Les centrales solaires plus compétitives que les éoliennes pour François de Rugy Eco-construction | 08.11.18

Partager sur :
16 futures installations ont été retenues dans le cadre d'un appel d'offres lancé par le gouvernement mettant en concurrence les projets solaires et éoliens. Finalement, le photovoltaïque a été largement préféré par le ministère de la Transition écologique et solidaire, renforçant par là même sa compétitivité par rapport à d'autres filières. Le point sur les lauréats.
Le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rudy a annoncé le 6 novembre les lauréats d'un appel d'offres inédit. Cette compétition expérimentale visait en effet à confronter la compétitivité des filières solaires et éoliennes, en adéquation avec les attentes de la Commission européenne « qui souhaite mettre les technologies en concurrence », comme le rappelle le gouvernement.

La Programmation pluriannuelle de l'énergie en ligne de mire

Le verdict est sans appel : les 16 lauréats retenus pour un volume de 200 MW consistent tous en des centrales solaires photovoltaïques. Pour autant, l'issue de cet appel d'offres ne traduit en rien la future Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), comme l'a bien précisé François de Rugy.

« Les résultats de cet appel d'offres démontrent à la fois la très grande compétitivité du solaire au sol et la nécessité de développer un mix électrique renouvelable équilibré et diversifié grâce à des appels d'offres permettant de jouer la complémentarité des énergies, nécessaires au mix global », a déclaré le ministre.

Des projets répartis sur la France entière

Ce sont précisément 202 MW de puissance qui pourraient être installés à travers l'ensemble du pays dans le cadre des 16 projets de centrales solaires sélectionnés. Avec des puissances respectives de 52 MW, 46,5 MW et 26,5 MW, les régions Centre-Val de Loire, Nouvelle Aquitaine et Occitanie font office de bonnes élèves.

Les projets les plus importants sont quant à eux situés dans le Gard, avec la centrale photovoltaïque de Beaucaire 2 proposée par PLM Solaire (18 MWc), la Sarthe (17,993 MWc installés par 408 Energy) et la Meuse (17,985 MWc pour la centrale de Goussaincourt Nord).

Le ministère précise enfin que « les projets lauréats de cet appel d'offres valoriseront l'électricité produite à un prix moyen de 54,94 €/MWh ».

F.C

Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.
L’élaboration de la future Programmation pluriannuelle de l’énergie se précise

L’élaboration de la future Programmation pluriannuelle de l’énergie se précise

Le nouveau « cap sur la transition écologique » du territoire français sera annoncé mardi 27 par Emmanuel Macron, comme l’a fait savoir l’Elysée. Cette allocution sera l’occasion, pour le Président, de revenir sur ses choix en matière d’énergie. Le ministre François de Rugy précisera, par là même, les mesures gouvernementales envisagées dans le cadre de la future Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Les détails.
Vers une révision de la Programmation pluriannuelle de l’énergie ?

Vers une révision de la Programmation pluriannuelle de l’énergie ?

Présentée dans son intégralité le 25 janvier dernier, la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) peine à convaincre les acteurs du secteur environnemental. Tout particulièrement, les objectifs fixés concernant le développement des renouvelables est loin de faire l’unanimité. Afin de rassurer les opposants à la feuille de route énergétique actuelle, le ministre François de Rugy a assuré qu’il était prêt à « l’adapter et la retravailler sur quelques points ».
Bientôt 100% d’électricité d’origine renouvelable pour Grenoble

Bientôt 100% d’électricité d’origine renouvelable pour Grenoble

Grenoble, dont l’implication dans la transition énergétique avait été saluée par Ségolène Royal, alors ministre de l’Environnement, pourrait bien ne consommer que de l'électricité renouvelable à horizon 2022. Gaz Electricité de Grenoble (GEG), l’énergéticien public local, a en effet présenté vendredi 9 mars sont plan d’investissement qui prévoit le quasi-triplement de sa production actuelle 100% renouvelable. Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter