ConnexionS'abonner
Fermer

(Vidéo) Une start-up française installera deux prototypes d'éoliennes flottantes au Japon

Publié le 17 juin 2015

Partager : 

La start-up française Idéol, basée à la Ciotat et le groupe japonais Hitachi Zosen (Hitz) ont annoncé mercredi la signature d'un contrat pour ériger deux prototypes d'éoliennes flottantes auto-stabilisées en mer du Japon avant fin 2017. Ce contrat entre dans le cadre de l'objectif du Japon d'augmenter la part des énergies renouvelables dans leur mix énergétique. Explications.
(Vidéo) Une start-up française installera deux prototypes d'éoliennes flottantes au Japon - Batiweb

Les technologies françaises s'exportent à l'étranger. La french touch vient cette fois-ci de séduire le Japon, dont le ministère de la l'Industrie s'est fixé un nouvel objectif en avril dernier, d'augmenter la part des énergies renouvelables de 10 % en 2014 à 24 % en 2030.

« C'est une très bonne nouvelle, d'autant que le Japon est le deuxième marché pour l'éolien flottant avec la France », s'est réjoui Pail de la Guérivière, président directeur général d'Ideol. « Ce premier contrat majeur nous permet de démontrer la rentabilité de notre business model et de prouver notre capacité à exporter notre technologie flottante dans les environnements marins les plus exigeants », ajoute le PDG.

L'entreprise propose un système d'éoliennes flottantes « auto-stabilisées » avec un principe simple : un flotteur muni d'une piscine latérale - brevetée sous le nom de « damping pool » - permet d'assurer la stabilité de la structure. Ce flotteur est constitué d'une coque en béton, alors que les projets concurrents utilisent plutôt des coques en acier.

Des coûts d'installation divisés par deux

Le bassin intérieur a été conçu de façon à ce que les phénomènes de ballotement de l'eau retenue à l'intérieur amortissent les mouvements du flotteur et permet donc de « réduire le coût » du dispositif. Construite à terre, l'éolienne est ensuite remorquée en mer par bateau sur son lieu d'installation.

« Aujourd'hui, l'éolien en mer ce sont des fondations obligatoires, ça marche dans des endroits à 20, 30 mètres de fond maximum. Avec notre système, on peut installer des éoliennes au large où le vent est plus régulier et sans impact visuel », avance Paul de la Guérivière.

L'entreprise assure qu'avec sa technologie, les coûts d'installation des éoliennes sont divisés par deux.

En France, la start-up fondée en 2010 doit également déployer cette année un démonstrateur de son éolienne au large du Croisic (Loire-Atlantique). Cette éolienne sera équipée d'une turbine de 2 mégawatts fournie par l'Espagnol Gamesa, pilote de ce projet qui regroupe sept partenaires européens.

C.T (avec AFP)
© Fotolia

Sur le même sujet

L’état de la géothermie en France

L’état de la géothermie en France, la première étude transversale menée de la sorte par l’AFPG, sera dévoilé à l’occasion de l’édition 2012 des Journées de la Géothermie dont l’ADEME est partenaire et...

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.