Les premiers projets d’éolien en mer finalement maintenus Eco-construction | 21.06.18

Partager sur :
L’appel de Cherbourg, lancé la semaine dernière par des élus et industriels favorables au développement des énergies marines renouvelables, semble avoir finalement été entendu… du moins, en partie. Emmanuel Macron a en effet confirmé ce 20 juin que les six premiers projets de parcs éoliens en mer français verraient bien le jour, mais que le soutien public attribué par l’État serait réduit de 15 milliards d’euros. Précisions.
Souvenez-vous : mardi 12 juin, l’Assemblée nationale faisait part de sa volonté de pouvoir annuler les six premiers projets de parcs éoliens en mer français. De quoi déclencher l’indignation de 70 élus et industriels, à l’initiative de l’« Appel de Cherbourg ».

Par ce biais, ils espéraient attirer l’attention du gouvernement sur la nécessité de mener à bien ces projets, vecteurs d’emplois et accélérateurs de la transition énergétique de la France. La polémique pourrait cependant connaître un dénouement positif, au vu des annonces formulées par Emmanuel Macron ce 20 juin.

Le Président de la République a en effet confirmé que les six projets de parcs éoliens offshore allaient bien se poursuivre, en vue d’une mise en service progressive dès 2021. Trois d’entre eux seront développés par EDF (à Fécamp, Saint-Nazaire et Courseulles-sur-Mer), deux par Engie (Tréport et l’île de Noirmoutier), et le dernier par Iberdrole (Saint-Brieuc). Ils représenteront chacun une puissance de près de 500 mégawatts.

Un accord qui convient à tous les acteurs

Cette décision n’est cependant pas le fruit du hasard. En effet, les renégociations tarifaires menées par le gouvernement ont, somme toute, porté leurs fruits. Celles-ci ont notamment permis « d’avoir un ajustement des tarifs (de rachat de l’électricité qui sera produite par ces parcs) de 30% », comme le révèle Emmanuel Macron.

En revanche, la subvention publique a été largement réduite, à hauteur de 40%. De fait, l’accord offrira la possibilité à l’État d’« économiser sur la période 15 milliards d’euros d’argent public », toujours d’après le Président de la République.

Malgré cette mesure, les annonces d’Emmanuel Macron ont globalement été saluées par les acteurs concernés. Bruno Bensasson, directeur exécutif groupe d’EDF en charge du pôle énergies renouvelables et président-directeur général d’EDF Énergies Nouvelles, s’est ainsi déclaré « très heureux de cette décision ».

Gwenaëlle Huet, directrice générale des énergies renouvelables en France d’Engie, a de son côté tweeté pour faire part du « soulagement » de la filière. Il s’agit, selon elle, d’une « excellente nouvelle pour la France qui va pouvoir valoriser son potentiel exceptionnel et accentuer son leadership mondial dans la transition énergétique ». En espérant cependant que d’autres projets similaires soient menés par la suite !

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Éolien flottant : la Commission européenne approuve les projets d’aides d’État

Éolien flottant : la Commission européenne approuve les projets d’aides d’État

Souhaitant poursuivre le développement de la filière éolienne flottante, le gouvernement français avait sélectionné quatre projets de fermes pilotes dans le cadre du programme « Démonstrateurs pour la transition écologique et énergétique » des Investissements d’avenir. Ce 25 février, la Commission européenne a, elle aussi, approuvé les projets d’aides d’État en faveur de ces différentes initiatives. Les détails.
« La transition énergétique de la France est vitale », selon l’Agence internationale de l’énergie

« La transition énergétique de la France est vitale », selon l’Agence internationale de l’énergie

Les initiatives menées par la France pour accélérer sa transition énergétiques sont-elles suffisantes ? Visiblement non, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE). En effet, si cette dernière a salué les objectifs ambitieux fixés par le gouvernement, elle constate que les investissements dans les énergies vertes manquent encore pour y parvenir. Tour d’horizon des observations émises par l’AIE.
La France en retard dans sa transition énergétique

La France en retard dans sa transition énergétique

Moyens « insuffisants » et objectifs « loin d’être atteints » : le Conseil économique, social et environnemental (Cese) ne mâche pas ses mots dans un avis récemment publié concernant la transition énergétique de la France. Dans ce contexte, l’organisme a formulé une série de propositions afin de combler le retard pris par l’hexagone. Les détails.
La stratégie énergétique de la France enfin dévoilée !

La stratégie énergétique de la France enfin dévoilée !

Abordée, il y a quelques jours, par l’Élysée, la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) de la France ont été présentées dans les détails ce 27 novembre par François de Rugy. Le ministre de la Transition écologique et solidaire a ainsi annoncé les objectifs fixés par le gouvernement afin d’atteindre la neutralité carbone à horizon 2050.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter