Néolithe propose de fossiliser des déchets pour en faire des granulats dédiés au BTP Développement durable | 04.03.21

Partager sur :
Transformer les déchets non-recyclables en granulats réutilisables dans le BTP, c’est ce que promet la start-up Néolithe. Répondant à une véritable urgence environnementale et ayant pour objectif de réduire de 5 % les émissions carbones françaises, Néolithe inaugurera son premier fossilisateur au mois de mars 2021. Explications

La start-up Néolithe, née de la collaboration de deux jeunes ingénieurs et d’un tailleur de pierre, est partie d’un constat simple : en France, 30 millions de tonnes de déchets sont enfouies ou incinérées par an et sont responsables de 6 % des émissions de gaz à effet de serre. En parallèle, 400 millions de tonnes de granulats sont utilisées chaque années par le secteur de la construction.

Face à l’urgence climatique et au besoin d'accélérer la transition environnementale, elle propose une solution concrète : la fossilisation. 

Produire des granulats écologiques 

Ce nouveau procédé viendrait en remplacement des méthodes d’incinération et d’enfouissement pratiquées actuellement. Cette alternative consiste à réceptionner des déchets non-recyclés, à les transformer via le process Néolithe, sans émission de polluants, et enfin, à produire des granulats écologiques réutilisables dans le BTP (notamment dans les routes et les bétons). « Une méthode qui permet une valorisation de la totalité de la matière tout en étant près de 5 fois moins polluante que l’enfouissement ou l’incinération », précisent les fondateurs. Ce granulat est dit « anthropocite », en référence à la période de l’anthropocène, nouvelle ère géologique.

Nicolas Cruaud, co-fondateur de Néolithe, explique : « En créant un nouveau mode de traitement des déchets par fossilisation, nous avons par extension créé « l’après-histoire » des déchets. Alors qu’ils étaient, jusqu’alors enfouis ou incinérés, nous sommes désormais capables de revaloriser la totalité de cette matière en granulats minéraux. C’est alors que « l’après-histoire » prend tout son sens, ce terme faisant référence à la période de l’avènement de la pierre, matériau résultat de la transformation des déchets fossilisés ».

Naturellement écologique, la fossilisation permettrait ainsi l’économie de 80 % des émissions de CO2, traditionnellement liées au traitement des déchets. « Mis en place à l’échelle nationale, cela représenterait une réduction de 5 % de l’impact carbone français », souligne Nicolas Cruaud.

Le fossilisateur par Néolithe 

Inaugurée à la fin du premier semestre 2021, cette technologie se fera à présent à échelle industrielle. En effet, cette transformation est effectuée grâce à un « fossilisateur », une installation mobile en containers qui permet de traiter les déchets au plus près de leur lieu de production, en une journée et sous réserve de la possibilité d’effectuer des branchements aux réseaux d’eau et d’électricité, évitant ainsi le transport des déchets ainsi que des granulats. Il peut traiter les déchets d'une ville de 5 000 habitants, rendant alors possible la relocalisation du traitement des déchets. 

« Néolithe propose une nouvelle approche au traitement des déchets répondant à une logique d’économie circulaire. Ceci, dans une approche locale puisque chaque acteur, de l’industriel à la collectivité territoriale, est chargé lorsqu’il est équipé en fossilisateurs, de traiter ses déchets en respectant les conditions fixées par Néolithe », précise Nicolas Cruaud. 

« En tant que tailleur de pierre depuis près de 45 ans, je suis un vrai passionné de ce matériau qui offre, depuis son plus vieil âge, beaucoup de possibilités d’exploitation. Avec Néolithe, nous arrivons à mixer les technologies de pointe industrielles et un savoir-faire qui, lui, est ancestral, au service d’une innovation éthique », conlut William Cruaud, co-fondateur de Néolithe.

Un fossilisateur peut être implanté sur n’importe quel terrain, dans la limite d’une installation par propriété, sur simple déclaration et sur le site service-public.fr.

 

Marie Gérald 

Photo de une : Néolithe

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Valoriser les déchets industriels, une priorité pour l’Unicem  - Batiweb

Valoriser les déchets industriels, une priorité pour l’Unicem

A l’occasion de la semaine européenne des déchets qui se déroule du 18 au 26 novembre 2017, l’Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem) revient sur les actions menées par la profession en matière d’économie circulaire. Rappelons que la filière souhaite augmenter de 50% la quantité de granulats et matériaux recyclés à l’horizon 2020 par rapport à 2014.
Une plateforme d’intermédiation entre conducteurs de travaux et transporteurs - Batiweb

Une plateforme d’intermédiation entre conducteurs de travaux et transporteurs

Natacha Hulmel a fondé MyBen, une plateforme qui met en relation les conducteurs de travaux et les transporteurs, pour gérer l’approvisionnement et l’évacuation des déchets de chantiers. La start-up actuellement incubée à la Station F a déjà évacué 160 000 tonnes de déchets en un an, et a permis de générer 1 million de chiffre d’affaires pour les transporteurs. L’atout de cette plateforme ? Elle facilite les démarches administratives, offre un gain de temps, et assure une traçabilité des déchets.
Lafarge ouvre un dépôt de granulats de 5 000 m² à Marseille - Batiweb

Lafarge ouvre un dépôt de granulats de 5 000 m² à Marseille

Le leader mondial des matériaux de construction, Lafarge, renforce son maillage territorial avec l'ouverture d'un nouveau dépôt de granulats de 5 000 m² à Marseille (14ème). Outre la vente d'une large gamme de granulats, ce site propose un service d'accueil des déchets de chantiers (déblais inertes et matériaux recyclables), en vue de leur valorisation.
La production de granulats devrait augmenter de 2% en 2017 - Batiweb

La production de granulats devrait augmenter de 2% en 2017

Les producteurs français de granulats semblent enfin voir le bout du tunnel ! Après avoir observé une légère reprise de son activité en 2016 (+ 0,5%), la filière envisage une croissance de 2%, a annoncé l’UNPG lors d’une conférence de presse. La fédération professionnelle est par ailleurs revenue sur son nouveau livre blanc adopté en octobre dernier, actualisant ses perspectives pour les quinze prochaines années. Détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter