L’Europe engagée pour développer l’éolien en mer du Nord

Développement durable | 08.06.16
Partager sur :
L’Europe engagée pour développer l’éolien en mer du Nord  - Batiweb
Neuf pays européens se sont engagés, lundi 6 juin, à renforcer leur coopération dans le domaine de l’énergie afin de développer l’éolien en mer du Nord. L’initiative répond à plusieurs objectifs et notamment celui de réduire les coûts des installations de production. Parmi les axes de travail retenus : une harmonisation des normes nationales, la mobilisation de capitaux d’investissement pour des projets communs ou encore le développement coordonné du réseau électrique.
L’Allemagne, la Belgique, le Danemark, la France, l’Irlande, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, la Suède et les commissaires européens en charge de l’Union de l’énergie et du climat, ont signé une déclaration politique et un plan d’action visant à renforcer la coopération régionale pour le développement de l’énergie éolienne en mer.

En effet, de nombreuses études de la Commission européenne ont démontré qu’il serait possible de réaliser jusqu’à 5,1 milliards d’euros d’économies « si une approche coordonnée était adoptée pour le développement du réseau énergétique en mer ». Une meilleure coordination permettrait notamment d'utiliser des câbles plus courts et en moins grand nombre pour raccorder à la terre les installations éoliennes en mer.

Ainsi, le plan d’action signé ce lundi devrait faciliter la construction des liaisons électriques manquantes mais également « assurer un approvisionnement en énergie durable, sûr et à coût abordable dans les pays des mers du Nord » et « réduire les émissions de gaz à effet de serre ».

Le vice-président Maros Sefcovic de l’exécutif européen a déclaré à ce propos: « La déclaration faite ce jour constitue une avancée importante vers une Union de l'énergie qui répondra aux engagements envers le climat pris à Paris l'année passée. »

Quatre domaines prioritaires

« Pour tirer pleinement profit, à un moindre coût, du potentiel qu'offrent les ressources des mers du Nord, il sera primordial que les pays de la région coopèrent étroitement et mettent en commun leurs sources d'énergie », a-t-il poursuivi.

La coopération sera axée sur quatre domaines essentiels à commencer par une planification spatiale qui aura pour but « d’optimiser l’utilisation d’un espace limité dans une zone maritime exploitée de manière intensive » à travers le partage de données, la définition d’approches communes en matière d’incidences sur l’environnement et la coordination des procédures d’autorisation.

Les signataires chercheront aussi à mieux développer le réseau électrique pour pouvoir traiter des volumes importants d’énergie produite par des éoliennes en mer et les faire circuler sur l’ensemble du marché intérieur grâce à des interconnexions améliorées.

« Les travaux dans ce domaine comprendront une planification et un développement coordonnés du réseau, ainsi que la recherche de synergies possibles avec les activités pétrolières et gazières en mer », a précisé la commission.

Les pays participants partageront des informations sur leurs besoins particuliers en infrastructures d’exploitation en mer tandis que les régimes d’aide seront harmonisés et les capitaux d’investissement mobilisés pour des projets communs.

Enfin, la coopération vise à réduire les coûts tout au long du cycle de vie des installations de production. Pour ce faire, les pays s'efforceront de mettre en place une reconnaissance mutuelle des règlementations nationales pour la gestion du réseau.

« Cette stratégie augmentera la capacité d'interconnexion et de production à partir de sources renouvelables, aidera à lutter contre le changement climatique et renforcera la sécurité énergétique, qui sont les objectifs principaux de l'Union de l'énergie », a conclu le commissaire Arias Cañete.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Eolien offshore : un objectif réaliste de 15.000 MW en 2030 - Batiweb

Eolien offshore : un objectif réaliste de 15.000 MW en 2030

Dans une feuille de route pour l’éolien en mer, la commission éolienne du SER (Syndicat des énergies renouvelables) présente un objectif réaliste de 15.000 MW à l’horizon 2030 qui permettra de créer 30.000 emplois. Elle attire l’attention des Pouvoirs publics sur l’importance de fixer un objectif ambitieux à la filière pour lui permettre d’être compétitive sur le marché international.
Quel avenir pour l'éolien offshore en France ? - Batiweb

Quel avenir pour l'éolien offshore en France ?

Alors que se tiennent en ce moment à Saint-Nazaire les 10ème « Assises de l'économie de la Mer et du Littoral », rendez-vous des acteurs privés et institutionnels pour débattre de l'économie des filières de la mer, le SER organisait à Paris une conférence sur les enjeux actuels et à venir de l'éolien offshore et sa place dans la réussite de la transition énergétique avec de nombreux acteurs du secteur.
Eolien en mer : EDF EN prend du retard - Batiweb

Eolien en mer : EDF EN prend du retard

Dans un communiqué, EDF a annoncé que la mise en service de ses trois parcs éoliens au large des côtes françaises n’adviendra pas avant 2021-2022 alors que la date de lancement était initialement prévue pour 2020. En cause, les recours déposés par des associations anti-éolien et écologistes contre ces projets. Le jugement étant attendu pour 2017, EDF devra encore patienter pour décider du lancement des premiers investissements.
Le fret ferroviaire, une alternative durable - Batiweb

Le fret ferroviaire, une alternative durable

La semaine internationale du transport et de la logistique (SITL, du 23 au 26 mars 2010 Paris Nord Villepinte) organise une série de conférences sur le développement du fret ferroviaire. Un enjeu majeur en Europe aux atouts non négligeables pour la construction d’un système de transport efficace et durable.