Fermer

PAC : « On peut tripler le rythme de déploiement », selon Équilibre des Énergies

L’association Équilibre des Énergies tenait ce vendredi une conférence de presse, portant sur son plan et ses 24 propositions pour accélérer le déploiement des pompes à chaleur (PAC) en France, afin de parvenir à 10 millions de PAC d’ici 2030, et au double d’ici 2050.
Publié le 02 décembre 2022

Partager : 

PAC : « On peut tripler le rythme de déploiement », selon Équilibre des Énergies - Batiweb

Alors qu’Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a affirmé qu’il fallait doubler le rythme de déploiement des pompes à chaleur (PAC), Équilibre des Énergie voudrait aller encore plus vite que les objectifs de la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE).

 

Un plan pour accélérer le déploiement des PAC

 

« On peut tripler le rythme de déploiement pour arriver à 10 millions de pompes à chaleur en 2030 », estime ainsi Jean-Pierre Hauet, président du comité scientifique d’Équilibre des Énergies. Ce dernier souligne que passer d’une chaudière fioul à une PAC permet de diviser par 12 les émissions de CO2, et par 8 lors du changement d’un chauffage au gaz.

D’après Équilibre des Énergies, pour décarboner et sortir des énergies fossiles, l’État devrait miser sur la PAC, qui serait, à l’échelle du bâtiment, « l’équivalent des voitures électriques » dans le secteur des transports.

Ainsi, l’association émet 24 propositions réparties en 6 grandes catégories, parmi lesquelles : « créer une politique incitative appropriée aux PAC », « définir la juste place de la PAC hybride », ou encore « faire émerger une industrie européenne et française de pointe ».

Un plan de soutien et de développement permettrait en effet de confirmer et asseoir la place de la France comme leader européen de la production et de l’installation de PAC (près de 400 000 unités vendues en 2020), et de doubler le nombre de salariés dans le secteur pour atteindre les 90 000 emplois en 2030.

L’association demande également la TVA à 5,5 % et l’intégration dans MaPrimeRénov’ de la PAC Air/Air, la plus « mal-aimée » des pompes à chaleur, car la climatisation serait, selon Brice Lalonde, « un péché aux yeux des extrémistes de la sobriété ».

Mais quid des consommations électriques et de la pointe hivernale ? Pour Jean-Pierre Hauet, la PAC reste moins consommatrice que les vieux convecteurs électriques, qui équiperaient encore 8 millions de logements en France. Sur ce point, l’association appelle d’ailleurs le gouvernement à mettre en place une opération coup de pouce pour favoriser leur remplacement.

 

Claire Lemonnier
Photo de une : Adobe Stock

Par Claire Lemonnier

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.