Énergies renouvelables : des objectifs de développement qui manquent d’ambition

Développement durable | 30.06.17
Partager sur :
Énergies renouvelables : des objectifs de développement qui manquent d’ambition - Batiweb
Face à l’urgence climatique, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) a organisé le 29 juin une conférence de presse au message fort : il est primordial de déployer des moyens concrets pour lutter contre le réchauffement de la planète. Pour ce faire, l’organisme réclame notamment des objectifs plus ambitieux dans le cadre de la stratégie environnementale mise en place par l’Europe.
Après la publication d’un Livre blanc en faveur de l’hydroélectricité il y a quelques jours, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) a tenu ce 29 juin une conférence au cours de laquelle elle a présenté sa contribution pour atteindre la neutralité carbone en 2050.

L’Europe pas assez impliquée

L’événement était avant tout l’occasion de rappeler que les objectifs fixés par le Clean energy package à horizon 2030 en matière d’énergies renouvelables « sont aujourd’hui inadaptés à l’urgence climatique et à la maturité des filières EnR ».

« En effet, pour maintenir la hausse des températures en deçà de 2°C et tenir les engagements de l’Accord de Paris, l’Europe, dans le cadre de sa nouvelle Directive 2020-2030, doit être plus ambitieuse avec un objectif EnR contraignant de 35% à l’horizon 2030, contre 27% inscrits dans le projet », estime le SER.

En outre, l’organisme considère que le prix à la tonne de CO2 émise devrait être fixé à 30 euros dès maintenant, et à 100 euros en 2030. Le plafond de 7% de biocarburants de première génération dans les transports doit également être maintenu, et un objectif contraignant d’augmentation annuelle de 1% de la part d’énergies renouvelables dans la chaleur et le froid mis en place.

Encore des efforts à fournir en France

L’Europe n’est cependant pas la seule à être dans le viseur du Syndicat ! En effet, ce dernier a également émis plusieurs propositions pour accélérer le développement des EnR en France. 89 mesures ont ainsi été regroupées dans un Livre blanc, parmi lesquelles la consolidation du cadre réglementaire relatif aux renouvelables et la mise en place de moyens économiques viables pour soutenir les filières en retard.

« La compétitivité des filières EnR, la prise de conscience partagée de la nécessité d’un nouveau mixe énergétique et la volonté affirmée du Président de la République, Emmanuel Macron, nous permettront, avec une Directive Européenne bien dimensionnée et un prix du CO2 incitatif, d’accélérer encore le déploiement des EnR dans notre pays », assure Jean-Louis Bal, président du Syndicat.

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables - Batiweb

18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables

Nul doute que Ségolène Royal aura suivi la nouvelle avec attention, et que l’ex-ministre de l’Environnement sera ravie des résultats publiés ce 18 mai par le Syndicat des énergies renouvelables (SER). L’organisme indique en effet que l’électricité renouvelable représentait 18% de la consommation électrique française au premier trimestre 2017. Un chiffre qui devrait encore progresser au vu des nouveaux raccordements prévus cette année.
Baisse de la part des renouvelables dans l’électricité consommée en France - Batiweb

Baisse de la part des renouvelables dans l’électricité consommée en France

Le marché français de l’énergie renouvelable aura connu une année mitigée en 2017 ! D’après le Syndicat représentant les acteurs de la filière (SER), la puissance installée a déjà permis d’atteindre 94% des objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’énergie à horizon 2018. Une bonne nouvelle pourtant ternie par la baisse de la part d’électricité d’origine renouvelable dans la consommation électrique globale. Tous les chiffres.
Transition énergétique : les Français toujours plus concertés - Batiweb

Transition énergétique : les Français toujours plus concertés

Pour Nicolas Hulot, aucun doute possible : la transition énergétique de la France ne se fera pas sans la participations des citoyens. Dans ce sens, plusieurs mesures ont déjà été proposées afin d’inclure l’ensemble des Français dans ce vaste effort. Le ministre de la Transition écologique et solidaire a néanmoins fait part de sa volonté d’aller encore plus loin, en invitant la population à participer aux débats relatifs aux implantations d’éoliennes. Les détails.
Plan Climat et transition énergétique : quelle feuille de route pour la France en 2018 ? - Batiweb

Plan Climat et transition énergétique : quelle feuille de route pour la France en 2018 ?

2018 sera une année charnière pour la transition énergétique et le Plan Climat de la France ! Profitant de la présentation de ses vœux pour les douze mois à venir, Nicolas Hulot a dévoilé la feuille de route du ministère de la Transition écologique et solidaire portant sur le premier semestre. De l’énergie au climat, en passant par la rénovation des bâtiments, tour d’horizon des principales annonces du gouvernement.