Le développement des EnR en Europe jugé conforme aux objectifs Eco-construction | 17.02.15

Partager sur :
Dans un rapport publié ce mardi, l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) estime que le développement des énergies renouvelables est conforme aux objectifs fixés par la Commission européenne pour 2020 et 2030. En 2013, la part des énergies renouvelables a atteint 14,9 % dans la consommation finale brute d'énergie. Cette progression impacte dès lors les émissions de gaz à effet de serre et la demande en énergie fossile. Explications.

Il reste encore des efforts importants à faire sur le long terme en matière de développement d'énergies renouvelables en Europe mais le « Vieux continent » s'en tire plutôt bien à court et moyen termes, à en croire le dernier rapport de l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) publiée ce mardi.

La part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute d'énergie a en effet atteint 14,9 % en 2013, (+0,8 point sur un an), et est conforme aux objectifs d'atteindre une part de 20% en 2020 et de 27 % en 2030, relève l'AEE.

La progression des énergies renouvelables est en effet tirée par la production d'électricité renouvelable, indique l'AEE, qui a connu « la plus forte croissance absolue » dans tous les pays de l'UE, notamment avec le développement de l'éolien offshore en 2013. Elle représente désormais 42 % de la consommation d'énergie issue des énergies vertes.

Toutefois la production de chaleur ou de froid renouvelables (pompes à chaleur, etc.) continue de dominer, puisqu'elle représente la moitié (50 %) de la consommation finale brute issue des énergies vertes.

A l'inverse, les biocarburants ne représentent toujours que 8 % de cette consommation et, entre 2012 et 2013, la consommation de biocarburants a diminué de 6,9 % dans l'UE.

« Même dans le contexte de récession économique de ces dernières années, les politiques et les mesures fonctionnent et ont manifestement joué un rôle essentiel pour atteindre ce résultat intermédiaire. Toutefois, ne nous reposons pas sur nos lauriers », prévient l'AEE.

Impact positif sur les émissions de gaz à effet de serre

Globalement, cette progression a un impact positif sur les émissions de gaz à effet de serre et « les énergies renouvelables sont déjà une solution importante pour atténuer le changement climatique et pour réduire la dépendance aux énergies fossiles, souvent importées », estime l'AEE.

Sans les capacités installées en Europe depuis 2005, les émissions de gaz à effet de serre « auraient été 7 % plus élevées que leur niveau actuel », relève-t-elle. C'est particulièrement vrai en Autriche, Belgique, Danemark, Estonie, Finlande ou en Allemagne, selon les données de l'AEE.

Deux points noirs subsistent cependant dans les projections de l'AEE : les secteurs des transports et de l'agriculture. Dans certains états membres, les réductions d'émissions y sont encore faibles, voire inexistantes.

Réduction de la demande d'énergie fossile

Enfin, les nouvelles capacités renouvelables ont également permis de réduire la demande pour les énergies fossiles. Là encore, sans elles, la consommation d'énergie fossile aurait été 7 % plus élevée sur l'ensemble des pays de l'Union européenne.

Cette substitution s'est faite au détriment premièrement du charbon, mais aussi du gaz naturel, une donnée « particulièrement importante dans le contexte géopolitique actuel et étant donné le déclin des ressources gazières locales », note l'AEE. Toutefois, l'Agence précise que les énergies fossiles « continuent de dominer le mix-énergétique de la plupart des pays membres de l'UE ».

Pour atteindre les objectifs européens « ambitieux » en matière de décarbonation du système énergétique, à savoir « atteindre une réduction de 80 à 95 % des émissions de gaz à effet de serre de l'union européenne d'ici 2050 », des efforts supplémentaires sont « nécessaires », tant au niveau national qu'européen.

Les énergies renouvelables devront donc encore se développer « pour atteindre 55 à 75%, voire plus, de la consommation finale brute d'énergie d'ici la moitié du siècle ».

C.T (avec AFP)
© Fotolia

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Premier bilan des investissements liés à la transition énergétique

Premier bilan des investissements liés à la transition énergétique

Alors que l'Assemblée nationale a adopté en première lecture, le mardi 14 octobre, le projet de loi sur la transition énergétique, CDC Climat Recherche s'est intéressé de près aux dépenses d' investissement en infrastructures réalisées en France pour l'année 2011, qui ont contribué directement ou indirectement à la réduction d'émissions de gaz à effet de serre (GES). Le secteur du bâtiment est celui qui a bénéficié le plus d'investissement. Résultats de l'enquête.
ICF Habitat mobilisée pour la prévention et la réduction des déchets

ICF Habitat mobilisée pour la prévention et la réduction des déchets

A l'occasion de la semaine Européenne de la Réduction des Déchets, ICF Habitat, filiale logement du groupe SNCF, vient de présenter ses objectifs et son plan d'actions pour la prévention et réduction des déchets. Engagé dans la voie de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, le Groupe a pour ambition d'atteindre 10 000 tonnes équivalent CO2 en moins par an, et s'est doté pour cela en 2012 d'un Plan d'Actions Développement Durable. Détails.
Les émissions de CO2 du secteur énergétique stagnent une nouvelle fois en 2015

Les émissions de CO2 du secteur énergétique stagnent une nouvelle fois en 2015

Pour la seconde année consécutive, les émissions mondiales de dioxyde de carbone en provenance du secteur de l'énergie, ont stagné en 2015. Selon les données provisoires de l'Agence internationale de l'énergie, elles auraient atteint 32,1 milliards de tonnes. Cette stagnation s'expliquerait en partie par l'augmentation de la part des énergies renouvelables (EnR), notamment l'énergie éolienne, dans le mix énergétique. Analyse.
Le CESE critique plusieurs points du projet de loi énergie

Le CESE critique plusieurs points du projet de loi énergie

Alors que le Gouvernement l’avait saisit sur l’article 1 du projet de loi énergie, qui doit modifier plusieurs objectifs de la loi de transition énergétique de 2015, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a rendu son avis mercredi 20 janvier. Dans ce dernier, le conseil déplore une baisse des ambitions initiales et propose d'inscrire des objectifs plus concrets de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter