Fermer

Breek, le « Deliveroo du bâtiment » par Supervan

Ce lundi 13 juin, Supervan a officialisé le lancement de « Breek », sa marketplace proposant la livraison de matériaux sur les chantiers franciliens en moins de deux heures. Entretien avec Guillaume Fournier, fondateur de Supervan.
Publié le 13 juin 2022

Partager : 

Breek, le « Deliveroo du bâtiment » par Supervan - Batiweb

L’entreprise Supervan propose depuis six ans un service de véhicules utilitaires et de poids lourds à la demande, destinés aux particuliers comme aux professionnels du bâtiment. Après une dernière collaboration avec Point.P pour verdir la flotte automobile du distributeur, la start-up ouvrait ce lundi 13 juin sa marketplace, nommée « Breek ».

L'objectif de cette marketplace ? Mettre en relation les négoces et les artisans du bâtiment, pour une livraison express. 

Une livraison en deux heures sur chantier

 

Plus précisément, Breek promet à l’artisan un achat en quelques clics de matériaux auprès du négoce, pour une livraison en deux heures sur chantier. Ce qui fait de la marketplace un « Deliveroo du bâtiment », pour reprendre les termes de Guillaume Fournier, CEO de Supervan.

« C’est simple pour un artisan. Il va devoir soit se connecter sur le site Internet, soit télécharger l’application, saisir l’adresse de son chantier. À partir de cette adresse de chantier, nous allons identifier les négoces partenaires de Breek. Et ensuite ils vont avoir accès directement au catalogue du négoce, pouvoir sélectionner les produits dont ils ont besoin, valider la commande, et ensuite se faire livrer », nous détaille l’intéressé.

Il ajoute : « Le catalogue, ce sont les produits des négoces avec lesquels on travaille. Nous ce qu’on leur dit, c’est qu’on n’a pas besoin d’avoir les 5 000 ou 4 000 références qu’ils peuvent avoir sur leur catalogue. C’est plutôt les 20 % de produits, le top des ventes, qui vont pouvoir être mis sur la plateforme. Parce qu’on est plutôt dans une phase d’achat, de réapprovisionnement ». 

En témoigne une étude livrée par Supervan avec BatiÉtude, selon laquelle les TPE et PME du bâtiment s’approvisionnent en physique - mode d’approvisionnement privilégié par 30 % des entreprises - en moyenne 14 fois par mois chez les négoces. Soit une perte de productivité de 4,5 mois-homme par entreprise chaque année. Et souvent pour se réapprovisionner en plâques de plâtre, parpaing, joint, sac de sable, ou tout autre matériel dont l’artisan a besoin quotidiennement. Breek tend à répertorier l’ensemble de ces produits, que ce soit dans le gros œuvre, le second œuvre, ou le gros outillage.

« C’est sans investissement et sans risque : les équipes de Breek s’occupent de tout, il n’y a qu’à préparer les commandes qui arrivent ! », témoigne Guillaume Lallet, chef d'agence Gedimat, un des quatre négociants à adhérer à la plateforme de Supervan. « Breek est vraiment simple et nous fait gagner un temps fou : d'abord sur tous les allers-retours en négoce, mais surtout en cas de matériaux manquants, ça nous permet de finir notre journée sans avoir à revenir le lendemain », abonde Jonathan Guillou, dirigeant de Johnrenov, entreprise générale du bâtiment, qui a expérimenté Breek. 

L’Île-de-France, zone urbaine où la livraison de matériaux est un défi

 

Pour l’heure, la marketplace Breek est lancée en phase d’expérimentation en Île-de-France et auprès de ses 140 000 TPE/PME du bâtiment. Les raisons derrière le choix de la région comme zone cobaye sont multiples. D’abord, les problématiques liées au fort manque de matériaux ou d’outils, comme les pénuries liées aux Jeux Olympiques de Paris 2024.

Mais comment répond la plateforme Breek à cet enjeu ? « On sait que les sujets d’approvisionnement sont difficiles. Et je pense que [Breek] peut aider l’artisan (…)  En ligne, vous avez la possibilité de voir la disponibilité des produits chez tel ou tel négoce et vous faire livrer en moins de deux heures. Donc c’est un gain de temps, parce que vous perdez pas de temps à chercher, à vous balader de négoce en négoce, pour savoir où est-ce qu’il y a du stock », nous répond Guillaume Fournier. 

Autre particularité de l’Île-de-France : le déploiement des zones à faibles émissions (ZFE). « En Île-de-France, et à Paris et en grande couronne, au 1er janvier 2024, les véhicules diesel seront interdits. Cela veut dire que 99 % du parc automobile des artisans sera réduit à rester sur son parking au 1er janvier 2024 », relève notamment le CEO de Supervan. De quoi donc réduire la marge de manœuvre des professionnels lors de leurs déplacements sur chantiers ou en négoces. 

Favorisant le circuit-court lors de livraisons de matériaux, Breek propose également des véhicules uniquement Crit’Air 1 et 2. En parallèle, Supervan prépare sa flotte à l’obligation, toujours à partir du 1er janvier 2024, de circuler avec un véhicule Crit’Air 1. « Aujourd’hui, on travaille sur des pilotes, avec des véhicules électriques et sur des véhicules à gaz, notamment en poids lourds, qui nous permettront de continuer à opérer. Donc on a déjà amorcé cela, on a déjà validé la livraison de ces véhicules pour l’année prochaine », nous confie Guillaume Fournier.

L’approvisionnement, un levier pour la digitalisation du BTP

 

« Aujourd’hui, il faut bien se rendre compte que sur le secteur, ça n'est pas possible de commander des matériaux et de se faire livrer en deux heures : c’est une aberration ! », commente Guillaume Fournier. « Et pourtant sur tous les autres secteurs ça existe. Je ne connais pas un secteur où les professionnels ne sont pas livrés Est-ce que tous les restaurateurs vont tous les matins à Rungis ? Non plus personne ne fait ça, en 2022 ça n’existe plus, on se fait livrer », appuie-t-il.

D’autant que par l’ensemble de ses fonctionnalités numériques, Breek tend à enlever « deux cailloux dans la chaussure » des professionnels du BTP.  D’abord la congestion de la logistique urbaine des livraisons, mais aussi la digitalisation du secteur.

« On parle souvent du BIM. Pour moi ce n'est pas une réponse concrète aux artisans. Je comprends que ce soit possible pour des majors d’utiliser le BIM. Mais sincèrement utiliser le BIM en tant qu’artisan, ça n'est pas une réponse concrète. Le problème qu’ils ont aujourd'hui, c’est d’avoir les bons matériaux, au bon moment. Et bien Breek pour le coup répond à ça », défend le CEO de Supervan.

 

Propos recueillis par Virginie Kroun

Photo de une : Adobe Stock

 

Comment utiliser la marketplace Breek de Supervan ?

 

Il suffit de se rendre sur le site de Breek ou télécharger l’application sur Google ou Apple. L’artisan peut ensuite y rentrer une adresse au hasard sur Paris. 

D’ailleurs, Breek est gratuit pour les artisans, tandis qu'une commission sera prelevée sur la vente des distributeurs, dont le pourcentage est en cours de discussion.

Pour l’heure, les distributeurs ont accès gratuitement à la marketplace durant un mois. Les artisans, eux, peuvent bénéficier du code promo BATIWEBBREEK, valable jusqu'au 30 juin 2022 à 23h59 pour une validation du panier. 100 € leur seront offerts sur la première commande pour une même entreprise et pour un paiement par CB.

 

Par Virginie Kroun

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.