Les énergies renouvelables couvrent presque 20% de la consommation électrique française

Développement durable | 12.02.15
Partager sur :
Les énergies renouvelables couvrent presque 20% de la consommation électrique française - Batiweb
Les différentes énergies renouvelables réparties sur le territoire français progressent, selon le "Panorama des énergies renouvelables" publié chaque année par les gestionnaires de réseaux RTE et ERDF, et le Syndicat des énergies renouvelables (SER). L'éolien (3,7%) et le photovoltaïque (1,3%) ont couvert à eux deux 5% de la consommation d'électricité française en 2014. Le parc hydraulique reste le plus important et a constitué 13,5 % de la consommation.

Le parc éolien français s’élève aujourd’hui à 9 120 MW(2), avec 963 MW supplémentaires raccordés aux réseaux en 2014, soit une progression du parc installé de 12 % en un an. Avec une production de 17 TWh, l’énergie éolienne fournit, en 2014, 3,7 % de la consommation électrique française. La reprise des raccordements annuels, après plusieurs années de croissance ralentie, est notamment liée aux mesures de simplification des procédures administratives encadrant son développement.

La puissance des installations photovoltaïques raccordées au 31 décembre 2014 s’élève à 5 292 MW. Avec 927 nouveaux MW contre 639 MW durant l’année 2013, le parc progresse de 21 %. Le photovoltaïque produit 5,9 TWh, soit 1,3 % de la consommation électrique française. Cette évolution correspond, en particulier, à la mise en service d’installations de grande puissance lauréates des premiers appels d’offres, et ne préjuge cependant pas de la tendance 2015.

Le parc de la filière bioénergies électriques est de 1 579 MW. Il se compose d’installations fonctionnant à partir de déchets ménagers, de biogaz, de bois-énergie et autres biocombustibles renouvelables, ainsi que de déchets de papeterie. La production renouvelable de la filière bioénergies au 31 décembre 2014 s’élève à 5 TWh soit une hausse de 8,4 % par rapport à l’année précédente. Elle représente 1,1 % de notre consommation électrique en 2014.

Le parc hydraulique reste stable, avec 25 391 MW de capacités installées. Toutefois, avec une production de 63 TWh, le niveau de la production hydraulique renouvelable est le plus fort de la décennie écoulée après celui de 2013 et a constitué 13,5 % de la consommation électrique française.

La loi pour la transition énergétique et la croissance verte, en cours d’examen au Sénat, fixe à notre pays un objectif de 32 % d’énergies renouvelables en 2030. Elle prévoit des mesures qui visent à favoriser le rythme de développement des filières d’EnR et celui des réseaux électriques de transport et de distribution nécessaires pour leur bonne insertion. Selon les acteurs du "Panorama des énergies renouvelables", « pour répondre aux objectifs de la transition énergétique, et permettre à la France de disposer d’une électricité économique, propre et sûre, les réseaux doivent poursuivre leur renforcement, nécessaire à l’intégration de sources de production renouvelable toujours plus foisonnantes ».
 

Valls promet une année verte et confirme les 50% de nucléaire en 2025

Manuel Valls a affiché son soutien aux énergies renouvelables jeudi, promettant que 2015 serait une année verte en France, lors du colloque du Syndicat des énergies renouvelables (SER).

Le Premier ministre a profité de la tribune pour confirmer, sans surprise, l'objectif présidentiel de François Hollande de ramener à 50% d'ici 2025 la part du nucléaire dans l'électricité française, retiré mercredi du projet de loi sur la transition énergétique par le Sénat à majorité de droite. « Nous avons fixé un objectif pour 2025, 50% de nucléaire dans notre production électrique, et c'est cet objectif que nous devons atteindre, même si le nucléaire gardera une part importante et reste, nous le savons, une filière d'avenir », a-t-il dit, appelant à sortir des débats stériles sur le nucléaire.

C'est la première fois depuis Lionel Jospin en 2000 qu'un Premier ministre participe à ce congrès annuel du SER. Ces énergies renouvelables « sont absolument nécessaires et sont un levier considérable contre le réchauffement climatique », a déclaré Manuel Valls en ouvrant ce séminaire organisé dans les locaux de l'Unesco à Paris. « 2015 sera en France une année verte et ça ne doit pas être la seule année verte des prochaines années », a promis le Premier ministre en soulignant les nombreux chantiers engagés qui jalonnent notre parcours jusqu'à la conférence Paris Climat 2015 qui vise un accord mondial crucial sur les émissions de gaz à effet de serre. Les programmations pluriannuelles de l'énergie, que le gouvernement doit fixer d'ici octobre, comprendront « des objectifs précis pour le photovoltaïque, l'éolien, la biomasse, la méthanisation », a promis Manuel Valls.

Le Premier ministre a défendu un modèle qui montre que l'écologie et l'économie, l'écologie et la compétitivité, l'écologie et la croissance, ne sont pas opposées. « On entend souvent que les régulations environnementales seraient un frein pour la croissance. C'est faux », a-t-il insisté. Manuel Valls a également souhaité « redonner vraiment un prix au carbone. Même s'il faut tenir compte de nos industries, car il n'est pas question qu'elles s'en aillent hors d'Europe: ce serait néfaste pour l'emploi comme pour l'environnement », a-t-il fait valoir.

B.P
Photo de une : © Francesco De Paoli

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible  - Batiweb

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.
Bientôt 100% d’électricité d’origine renouvelable pour Grenoble - Batiweb

Bientôt 100% d’électricité d’origine renouvelable pour Grenoble

Grenoble, dont l’implication dans la transition énergétique avait été saluée par Ségolène Royal, alors ministre de l’Environnement, pourrait bien ne consommer que de l'électricité renouvelable à horizon 2022. Gaz Electricité de Grenoble (GEG), l’énergéticien public local, a en effet présenté vendredi 9 mars sont plan d’investissement qui prévoit le quasi-triplement de sa production actuelle 100% renouvelable. Précisions.
10,3 millions de professionnels mobilisés par les énergies renouvelables à travers le monde - Batiweb

10,3 millions de professionnels mobilisés par les énergies renouvelables à travers le monde

Le nombre d'emplois créés dans le secteur des énergies renouvelables a de nouveau augmenté en 2017, à hauteur de 5,3% par rapport à l'année précédente. Avec 500 000 postes supplémentaires, ce ne sont pas moins de 10,3 millions de professionnels qui évoluent au sein de cette industrie, et ce dans le monde entier. D'après l'Irena (Agence internationale pour les énergies renouvelables), 28 millions d'emplois pourraient encore voir le jour d'ici 2050.