Début du chantier d'une tour de logements productrice d'énergie à Strasbourg Eco-construction | 02.11.15

Partager sur :
La première pierre d'une future tour compacte de 63 logements à énergie positive, l'un des plus grands projets au monde de ce type d'habitat produisant plus d'énergie qu'il n'en consomme, a été posée lundi à Strasbourg. La Tour Elithis, installée dans l'écoquartier Danube près du port de Strasbourg, fera 50 mètres de haut. Le chantier, qui devait initialement débuter l'année dernière, devrait être achevé mi-2017.

La future tour produira l'équivalent de 90,3 kWh par mètre carré et par an grâce à des panneaux photovoltaïques sur ses façades, pour une consommation normale légèrement moindre, de l'ordre de 88,5 kWh/m2, selon les chiffres communiqués par son promoteur, la société française Elithis.

La future tour, composée d'une grande façade sud chargée de capter l'énergie solaire, et d'une façade nord plus petite, présentera une forme « profilée pour éviter les vents », selon Anouk Legendre, architecte du projet. L'énergie produite par l'immeuble doit couvrir les besoins individuels de chauffage, d'électricité, de ventilation et d'eau chaude sanitaire pour une température intérieure de 21 degrés.

L'énergie produite couvrira aussi l'usage des équipements des parties communes (ascenseurs, éclairage...) et le fonctionnement des appareils domestiques, réfrigérateur, lave-linge ou télévision, a précisé Anouk Legendre. Les futurs locataires seront eux-mêmes associés au contrôle de leur consommation d'énergie : ils disposeront ainsi d'un tableau de bord qui leur permettra par exemple de désactiver les appareils en veille.

La future Tour Elithis, dont le coût est de 21,1 millions d'euros, prendra place dans l'écoquartier Danube, lui-même composante du projet urbain Deux-Rives qui vise à créer un nouveau quartier de 9000 logements et 8500 emplois jusqu'au Rhin et un peu au-delà dans la commune allemande riveraine de Kehl. Elle sera installée près de trois autres tours de 50 m de haut, le projet Black Swans ("cygnes noirs") dont le chantier, localisé sur la presqu'île Malraux, près de l'ancien bassin portuaire, a lui aussi commencé il y a quelques jours.

Elithis, une société d'ingénierie dans le bâtiment employant 200 salariés, a notamment réalisé une tour de bureaux à énergie positive à Dijon (Côte-d'Or) où elle a son siège. En septembre, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) recensait quelque 333 bâtiments "à énergie positive" en service ou sur le point d'être livrés en France.

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Nouvelle vie pour l’Hôtel des Postes de Strasbourg

Nouvelle vie pour l’Hôtel des Postes de Strasbourg

Bâtiment historique s’il en est, l’Hôtel des Postes de Strasbourg se situe dans le quartier de la Neustadt, classé au patrimoine mondial de l’Unesco. L’édifice, inauguré il y a plus d’un siècle, fera l’objet d’un important chantier mené par Poste Immo et Bouygues Immobilier à compter du printemps 2019. Dans ce sens, l’ensemble sera transformé en un programme mixte mêlant, entre autres, logements, bureaux et brasserie-restaurant.
La première tour de logements à énergie positive du monde

La première tour de logements à énergie positive du monde

La ville de Strasbourg (Bas-Rhin) accueillera en 2015 une tour de 66 logements qui produira plus d'énergie qu'elle n'en consomme, une première au monde, selon son promoteur, la société française Elithis qui l'a dévoilé vendredi. L'agence d'architecture X-TU sera le maitre d'oeuvre de cette tour à énergie positive, où les habitants seront protagonistes de leur logement.
Strasbourg : l’opération Black Swans est lancée

Strasbourg : l’opération Black Swans est lancée

Roland Ries, Maire PS de Strasbourg, Olivier Wigniolle, Directeur général d’Icade et l’architecte Anne Démians, ont posé la première pierre du programme « Black Swans » (cygnes noirs) qui prévoit la construction de trois tours de 50 m de haut près du centre de Strasbourg. La construction de l’ensemble s’inscrit dans une dynamique de réaménagement urbain et de reconquête d’un ancien bassin portuaire. Deux bâtiments seront livrés en 2017, le troisième attendra 2018.
De l’énergie produite par une station de traitement des eaux usées

De l’énergie produite par une station de traitement des eaux usées

À partir du printemps 2014, l’énergie fatale des effluents traités par la station d’épuration des eaux usées Saône Beaujolais à Belleville (Rhône), chauffera et produira l’eau chaude sanitaire des 9.000 m2 de plancher de la Villa Durabo, un ensemble mixte de logements et de locaux d’activités. Ce projet a reçu il y a quelques jours une Marianne d'Or pour son aspect facilement duplicable.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter