Fermer

Comparer DPE et consommation a-t-il un sens ? Hello Watt réagit

Début janvier, Hello Watt a publié une étude comparant les notes issues des DPE de plus de 200 logements à leur consommation réelle. Une démarche dans laquelle la CDI Fnaim voit une « une méthodologie erronée ». Ce à quoi le conseiller en énergie rétorque que le lien entre performance du logement et consommation « est complexe », et que beaucoup de phénomènes pourraient expliquer cette disparité entre DPE et consommation. Explications.
Publié le 13 janvier 2023

Partager : 

Comparer DPE et consommation a-t-il un sens ? Hello Watt réagit - Batiweb

Dans sa dernière enquête, Hello Watt, conseiller énergétique, avait comparé l’étiquette énergétique de plus de 200 logements et leur consommation réelle. Il en ressortait notamment que dans plus de 70 % des cas, les diagnostics de performance énergétique (DPE) s’avéraient incorrects

Une étude qui avait fait réagir la CDI Fnaim, représentant des diagnostiqueurs immobiliers, qui voyait dans la démarche une « méthodologie erronée », soulignant que « les usages des uns et des autres concernant sa consommation varient fortement d’une personne à une autre ».

Une possibilité selon Hello Watt, qui nuance toutefois qu’« il ne faut pas se limiter à cette cause unique ». « Si c’était le cas, en effectuant une moyenne sur un grand nombre de logements, les discordances devraient s'amenuire. Or, ce n’est pas le cas », explique-t-il. 

Mais contre toute attente, dans sa nouvelle étude, l'équipe data d’Hello Watt a conclu que connaître la consommation d’un logement ne permettait pas réellement d’estimer la fiabilité du DPE, posant ainsi la question : comparer DPE et consommation a-t-il un sens ?

 

Pourquoi les logements moins bien notés ne consomment pas beaucoup plus ? 

 

Dans cette nouvelle enquête, plus complète, l'échantillon de logements porté à plus de 400 (contre 221 dans la précédente), le logement F médian ne consomme que 12 % de plus que le logement C médian, et presque la moitié des logements F consomment moins que la moitié des logements C.

Mais pourquoi les logements moins bien notés ne consomment pas beaucoup plus ? Selon Hello Watt, il est possible que le DPE soit mal conçu ou mal appliqué, comme évoqué dans l’étude originale. 

Une autre hypothèse serait que les usages varient de façon à contrer l’impact de la performance énergétique du logement : « Peut-être que les logements F ne consomment pas plus que les logements C parce qu’ils sacrifient leur confort pour chauffer moins. On rejoint là l’idée de précarité énergétique », indique le rapport. Ce dernier pointe également du doigt « l’effet rebond » entre isolation et usage, qui part du constat qu’après des travaux de rénovation énergétique, le confort augmente mais la consommation ne diminue pas autant qu’espéré.

Ainsi, « d’autres causes que le simple usage du logement, associées à la façon dont sont réalisés les DPE par exemple, peuvent donc expliquer que 31 % des logements aient un DPE différent de 2 classes ou plus à la consommation d'énergie mesurée », commente Hello Watt.  

 

Faut-il modifier le DPE pour qu’il reflète mieux la consommation ? 

 

« Jusqu’en 2021, les DPE pouvaient utiliser la méthode sur facture qui par définition correspondait exactement à la consommation », note l’étude. Or, il explique aujourd’hui que l’intermittence n’est pas prise en compte par le DPE. En ce sens, il note qu’une résidence secondaire mal isolée « aura une consommation moyenne basse, donc un très bon DPE sur facture, mais un mauvais DPE 3CL » 

En conclusion, si l’on se fonde sur les DPE pour prioriser les rénovations énergétiques : 

  • En se basant sur le DPE 3CL, on rénove en priorité les logements mal isolés, peu importe qu’ils soient utilisés de façon saisonnière ou non ;
  • En se basant sur la consommation ou un DPE sur facture, on rénove en priorité les logements qui consomment le plus.

De nombreuses autres variables entrent en compte comme le confort des occupants, les possibilités de fraude, la qualité des DPE 3CL, ou encore les autres usages résidentiels de l’énergie, comme le chauffage des piscines ou le rechargement des véhicules électriques. 

« Notre échantillon se compose uniquement de logements ayant réalisé un DPE récemment, et on peut supposer que les utilisateurs de l’application Hello Watt sont plus soucieux de leur consommation énergétique. Notre base de données contient peut-être moins de résidences secondaires qu’attendu, ce qui pourrait biaiser les résultats », estime Hello Watt, qui suppose toutefois « que même si notre échantillon n’est pas biaisé, le lien entre performance du logement et consommation est complexe donc beaucoup de phénomènes pourraient expliquer la disparité entre DPE et consommation, aussi bien pour les logements individuels qu’en moyenne ». 

« Le but final des politiques de rénovation énergétique est de diminuer les consommations d’énergie et les émissions associées plutôt que d’améliorer des notes DPE, d'où l'intérêt de se pencher sur les consommations réelles », conclut-il. 

 

> Découvrez notre nouveau magazine Batiweb

 

Marie Gérald

Photo de Une : ©Adobe Stock

Par Marie Gerald

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.