L’UFE, le SER et France Hydro Electricité s’allient en faveur de l’hydroélectricité Eco-construction | 28.06.17

Partager sur :
Première énergie renouvelable en France, l’hydroélectricité souffre aujourd’hui de prix particulièrement bas et d’une fiscalité qui se fait toujours plus oppressante. Souhaitant pérenniser et développer la production d’hydroélectricité, l’Union française de l’électricité (UFE), le Syndicat des énergies renouvelables (SER) et France Hydro Electricité ont récemment publié un livre blanc présentant sept propositions « pour donner un nouvel élan à la première des énergies électriques renouvelables ».
Peu avant d’être remplacée par Nicolas Hulot à l’Environnement, Ségolène Royal dressait le bilan de l’application de la loi de transition énergétique. Elle rappelait alors que la France est aujourd’hui « à l’avant-garde de l’action climatique ». À raison, les énergies propres tenant une part non-négligeable dans la consommation électrique française.

Malgré tout, la première source de production d’électricité renouvelable semble mise à mal par des prix toujours plus exorbitants. Pourtant, l’hydroélectricité est bel et bien un levier non-négligeable du succès de la transition énergétique, avec un rendement de 67 TWh par an.

Face à la dégradation du marché, l’UFE, le SER et France Hydro Electricité ont indiqué ce 27 juin avoir publié un Livre blanc au titre plutôt explicite : « L’hydroélectricité à la croisée des chemins : donnons un nouvel élan à la première des énergies renouvelables ». Les acteurs de la filière en ont ainsi profité pour formuler sept propositions pour que le gouvernement prenne « des mesures fortes afin d’inscrire durablement l’hydroélectricité dans le paysage énergétique de demain ».

Sept propositions en faveur de l’hydroélectricité

« Notre conviction première est que, complémentaire des autres énergies renouvelables, l’hydro a un rôle fondamental à jouer dans la mise en oeuvre de long terme de la transition énergétique et écologique », expliquent les trois organismes.

« Au niveau national, par convergence entre les producteurs et l’Etat, le potentiel de développement hydroélectrique a été établi à 11,7 TWh soit une augmentation potentielle de 16% de la production hydraulique et de 11% des EnR », poursuivent-ils. « Les politiques mises en oeuvre doivent laisser la possibilité d’exploiter ce potentiel nécessaire à la transition énergétique, dans le respect de la biodiversité. »

Dans ce sens, l’UFE, le SER et France Hydro Electricité proposent tout d’abord de « réorienter les politiques nationales et européennes pour une meilleure cohérence globale ». En effet, les différentes réglementations en vigueur s’imposent comme autant de contraintes pour le développement de l’hydroélectricité. Il semble dès lors nécessaire d’« assurer la cohérence des politiques entre elles », de les évaluer et, surtout, d’« améliorer le dialogue et privilégier la concertation ».

D’un autre côté, le Livre blanc rappelle la nécessité de « réorienter les choix économiques et la fiscalité pour inciter au maintien et au développement de la filière ». Plutôt que d’encourager le développement des activités propres, la fiscalité écologique est aujourd’hui plus préjudiciable qu’avantageuse. Pour y remédier, une adaptation de la fiscalité locale et la mise en place d’un cadre économique stable et incitatif semblent impératives.

Enfin, le développement de la production hydroélectrique passera, d’après les auteurs du document, par une réévaluation de la rémunération des différents acteurs. Dans ce cadre, l’UFE, le SER et France Hydro Electricité demandent à ce qu’un modèle économique soit établi pour le stockage par STEP (stations de transfert d’énergie par pompage). Les trois partenaires réclament également une rémunération des services rendus par l’hydro.

« Les acteurs de l’hydroélectricité en appellent à une prise de conscience des pouvoirs publics afin qu’ils mettent en place les mesures fortes nécessaires pour donner un nouvel élan à la première des énergies renouvelables électriques », concluent les représentants des organismes. En espérant qu’ils soient entendus.

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Énergies vertes : un Livre blanc pour interpeller les candidats à la présidentielle

Énergies vertes : un Livre blanc pour interpeller les candidats à la présidentielle

Alors que l’élection présidentielle approche à grands pas, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) a récemment publié un livre blanc afin de sensibiliser les candidats quant à la nécessité d’accélérer le développement des énergies propres en France. Ce sont ainsi de nombreuses mesures et autres orientations stratégiques qui sont proposées à travers ce document d’une centaine de pages.
18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables

18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables

Nul doute que Ségolène Royal aura suivi la nouvelle avec attention, et que l’ex-ministre de l’Environnement sera ravie des résultats publiés ce 18 mai par le Syndicat des énergies renouvelables (SER). L’organisme indique en effet que l’électricité renouvelable représentait 18% de la consommation électrique française au premier trimestre 2017. Un chiffre qui devrait encore progresser au vu des nouveaux raccordements prévus cette année.
Baisse de la part des renouvelables dans l’électricité consommée en France

Baisse de la part des renouvelables dans l’électricité consommée en France

Le marché français de l’énergie renouvelable aura connu une année mitigée en 2017 ! D’après le Syndicat représentant les acteurs de la filière (SER), la puissance installée a déjà permis d’atteindre 94% des objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’énergie à horizon 2018. Une bonne nouvelle pourtant ternie par la baisse de la part d’électricité d’origine renouvelable dans la consommation électrique globale. Tous les chiffres.
Energies marines : Edouard Philippe reconnaît un certain « retard » en France

Energies marines : Edouard Philippe reconnaît un certain « retard » en France

La semaine dernière, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) réclamait la mise en place d’un calendrier « lisible » des appels d’offres liés aux énergies marines, profitant ainsi du fort potentiel dont dispose la France. Le 21 novembre, le Premier ministre Edouard Philippe a profité des Assises de la mer au Havre pour annoncer des initiatives censées combler une partie du retard de la France en matière d’énergies marines.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter