : la fin de l’impunité

Avec l’accélération du changement climatique et les incertitudes qui entourent le conflit en Ukraine, les économies d’énergie deviennent primordiales. Dans ce contexte, la Ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher a annoncé plusieurs mesures pour réduire les consommations. Une de ces mesures concerne les commerçants, qui se verront obligés de fermer les portes de leur commerce quand la climatisation est en marche. Toutes les boutiques du pays devraient être concernées.
Publié le 22 septembre 2022

Partager : 

Climatisation et portes ouvertes : la fin de l’impunité - Batiweb

C’est une initiative qui était en vigueur dans seulement quelques villes de France. Depuis la mi-juillet, le souhait de l’étendre à toutes les communes du pays prend de l’ampleur. Dans les mois à venir, tous les commerçants de l’hexagone seront certainement obligés de fermer les portes de leur magasin quand la climatisation ou le chauffage est en marche. Une amende pouvant aller jusqu’à 150 € serait adressée aux réfractaires. Cette mesure est une volonté de la Ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher, soucieuse de respecter l’objectif fixé par Emmanuel Macron de réduire de 10 % la consommation énergétique sur les deux prochaines années par rapport à 2019.

Selon Vladimir Luzbhin-Asseev, responsable technique du groupement Actibaie, « les portes ouvertes provoquent des déperditions thermiques et augmentent la consommation énergétique des locaux d’environ 20 % ». Or, il existe une solution peu coûteuse et facilement accessible sur le marché : les portes automatiques piétonnes. Ce mécanisme peut permettre aux commerçants de répondre aux attentes du gouvernement, mais également de réaliser de véritables économies. 

 

Une aide de l’État espérée

 

Le prix pour la mise en place d’un tel dispositif est de 2 000 € pour l’automatisation d’une porte existante, et de 4 000 € pour l’installation d’un nouveau système. Un montant qui peut rester élevé pour certains commerçants.

Pour financer ces travaux, le retour des aides de l’État peut être la solution. Ces aides accompagnent les entreprises en favorisant leur transition écologique. « Malheureusement, les différentes aides allouées aux TPE et PME pour le financement de leurs travaux de rénovation énergétique concernent les gestes réalisés avant décembre 2021 », déplore Vladimir Luzbhin-Asseev. Si le gouvernement souhaite réduire les consommations énergétiques du pays, répondre favorablement à la demande des professionnels pour un retour des aides peut sembler judicieux.

Les ambitions de la France sont élevées pour les décennies à venir. Le pays s’est fixé comme objectif de sortir de sa dépendance aux énergies fossiles et de réduire de 40 % sa consommation d’énergie d’ici 2050.

 

Jérémy Leduc

Photo de une : Adobe Stock

Par Jeremy Leduc

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.